dimanche 21 septembre 2014

Irlande, 8 septembre, de Baltimore à Ahakista



Réveil à 7h45 : magnifique ciel bleu, superbe vue sur la baie de ma chambre, je me sens vraiment en vacances :-)
Breakfast avec vue à 8h, explication du contenu par mon hôtesse Margaret ( que je découvre ce matin ) : je le demande sans boudin blanc, dont je ne suis pas fan. Le boudin noir est bon, mais j’aurai un peu de mal à le digérer dans la journée, ce qui sera une constante les jours suivants : mon estomac n’est pas habitué à une telle nourriture dès le matin ;-)





 Le reflet du paysage dans la vitre du salon, depuis l'extérieur.

















Le tout dans un service « Blue Willow », mais je pense que Philippe serait un peu dédaigneux : ça n’est pas de l’ancien !
 En remontant à ma chambre pour me brosser les dents, je me fais la réflexion que j’ai droit ( exceptionnel, ce sera d’ailleurs la seule fois du séjour ! ) à un robinet mitigeur, et non aux habituels robinets eau chaude/eau froide séparés exigés par la réglementation ( ? ) anglo-saxonne ( c’est pareil au Royaume-Uni ), qui perdure en Irlande…
Mais en voulant me laver les mains, je me brûle presque : ah, OK, je comprends : ça me rappelle un pseudo mitigeur lors de mes vacances dans le Nord de l’Angleterre : ils ont respecté la règle, mais en rassemblant DEUX tuyaux séparés dans un même conduit, ce qui fait qu’il y a deux jets qui sortent : un brûlant à gauche et un froid à droite, qui se mélangent à peine : finalement, ça ne marche guère et c’est même plus trompeur que les robinets séparés.
Bah, on va dire que ça fait partie du charme du dépaysement ;-) Vive la différence :-D
Des photos au cas où vous n’auriez pas trop compris mes explications : j'ouvre l'eau chaude, ça coule brûlant à gauche :





Je ferme l'eau chaude et j'ouvre l'eau froide, ça coule froid à droite.



 Et quand j'ouvre les deux, ça se mélange mal...

Le temps de faire ma valise, départ à 9h, il fait 10° au thermomètre de la voiture, et je vois qu’hier, j’ai fait 250 km depuis Limerick. Ça sera nettement moins les jours suivants !

















Je retourne dans le centre de Baltimore pour faire des photos de jour, entre autres du château,








et sur le port,








 je discute assez longuement avec un gars qui me dit être londonien mais dont je pensais qu’il avait un fort accent irlandais : après tout, je ne suis pas spécialiste, je confonds sans doute avec l’accent cockney. Mais en fait, non, au fil de la conversation il me raconte qu’il vit à Londres depuis plus de 20 ans mais qu’il revient aussi souvent qu’il peut dans sa région natale, ici, pour voir sa mère ! Je comprends mieux. 
Il me confirme ce que mes pauvres pieds craignaient : la balise maritime blanche ( un amer ), emblème de Baltimore,



un peu à l’écart du village, ne peut s’apercevoir qu’au bout d’1/2h de marche :-( Mon excuse est toute trouvée : je ne peux pas me permettre une heure de détour sur mon RB ( mais 1/2h à discuter avec le gars, si ;-D ), je n’irai pas la voir.
Après une énième pause-photo ( il faut bien nourrir mon blog ! ;-D ), cette fois à l’église,








 je ne repasse devant mon B&B pour commencer mon « vrai » Road-Book qu’à 10h ! 

A ce propos, revoilà une carte ( oui, la même qu'hier, mais pour une autre portion! ) pour vous montrer mon trajet du jour : je pars de Baltimore, je repasse à Ballydehob puis je visite la péninsule de Mizen Head, puis un petit bout de celle de Sheep's Head jusqu'à Ahakista.




Au fil de la route, mon regard est souvent attiré par le gros navire échoué dans la baie, qui finalement, malgré sa rouille, la décore à sa manière…





















Je trouve que le mot « église » en gaélique sonne très français;-)


















Ah, un petit mot sur la récente « route touristique » imaginée par l’Office du Tourisme Irlandais pour tout l’ouest, la WAW ( belle idée d’acronyme, c’est exactement ce qu’on s’exclame régulièrement en la parcourant ! ), ou Wild Atlantic Way.
En fait, ils ont eu l’idée de relier plein de routes côtières entre le sud et le nord de l’Irlande, côté ouest, du Cork au Donegal pour n’en faire qu’une (euh, vous me suivez ?), et je m’aperçois qu’en fait, elle suit à 95% les fameuses « routes vertes » de la carte Michelin, que je suis moi-même très souvent depuis ma première fois en Irlande !
Donc rien de nouveau sous le soleil pour moi, ça fait 25 ans que je pratique la WAW avant l’heure ;-)
Ah, si, une petite différence : les panneaux avec le beau logo imagé de cette WAW, tel une vague faite avec ces trois lettres, qui jalonnent désormais ce superbe parcours ; j’en verrai des dizaines, et pour cause : mon RB, que j’ai fait avant de découvrir le parcours de la WAW, doit la suivre à 95% depuis que je suis arrivée à Bantry !  





Pour en voir tout le parcours :


Ah, je découvre à l’instant, en cherchant des sites qui en parlent, à quel point elle est récente : ça date de cette année ( Maryse et Marc l'ont quasiment inaugurée ;-) ) !



Micro détour de mon RB vers Inishbeg :



























J’attaque la péninsule de Mizen Head par un passage à Ballydehob où je fais ensuite passer mon RB par la petite route verte Michelin « en zig-zag » ( là, ça n’est pas sur la WAW ) jusqu’à Schull.



Je me demande même si j’ai vraiment réellement suivi la bonne route tant celle que j’emprunte est étroite ( au point que les rétros de la Clio touchent les haies de chaque côté ! ), gravillonnée et avec souvent de l’herbe au milieu ! J’ai rarement vu Michelin « cautionner de vert » d’aussi minuscules routes ! Mais je ne me plains pas, au contraire ( par contre, à certains endroits, j’aurais été moins à l’aise à moto ) !




















Ca me fait entre autre passer par un micro port dont je ne saurai sans doute jamais le nom, et autres criques et paysages sublimes…














Pause « toilettes publiques » à Schull ( ou Skull ) où un jeune mendiant, à qui j’ai donné la pièce ( une fois n’est pas coutume, je vous dis, moi, cette Irlande m’envoûte et me fait faire des choses inhabituelles ! ), se propose pour me prendre en photo. Mais il a du mal avec mon APN, il colle son œil à l’écran, qu’il prend pour un viseur d’appareil photo argentique, et j’ai bien fait de lui demander de faire plusieurs photos, pour qu’il en reste une correcte ;-)



Beau site d’Altar Wedge Tomb : 


où la côte « déchiquetée et sauvage » me parle plus que l’allée couverte en elle-même (chacun ses goûts !)




































A Goleen, je rentre dans le bel OT tout neuf de la péninsule de Mizen Head



































pour me renseigner sur la passerelle qui va à la pointe de Mizen Head. La dame m’explique bien tout, et me donne en prime un beau dépliant sur la toute nouvelle WAW ;-)
Je me permets également de lui demander si elle peut téléphoner pour moi à un B&B à Ahakista, ce qu’elle fait d’autant plus volontiers qu’il est référencé dans ses brochures ! Et voilà, nuit assurée, parfait :-)
Je repars,
































mais, ignorant ses conseils pour aller directement au pont de Mizen Head, je poursuis mon RB qui passe d’abord par le joli port de Crookhaven, situé sur une mini péninsule toute en longueur.

Deux vues aériennes ( photos vues chez O'Sullivans ) :



































Ma bible habituelle me conseille d’aller manger un morceau chez O’Sullivans, je la suis les yeux fermés et, comme presque toujours, je ne suis pas déçue.
Je m’étais d’abord installée à une table dehors ( la terrasse est bien occupée, avec ce soleil ! ) mais finalement, il fait trop chaud pour mon frêle corps délicat ;-D, je préfère me cacher dans l’ombre du pub ( mais avec belle vue sur l’océan ) pour déguster mon open sandwich au crabe, servi avec différentes salades dont un taboulé vraiment parfumé et goûteux. Petit bonheur simple.






Lecture et réponses à quelques mails grâce au wifi, je prends mon temps, je suis en vacances, tant pis pour le retard présumé sur le RB : je m’étais bien préparée à cela : s’il le faut, je ne visiterai pas la péninsule de Dingle cette fois-ci : il n’est pas question que je me presse !




A nouveau des paysages de rêve,









et j’arrive enfin tout au bout de Mizen Head, là où se trouve le nouveau pont piéton pour rejoindre un phare ( c’est là qu’était installée la « Signal Station » de Marconi )




Ce qui me fait hésiter à le prendre n’est pas le prix ( 6€ ), mais le nombre de marches annoncé. ( 99, donc presque 200 A/R ;-) )
Et puis je me dis que je peux toujours essayer, et, au pire, prendre quelques photos du pont et revenir sur mes pas.
Je passe donc par le Visitor Center où on paie le droit d’entrée et j’attaque le chemin.




Bonne nouvelle : en fait, au lieu de descendre les 99 marches vers le pont, on peut prendre un chemin aménagé en pente, en zig-zag, plus long mais moins fatigant, ça me convient parfaitement ! ( bon, je pense quand même avec une petite appréhension au retour, quand il faudra remonter ! )
Mauvaise nouvelle : dès que j’arrive en vue du pont, je vois que de l’autre côté il y a encore des tas de marches qui partent dans deux directions différentes, et dont il n’est pas fait mention au Visitor Center :-/




Mais je peux quand même faire l’aller-retour sur le pont, qui passe au-dessus d’un petit bout d’océan, mais pas autant que je le pensais, parce qu’en fait ce "bout du monde" n’est pas une île mais un gros rocher escarpé naturellement relié à la pointe de Mizen Head. Le pont en facilite juste largement l’accès.








































Une fois au bout du pont, je me dis que c’est dommage de ne pas continuer, et j’arrive à positiver en attaquant les marches qui grimpent au point de vue ( globalement, je suis souvent une « positiveuse », j’essaie de voir le bon côté des choses ;-) ) en constatant qu’elles sont flanquées de rambardes si rapprochées que je peux grandement m’aider de mes bras pour soulager mes pieds et genoux, et les bras, ça va, ils sont assez costauds !
J’arrive donc sans trop de fatigue en haut, et je suis largement récompensée par la superbe vue sur des côtes « déchiquetées et sauvages » ( ces fameuses côtes « DES » que j’adore, partout en Irlande, et ailleurs ! )









Nombreuses photos, j’en prends de couples de touristes qui me le rendent en me photographiant moi aussi ( grand classique des sites touristiques ! ), puis je redescends les marches et bifurque vers une autre volée qui monte cette fois vers l’ensemble des bâtiments qui constitue le phare. Il y a là plusieurs salles qui montrent la vie des gardiens de phare sur ce rocher, et ensuite on contemple « la pointe de la pointe » de Mizen Head ;-)
























Le bout du bout :



 Quel magnifique plissement! ( peut-être hercynien? Vieux souvenirs de cours de géo...! )






















 Au-delà sur l’océan, vers l'est ( mais je ne l’ai pas vu, je n'ai sans doute pas regardé dans la bonne direction, parce qu'il fait beau, il aurait dû être visible, d'après le GdR! ), se trouve le phare de Fasnet Rock :




 En repartant du site, je vois tout un groupe de mêmes voitures d'un certain âge sur la route. Je le prends à l'arrache; Christian, consulté, m'apprendra par la suite qu'il s'agit de FIAT 131 et 132... En voici quelques unes :








Les paysages entre Mizen Head et Ahakista ( depuis Durrus, je suis maintenant sur la péninsule de Sheep's Head ):






















Deux ou trois km après Ahakista,



















où j'ai repéré, au cas où, un resto ;-), je vois la bifurcation pour le Reenmore Farmhouse B&B,














sur une petite route avec de l'herbe au milieu, qui aboutit à un mini port. A 200m de là, le B&B :




Je suis contente de voir qu'il s'agit d'une vraie ferme!



De nos jours, certains B&B se réclament "farm" parce que c'est dans l'air du temps, mais n'en sont pas vraiment. 
Là, j'apprendrai qu'ils élèvent des vaches et des moutons.
Je l'avais sélectionné pour son petit prix : 35€ la double en usage single. Bien sûr, pour ce prix, je suis dans une des deux chambres, sur les six, qui n'ont pas de vue sur la mer. Mais au moins, elle est en-suite! 



Jennie m'accueille chaleureusement et me propose un thé ( encore servi dans du "blue willow"! ), que je  choisirai de prendre sur la terrasse plutôt que dans la véranda :-)




















J'en profite pour explorer le jardin et les nombreux animaux qui s'y promènent ou s'y prélassent...







Et quand je demande à mon hôtesse un resto sympa dans le coin, impeccable, elle me suggère celui que j'ai déjà repéré sur la route en venant, la question ne se pose donc pas, c'est là que j'irai. 
Il fait encore bien jour quand j'arrive à "Arundels by the Pier" :






Je décide, malgré la relative fraîcheur, de manger dehors, sur une pelouse, face à l'océan et au port :-)


Je me régale d'une soupe de poisson ( chowder ) aussi épaisse que crémeuse ( rien à voir avec les soupes de poisson françaises! ) et d'un méga carré d'agneau de 5 côtelettes :-)





















Excellent souvenir :-)
Je quitte le resto et profite d'une belle lune bien ronde qui passe devant des arbres, et du soleil couchant en arrivant au petit port près du B&B... je finis cette merveilleuse journée irlandaise en beauté :-)



 La route qui mène au B&B, à la lueur de mes phares :









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire