lundi 10 juin 2013

USA 15 mai, prise en main de la Harley à Las Vegas, Hoover Dam, Oatman, Kingman


Bien que couchée tard je me suis réveillée à 6h du matin, donc j'ai décidé d'aller faire un tour à l'hôtel Luxor que je voulais rejoindre avec le tram gratuit. Hélas contrairement à ce qu'on peut penser tout n'est pas ouvert 24h sur 24 à Las Vegas : le tram ne commençait à 9h, j'ai donc dû marcher jusque là avec mes bottes, car je ne voulais plus entendre parler de mes tennis maltraiteuses, qui, en plus de torturer mon hallus valgus, m'ont provoqué une ampoule à l'autre pied hier soir en me baladant sur le Strip! 
Bon le problème c'est que les bottes de moto, ça n'est quand même pas très confortable pour marcher beaucoup :-/
Balade à l'intérieur de la pyramide du Luxor puis petit tour à l'extérieur pour prendre en photo le gigantesque Sphinx, sous une chaleur déjà conséquente.  
 
Vue de ma chambre
 
Casino de l'Excalibur
 
Casino de l'Ecalibur
 
Hôtel New-York-New-York
 
Casino du Luxor
 
Casino du Luxor
  
Casino Luxor

Hôtel Luxor

Hôtel Luxor
 
Hôtel Luxor, détail
Hôtel Mandalay Bay

Obélisque du Luxor

Sphinx du Luxor
Sphinx du Luxor
Pyramide du Luxor

Entrée du Luxor

Luxor
Comme j'avais toujours un bon de 20 dollars de crédit dans le carnet de coupons de l'hôtel, j'ai essayé de trouver un endroit où les dépenser; en fait, il n'y avait que des bars d'ouverts donc pour ne pas prendre un cocktail alcoolisé alors qu'il n'est pas 7h du matin :-D , sur une excellente suggestion du barman, j'ai pris une Virgin Pina Colada ( "vierge" donc sans alcool! ) absolument délicieuse surmontée de Chantilly,un vrai régal!
 
 
Bar du Luxor
 
Bar du Luxor
  
Bar du Luxor

Virgin Pina Colada au Luxor
 
Ensuite je suis retournée à l'hôtel pour m'offrir un breakfast-buffet pantagruélique pour 17,30$.

Breakfast-buffet Excalibur
 
Ponctuel, le chauffeur d'Eaglerider, le loueur de Harleys retenu pour mon voyage, arrive à la "Rotunda" de l'hôtel à 9h30 avec son van, je suis la seule à y monter et il n'y a personne dedans! 


Eaglerider



Je peux donc largement faire la conversation avec le sympathique chauffeur, qui me félicite de me lancer dans ce beau périple à moto à travers pas mal de Parcs Nationaux. Il m'explique aussi qu'une des rares choses que ma Harley ne supporte pas trop bien, c'est la chaleur de son moteur qui tourne à l'arrêt ou dans les embouteillages. Pas grave, je prévois de grandes routes dans de grands espaces ;-)
Ah, ben tant que j'y suis, voilà quelques infos sur le sujet : 
Je ferai une boucle de Las Vegas à Las Vegas, via Kingman, un bout de la mythique Route 66 ( Oatman, Hackberry, Seligman... ), puis le Grand Canyon, Monument Valley, Canyonlands, Arches National Park ( que j'abrégerai désormais en NP! ), Capitol Reef, Bryce Canyon et Zion NP!! Le tout en 9 jours à moto ( moyenne de 270 km par jour ) :-)
 
Arrivée chez Eaglerider, je suis prise en main par un personnel sympathique.
On me dit d'aller me choisir un casque parmi les dizaines exposés sur des étagères. Il y a principalement des "bols" qui me font un peu peur niveau sécurité, 2 ou 3 intégraux, pas adaptés à la conduite par temps chaud et en Harley, et heureuserment, j'arrive à trouver ma taille parmi quelques "jets" un peu plus protecteurs que les bols, j'en trouve même un qui a une petite visière pare-soleil sur le dessus, parfait! 
Je ressors, ma moto est sortie, je commence à y installer mes bagages en attendant que l'employé en finisse avec un couple de motards allemands arrivés avant moi.  
Bien que j'ai prévu de ne pas trop remplir en épaisseur mes sacoches de moto Givi, car j'ai repéré que les valises Harley sont assez étroites, j'ai un peu de mal à les rentrer car en plus, l'ouverture elle-même est également étroite :-/ Je commence donc une gymnastique que je devrai répéter tous les prochains matins à venir ;-)
J'arrime sur le porte-paquet le sac étanche prêté par Vincent ( merci :-* ), à l'aide d'une araignée : là encore, heureusement que je ne l'ai pas rempli à fond, car le porte-paquet est vraiment petit et le sac déborde pas mal tout autour! 
Et pas moyen de l'installer sur la selle passager : non seulement ça ne serait pas pratique pour monter et descendre de la moto, mais en plus, aucun point d'arrimage en-dessous de la selle pour l'araignée. 
Les loueurs de motos américains étant bien organisés, je peux aller entreposer ma valise ( là, c'est Eric que je remercie ;-) ) désormais vide ( à l'exception de ma paire de tennis, dont je ne veux pas me charger inutilement, puisqu'elles me font très mal aux pieds! ) dans le local prévu à cet effet :-)
Bon timing, je ressors, le gars est prêt à m'expliquer en gros le fonctionnement de la moto. 
Je lui demande s'il ne pourrait pas avoir la gentillesse de m'aider à poser le support GPS au guidon de mon Heritage Softail, ou au moins de me prêter la clé qui va  bien pour le faire. 
Pas de problème, c'est lui qui s'en charge, il refuse même le bout de caoutchouc que j'avais soigneusement prévu pour protéger le guidon d'éventuelles rayures dûes au support, me disant que la Harley ne craint rien à ce niveau, c'est du solide :-) Je range donc mon long caoutchouc ( un vieux bout de chambre à air! ) dans la poche de mon blouson. Ah, à propos de blouson : craignant nettement plus le chaud que le froid, j'ai décidé de faire ce voyage avec mon blouson d'été, malgré quelques risques de fraîcheur les matins ou les soirs dans certains parcs hauts en altitude. 
Hélas, je lui indique un mauvais endroit où mettre le support GPS, oubliant que celui-ci ne peut pas vraiment se tourner à 360°. Mais comme je lui ai déjà donné "la pièce" au moment où j'installe le GPS lui-même ( que j'ai pris soin d'allumer la veille au soir à mon hôtel, car il lui faut un bon moment avant de comprendre où il est, le pauvre, après avoir traversé l'Atlantique et les Etats-Unis! ), et que j'ai hâte de partir vers de nouvelles aventures, je ne lui demande pas de le changer de place. 
Mais il a l'oeil, et voyant qu'une fois installé, le GPS se trouve de travers, il décide de me confier sa clé pour la durée de mon voyage, pour que je puisse modifier la position si nécessaire :-) 
Je pars donc enfin, très prudemment, avec cette moto que je ne connais pas mais que j'aime déjà! 
Ah, in extremis, une dernière précision : attention, il n'y a pas de sécurité ( coupe-contact ) au niveau de la béquille : je peux démarrer et rouler avec la béquille dépliée! C'est qq chose que je n'ai jamais connu avec mes nombreuses japonaises, il va falloir que je fasse gaffe! 
 

Eaglerider Las Vegas


Moi devant chez Eaglerider :-)

GPS pas encore bien installé ;-)


Mon GPS me dirige vers ma première étape, le barrage Hoover, qui a créé le lac artificiel le plus grand des Etats-Unis, le lac Mead.



Il fait déjà bien chaud quand j'y arrive. Mes préparations de voyage m'ont permis de savoir
qu'au lieu de s'arrêter au parking payant à l'avant du barrage ( Nevada ), on peut se garer gratuitement de l'autre côté ( côté Arizona, le barrage et le lac séparant ces deux états ). Plus de place, donc en bonne française, je glisse ma Harley sur des zébras entre deux voitures, où elle ne gêne personne ;-)
Avant de l'abandonner le temps de la visite, je prends soin de me forcer à boire une petite bouteille d'1/2l d'eau, car j'ai le défaut de ne pas ressentir la soif avant d'être largement déshydratée, ce qui n'est pas bon dans ces coins désertiques ;-)
Après l'aller-retour à pied sur le barrage ( où je trouve le niveau tristement bas : le lac s'assèche de plus en plus :-( ) et sous une vraie grosse chaleur, je n'ai plus besoin de me forcer à boire, la 2ème petite bouteille d'eau est bue en quelques secondes ;-)
Je n'en ai plus, il faudra que j'en rachète rapidement, ou que je remplisse mes bouteilles!



Je pose devant le lac Mead

Lac Mead


L'autre côté du barrage Hoover


Barrage Hoover


Barrage Hoover


Pont "Hoover Dam Bypass"

Barrage Hoover


Barrage Hoover


















A peine repartie, je m'aperçois que la jauge à essence est déjà bien basse : le plein n'a pas dû être fait par la personne qui a loué la Harley avant moi ( alors que je dois la rendre avec le plein fait! )!
Mon brave GPS m'indique une station-service Chevron sur mon itinéraire, et j'en profite aussi pour racheter 2 bouteilles d'eau, car la chaleur est de plus en plus forte, je pense qu'il doit faire au moins 35° :-/
Je me dis que si toutes mes vacances se passent sous cette chaleur, je vais être mal, alors que j'ai choisi le mois de mai justement dans l'espoir que ça ne soit pas trop torride!
Comme j'arrive à la hauteur de Kingman, ville de ma première étape, à seulement 13h, je décide de faire mon aller-retour à Oatman avant d'aller m'installer à mon hôtel : la chambre risque de ne pas être encore prête à cette heure-là!
Jusque là, les routes étaient nickel niveau revêtement ( normal, c'était de grands axes ), et relativement variées niveau paysages ( bon, il faut dire aussi que je suis toute excitée de me retrouver enfin à rouler en Harley aux USA, donc ça aide! ) mais à la sortie de Kingman, au bout de quelques miles de route toute droite et mauvaise ( sortes de saillies transversales tous les 3-4 mètres sur la route, guère visibles à l'oeil mais pourtant bien "tape-cul" :-/ ), et la chaleur n'aidant pas à ma sérénité, je me demande si les 20 miles aller et autant au retour ( environ 65km! ), avec une route dans cet état ( fut-elle 66 ;-) ), valent vraiment le détour pour aller voir un patelin avec des ânes, alors que j'ai quand même déjà pas mal roulé aujourd'hui...
Bon, je persiste quand même, et je m'arrête même pour faire quelques photos


Entre Kingman et Oatman

 quand j'aperçois une plante que j'ai découverte l'année dernière lors de mon petit périple de San Francisco à Los Angeles ( voir mon blog en mars 2012 ;-) ), j'ai nommé le très joli ocotillo :-), avec en arrière-plan des formations rocheuses assez "western"!
En plus, il est en fleurs, comme c'était le cas environ un mois plus tôt dans l'année, en 2012.



Ocotillo près de Kingman, Route 66

Ocotillo près de Kingman, Route 66


A peine garée, une voiture venant en sens inverse s'arrête à mon niveau et le gentil monsieur me demande si tout va bien. A ma réponse affirmative, il enchaine en me disant que j'ai une bien belle moto et me demande de quelle année elle est.
Je lui explique que je ne le sais pas, car je la loue pour aller visiter quelques parcs nationaux. Il me félicite de mon choix, m'explique qu'il roule aussi en Harley, et me propose de me prendre en photo sur ma moto avec mon APN, ce que j'accepte avec plaisir. Tout au long de mon voyage, je rencontrerai des américains amicaux, ouverts  et serviables comme lui, un vrai plaisir.



On the Route 66 :-)

Il va même jusqu'à me signaler que d'ici Oatman, où je lui ai dit que j'allais, il y a deux "U-turns".
Parlant mal anglais, je traduis dans ma tête par "demi-tours" et je me demande pourquoi il m'en parle...mais le remercie chaleureusement de l'info ;-)
Je repars, contente de voir que la route, si elle est toujours en mauvais état, commence enfin à se tortiller comme l'aiment les motards dignes de ce nom ;-)
Et le paysage change, je monte un peu en altitude, et je vois du mouvement et de la poussière dans les broussailles à droite : super, des ânes sauvages qui font les fous :-) Un peu loin, mais je les prends quand même en photo!



Route 66 entre Kingman et Oatman

On approche d'Oatman... :-)


Vous voyez les ânes, au loin?



Les voici zoomés!
 

Ca y est, je ne regrette plus d'être sur cette route, plus monotone du tout!
Les saillies de la route font place a tout un tas de joints de bitume qui tapissent la route. Heureusement, en bons spécialistes de la chaleur qu'ils sont, les terrassiers du coin ont trouvé un mélange qui ne fond pas au soleil comme c'est parfois le cas par chez nous, ce qui donne une route glissante dangereuse!
Donc là, ça va, ça n'est pas gênant, et je préfère nettement ça au "tape-cul" des miles précédents.



Route 66 vers Oatman

Les virages se font de plus en plus serrés, et au moment où je vois un panneau me recommandant de rouler à 10 mph ( 16km/h!! ), je comprends soudain la signification des "U-turns" dont me parlait le gars il y a quelques minutes : il s'agit en fait de virages en "épingle à cheveux"!
Et en fait, l'image d'un "tournant en U" est pourtant très claire, j'aurais dû comprendre :-/
Donc je sais par mon informateur qu'il y en aura encore un autre d'ici Oatman, mais ça n'est pas un problème, car il n'est pas du tout aussi sévère que ceux qu'on peut rencontrer dans les Alpes ( et aussi moins en pente ) donc en respectant la limitation de vitesse, malgré le gabarit de l'Heritage Softail et son avant assez lourd qui "embarque" dans les manoeuvres à petite vitesse, je passe absolument sans le moindre problème.
Je passe le col de Sitgreaves à 3550 pieds ( 1082 m. ), les joints de bitume prolifèrent de plus en plus.
C'est maintenant au tour des chollas de me rappeler le Joshua Tree National Park visité l'année dernière :

http://www.ouestusa.org/index.php/menu-art-californie/menu-cat-joshua/menu-art-joshua-cholla



et deux minutes plus tard, j'arrive à Oatman, ancienne ville minière qui utilisait des ânes pour tirer les chariots de minerai ( or ), et dont la rue principale est remplie de descendants de ces animaux, devenus sauvages!

http://www.oatmangoldroad.org/burros.htm

Là-bas, ils ne les appelent pas "donkeys", du nom anglais, mais burros, peut-être à cause de la proximité du Mexique?
"Early 19th century. From Spanish, a back-formation from borrico “donkey,” from late Latin burricus “small horse,” of uncertain origin: perhaps from Germanic."
Dès l'arrivée, je suis dans l'ambiance western avec toutes les boutiques et bars dans ce style, et il y a vraiment plein d'ânes qui se baladent partout, j'adore, bien sûr, et je ne regrette plus du tout le détour ( d'autant plus que la route n'a pas du tout été morne et droite d'un bout à l'autre, comme je le craignais au début! )
Une dame a eu la bonne idée d'emporter un sac de carottes bien juteuses et elle fait la distribution des prix au milieu de la route :-)
J'en profite pour lui demander d'attirer quelques ânes près de ma moto pour faire des photos ;-)
Comme il fait de plus en plus chaud ( peut-être 38/40°? ), après quelques dizaines de photos de saloons, burros et autres motos,



Oatman

Oatman et ses ânes :-)



Ma Harley et une copine à Oatman
 
Oatmâne ;-)


Oatman

Oatman

La Dame aux Ca...rottes ;-)

Oatman

Oatman

Oatman



Oatman


Oatman


Oatman


Oatman


Oatman


Oatman

Oatman


je vais m'abriter dans un bar-boutique où je bois un coup et où je craque pour un petit âne en peluche "cro mignon", que je baptiserai rapidement "Burrito", car je trouve que ça fait diminutif de "burro", et au diable la similitude avec la spécialité culinaire mexicaine ;-)


Burrito tout neuf!

J'ai tout de suite dans l'idée de l'accrocher à l'avant de ma moto, pour qu'il participe activement à mon voyage en pouvant admirer le paysage ( voire me prévenir en cas d'imprévu ), en attendant de finir, de retour en France, dans les bras d'un célèbre éleveur de Poiludous de ma connaissance ;-)
Et je sais déjà comment je vais l'y accrocher, quand j'aurai le temps de faire ça bien : avec la lanière de chambre à air qui n'a pas eu besoin de protéger le guidon de ma Harley de mon support GPS :-)
Je reprends cette portion de la Route 66 dans l'autre sens.


Entre Oatman et Kingman

La fameuse Route 66!

Entre Oatman et Kingman

Entre Oatman et Kingman

1/2h plus tard, je me gare devant ce qui me semble être un bar typé Route 66 pour m'y désaltérer encore, mais c'est en fait un musée de la Route 66, qui fait aussi boutique de souvenirs.

http://www.coolspringsroute66.com/


Coolsprings

Coolsprings


Coolsprings

Je discute un bon moment avec le sympathique propriétaire, qui me parle aussi pas mal du "Hoover Dam" que j'ai visité plus tôt dans la matinée, et il a l'air pessimiste sur son devenir, à cause de la baisse catastrophique et a priori inexorable du niveau du lac Mead :-/
Il me demande si je veux bien signer son livre d'or, ce que je fais avec grand plaisir, et je lui achète deux bouteilles d'eau fraîche, dont une que je bois directement pendant qu'on discute!
Vraiment plus besoin de me forcer, mon corps réclame cette eau!


J'arrive finalement à mon hôtel "Best Western Plus Kings Inn & Suites" ( !! ) un peu avant 18h. Ou bien est-ce 19h, à cause d'un décalage d'une heure entre le Nevada et l'Arizona? Je ne sais plus, mais peu importe!

 http://bestwesternarizona.com/hotels/best-western-plus-kings-inn-and-suites



Best Western Plus Kings Inn

















Ma chambre est belle est vaste, avec une belle grande douche qui sera vite utilisée!


BW Plus Kings Inn, Kingman

Mais je repars rapidement vers le centre-ville de Kingman,



Kingman

où j'ai repéré sur mon GPS lors de ma préparation, quelques restaurants et "diners américains" qui devraient me plaire!

http://www.50samericandiner.be/fr/pages/56/historique-des-diners-americains.html

Je décide de commencer par "Mr D'z", dont j'ai vu un reportage un jour à la télé, et je ne suis pas déçue : les couleurs sont bien flashy comme dans mon souvenir :-)))

http://www.mrdzrt66diner.com/

Je voulais n'y prendre qu'une boisson, pour aller ensuite manger dans un autre restaurant, mais un petit panneau attire mon attention : et si je me prenais, comme entrée, des sticks de mozzarella panés? Ca a l'air délicieux!
Ca l'est ( et les serveuses sont charmantes, se proposant pour me prendre en photo...avec Elvis et Marilyn ;-) ) mais c'est aussi très copieux ( constante aux USA )!



Mr D'z, Kingman


Mr D'z, Kingman


Mr D'z, Kingman


Mr D'z, Kingman

Mais je ne peux quand même pas rentrer à l'hôtel en n'ayant mis les pieds que dans un seul "diner"!
Je prends donc le prétexte que je n'ai pas mangé à midi ;-) pour m'attaquer à un autre de mes choix : le "ristorante & steakhouse Mattina's", un peu à l'arrière de l'artère principale.

http://mattinasristorante.com/

Mattina's Ristorante, Kingman


Je n'ai évidemment plus assez faim pour prendre une entrée, je me "contente" donc d'un rib-eye steak ( rare ( saignant ) of course! )  que je choisis de garnir avec des légumes variés.


Mattina's Ristorante, Kingman

















Ca me suffira amplement, vu la taille du morceau ( excellent ), et, comme dirait Gilles, avec ça, je pourrai aller au lit sans souper ;-)
La patronne vient voir si tout va bien et me félicite, elle aussi, de faire un si beau périple à moto.

Je rentre à l'hôtel où, après avoir tâté du pied l'eau de la piscine, glaciale à cette heure-là ( 21h ou 22h ), je décide de plutôt passer un bon moment dans le grand jacuzzi bien chaud :-)

Jacuzzi du BW Plus Kings inn, Kingman


Rentrée dans ma chambre, je me fait un déca avec la cafetière fournie ( ça sera un rite quasi immuable pour le reste de mon séjour! )

Café ou déca, au choix :-)


et après m'être re-douchée et avoir soigné mon ampoule, je me suis effondrée dans le grand et hyper confortable lit, accompagnée par Oscar ( le neveu de Nounours, rappelez-vous! ), mon fidèle compagnon de moto depuis des années. ( comme il est petit, j'ai peur de le perdre sur la route en l'attachant sur la moto, donc il reste dans mes bagages le jour et dort avec moi la nuit. Dis, tu n'es pas jaloux, Francis? ;-) ) 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire