dimanche 25 juin 2017

Le Sri Lanka en solo en Royal Enfield, 5 avril, de Sigiriya à Polonnâruvâ



Petit déjeuner sri lankais, je suis ravie, là encore, comme le dîner d'hier, c'est délicieux et ça justifie largement l'écart de prix avec mes précédents logements! Je crois que je pourrai sauter le déjeuner ;-)



Je demande à mes hôtes si je peux aller visiter le Rocher du Lion de Sigiriya "les mains dans les poches", en laissant mes bagages chez eux : pas de problème! C'est un vrai confort pour moi, de ne pas avoir à m'inquiéter pour mes bagages, même si Suranga m'a dit que ce genre de vols étaient extrêmement rares.
Le Rocher du Lion, site très connu et inscrit au Patrimoine Mondial de l'Humanité, est un vaste palais construit il y a des siècles sur le haut d'un gros rocher. 
Je me lève tôt pour y arriver tôt dans l'espoir qu'il fasse moins chaud et qu'il y ait moins de monde. C'est effectivement le cas ( nettement mieux au début de l'ascension qu'à mon retour sur le "plancher des vaches"!) mais je pense que quand je commence à monter il fait déjà environ 30° (25 à mon réveil à 6h du matin!) et il y a eu jusqu'à 35° dans la journée! L'ascension est très très très très dure! :-( mais belle récompense au sommet avec la vue panoramique et les ruines de cette ancienne cité :-)
Mais il faut faire gaffe aux guêpes, il y en avait des énormes essaims dans les arbres!!
Les consignes sont simples : il ne faut pas parler fort pour ne pas les énerver ;-)
Je ne les ai pas comptées mais selon les guides, papier ou sur place, il y a entre 1000 et 1200 marches avant d'arriver en haut, dont une partie déconseillée  à ceux qui ont le vertige car les escaliers sont vraiment insérés dans la paroi du rocher!
Au guichet où j'achète mon billet ( 4.500 roupies ou 30$ ), je demande à l'employée si je peux lui laisser mon casque, seul élément moto que j'ai sur moi et qui me gênerait dans l'ascension. Elle n'est pas enthousiaste mais demande à un gars qui m'emmène le poser dans une salle pas loin, ouf, ça sera quand même nettement plus agréable! 
Ah, oui, j'ai oublié de préciser : lors de l'achat de ce casque jet avant le départ, je n'ai pas remarqué qu'il n'avait pas d'anneau de sécurité à la jugulaire, celui qui sert à l'accrocher à un cadenas, sur la moto, quand on s'arrête! Je n'ai donc pas de moyen de le laisser en sécurité sur la moto, et c'est un assez gros défaut ( pour le reste, il était très bien, avec sa visière qui descend bien bas, très protectrice, poussière, pluie, insectes... )! Mais il s'avérera qu'au fil des jours suivants, imitant les autochtones, je le laisserai très souvent juste posé sur le guidon, sans aucun problème, même pour une ou deux heures! 

Un des spots de ce site, ce sont les fameuses "Demoiselles de Sigiriya", peintes dans une anfractuosité du rocher, qu'on atteint en montant un escalier métallique en colimaçon. Hélas les photos y sont interdites, donc vous n'y aurez pas droit, il faut aller sur place pour les mériter ;-)
Bon, plus simplement, vous pouvez aller voir des photos sur Google!
OUF!!! Après 1h de grimpette d'environ 1100 marches, me voici en haut du Rocher du Lion, trempée de sueur! Belle vue à 360° sur la forêt et la plaine!
Voilà quelques photos de ce site impressionnant : 

L'accès au site via une piste. 












En arrivant le matin, le Rocher du Lion se trouve hélas à contre-jour, donc un peu dommage pour les photos, mais le gros avantage c'est que ça permet de faire une grande partie de l'ascension dans l'ombre, alors pour une fois, au diable les photos! D'autant plus qu'y aller tôt le matin apporte aussi une relative fraîcheur et moins de monde! Donc : "y a pas photo"!
























Et il y en a des dizaines, de volées de marches comme celle-là :-/

























A une certaine heure, un hymne retentit, et tous les employés du site s'arrêtent de travailler et se mettent au garde-à-vous!

































































Quand je pense que j'arrive de tout au bout de l'allée, là, au fond!!!





















En redescendant en bas du site du Rocher du Lion, je tombe sur toute une troupe d'écolier(e)s en uniformes. Je veux juste en prendre quelques-uns en photo, je demande donc l'autorisation à leur responsable. Ni une, ni deux, militairement, il les rassemble tous à mon intention pour que je fasse des photos! Sympa mais un peu "trop" ;-)
Comme, un peu plus loin, ils m'ont rattrapée quand j'arrivais à la moto, j'ai abusé de la patience du responsable en lui demandant, précisément cette fois, s'il pouvait m'en choisir juste cinq ou six pour poser autour de ma moto! Pas de problème!






















Je retourne chercher mes affaires à mon logement, et je reprends la route.
Quelques photos sur mon trajet en direction de Polonnâruvâ, sur une route vraiment très sympa, au bon revêtement ( jusqu'à présent, les routes ont toujours été vraiment très correctes )...dont une méga crotte d'éléphant :-D
























Si vous vous rappelez de ma journée d'hier, j'en étais à chercher des motards de la police qui accepteraient de me laisser monter sur leurs motos pour augmenter ma collection de photos sur ce thème.
Je désespérais un peu car les deux couples de motards que j'avais vu hier avaient l'air très stricts sur le sujet, et en plus je n'avais pas sur mon smartphone de photo de ma propre moto qui est justement une Yamaha Diversion 600, exactement comme la leur, sauf que la mienne est bleue et la leur est blanche!!!
Ce triste constat n'étant pas tombé dans l'oreille d'un sourd, Marc B. est venu à mon secours en m'envoyant par mail une photo de ma chère et tendre avec en plus un magnifique tank en arrière-plan, qui avait toutes les chances de plaire à ces policiers au look très militaire!


Ma Super Diversion :-)

Et bien bingo, ça n'a pas loupé ! Je vois une paire de motards garés sur le bas-côté, hop, je fais demi-tour (pas sur une ligne blanche, hein!) pour les rejoindre.
Je commence en leur disant : "J'ai une photo à vous montrer, regardez, en France, j'ai la même moto que vous!" Ça leur plaît bien et je les achève avec ma collection de photos de motos de police de tas de pays.
En fait c'est surtout le jeune qui est tout fou-fou en voyant toutes les motos de ses collègues d'autres pays, pendant que son aîné verbalise plus sérieusement un contrevenant!
Mais finalement en voyant ma Diversion avec toutes ses valises ( elle paraît plus grosse que la leur, il a l'air assez étonné, je dois zoomer pour lui montrer que c'est bien le même modèle!) il craque et il accepte, mais en disant qu'il ne faut pas qu'on voit le numéro de la moto sur la photo.
C'est pas ça qui va m'arrêter et j'improvise donc en posant mes gants sur la plaque pour la cacher ;-)
En fait je suis tellement contente d'avoir réussi, que sur ma lancée, quelques kilomètres plus loin, profitant qu'un motard de la police que je croise lève un pouce en l'air pour me féliciter pour ma Royal Enfield :-) je refais le même coup et j'arrive à les convaincre nettement plus facilement, et non seulement ils se fichent qu'on voit leurs plaques mais en plus ils posent avec moi en faisant photographier le gars qu'ils viennent de verbaliser :-D
Chuis trop contente!








 Et hop, on recommence!






Je continue ma route, je fais une pause thé dans un restaurant au bord d'un lac, qui annonçait du wifi, hélas il est en rade, un coup pour rien!
Mais le site est sympa, et le reste de la route jusqu'à mon logement également.











Seaux de sable anti-incendie à une pompe à essence


Arrivée à Polonnâruvâ, mon sang ne fait qu'un tour en voyant un étal présentant plein de pétards et de feux d'artifice ( le Nouvel An approche! ) : j'adorais ça quand j'étais gamine ( surtout les pétards! ) et même adulte, quand j'en ai l'occasion... ;-) Je me jette donc sur la dame qui tient le stand pour la dévaliser, prenant un peu de tout, dont des petits ronds qui ont l'air rigolo : on verra bien plus tard ce que c'est exactement!

Stand de pétards à Polonnâruvâ :-)
Je suis mon GPS jusqu'à l'endroit présumé et approximatif de mon logement ( dans des petites allées dallées pas loin du centre-ville ), je passe, repasse, je sens que je ne suis pas loin, mais je ne vois pas de panneau ni personne à qui demander :-( Et en roulant à petite vitesse à moto, je deviens chèvre avec la chaleur étouffante sous mon blouson, mon casque, mes gants :-(
Je retourne sur l'axe principal et je m'arrête dans une boutique dont je n'ai pas compris ce qu'ils vendaient ( peut-être des abonnements pour mobiles? ), mais qui, en tous cas, à voir de loin les souriantes hôtesses toutes fraîches, a l'air CLIMATISE, ça me permettra de reprendre mes esprits!
J'ai beaucoup de mal à faire comprendre mon problème à ces jeunes filles qui ne parlent pas anglais, mais je finis par réussir à les convaincre de téléphoner avec leur mobile ( ça me coûterait une fortune avec le mien! ) au numéro indiqué sur ma réservation booking.com. Et là, tout s'arrange, le gars au téléphone me dit qu'il arrive tout de suite ( et moi qui me préparais à essayer de comprendre ses explications pour arriver jusque chez lui! ) et en effet, il arrive en scooter au bout de même pas 5 mn : je n'étais pas loin!
Je le suis jusqu'à la Sanctuary Cove Guest House devant laquelle je suis passée tout à l'heure, mais le problème c'est que leur enseigne est tournée dans le sens inverse de celui par lequel je suis arrivée, donc je ne l'ai pas vue :-(


 Les proprios posent avec ma Royal Enfield :-)



Sa femme m'accueille gentiment avec un verre de citronnade bien fraîche, j'essaie de me brancher à leur wifi, en vain.
Il fait tellement chaud ( constante de mes vacances :-/ ) que dès que j'ai fini ma boisson, je me précipite sous la douche, on verra plus tard pour le wifi!
Et je suis tellement bien dans ma chambre climatisée que je reste là jusqu'au dîner : j'ai bien assez crapahuté ce matin avec les watt mille marches de Sigiriya! Et en plus, le wifi a fini par fonctionner ;-)







Mon stock de guerre :-)

Mon petit compagnon de chambrée :-)


Là aussi, j'ai réservé la "table d'hôtes", et je ne suis pas déçue : encore un excellent "rice and curries" avec plein de petits plats délicieusement parfumés :-)



Avant le départ, j'avais lu dans mes guides que la nourriture au Sri Lanka n'était pas très variée, justement toujours ces "rice and curries", mais tous ceux que j'ai mangés jusqu'à présent, bien qu'ayant souvent des bases communes, étaient tous différents les uns des autres, et délicieux, donc c'est parfait pour moi!
Comme j'ai l'habitude, à la paysanne, de me mettre une serviette autour du cou (surtout avec des plats qui tachent!) et que les serviettes en papier ici sont très petites, mon hôte a pitié et m'apporte un grand torchon :-D



Belle idée : les murs de la Guest House sont recouverts de mots des hôtes y ayant séjourné :-)





















Je ressors à pied après le dîner pour aller faire quelques pétards en ville ( mais sans mon APN, pour vivre pleinement le moment ;-) ), car j'en ai entendu quelques uns éclater, donc je ne me sens pas seule ;-)
Bonne soirée à tous, moi, je me couche tôt pour me lever tôt demain!
J'aime visiter les sites quand il ne fait pas trop chaud et qu'il n'y a pas trop de monde... même si je ne sais pas encore trop par quel bout je vais attaquer le site de Polonnâruvâ qui a l'air assez "compliqué" à visiter...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire