mardi 19 février 2013

Jeudi 22 novembre : phares, mer démontée et La Corogne




Après un copieux petit-déjeuner à la Chambre d’Hôtes ( dont charcuteries et 4 crêpes maison délicieuses ! ),

Petit-déj à la Casa Castineira

Petit-déj à la Casa Castineira 


 je suis partie à 9h10 et pour une fois, il faisait doux : 10,5° !
Encore pas mal de paysages de campagne, d’horréos  et d’églises

Galice

Galice

Galice

Galice

Galice

Galice


 avant d’arriver au Sanctuaire Da Virxe da Barca ( Notre-Dame de la Barque ) :



où j’ai trouvé une mer démontée qui m’a finalement plus fascinée que le sanctuaire lui-même, d’autant plus qu’il était fermé !

Sanctuaire Da Virxe da Barca

Près du Sanctuaire Da Virxe da Barca

Sanctuaire Da Virxe da Barca

















Près du Sanctuaire Da Virxe da Barca

Sanctuaire Da Virxe da Barca

Près du Sanctuaire Da Virxe da Barca

Près du Sanctuaire Da Virxe da Barca

Près du Sanctuaire Da Virxe da Barca


Sanctuaire Da Virxe da Barca

Sanctuaire Da Virxe da Barca

Sanctuaire Da Virxe da Barca

Près du Sanctuaire Da Virxe da Barca

 
Un peu plus loin, j’ai cru entrapercevoir sur un chemin pentu dans une forêt un improbable attelage de deux vaches qui tiraient une charrette d’un autre âge. 
Voulant en avoir le cœur net, j’ai fait demi-tour un peu plus loin et en effet, je n’avais pas rêvé, il y avait là un couple de paysans qui chargeaient des branchages ( je dirais des genêts ? ) sur une charrette attelée de deux vaches !
Ca n’est quand même plus trop courant de nos jours.
Après les salutations d’usage, la femme m’a fait comprendre que je pouvais prendre des photos, mais pas d’elle, elle m’a donc légèrement tourné le dos, mais sans animosité.
Ils parlaient entre eux et au bout de 2/3 mn, le gars m’a posé une question, sans doute pour vérifier lequel des deux avait raison ;-)
Il m’a demandé quelque chose avec les mot «hombre en el coche » ( environ !!! ) en me montrant la Corsa et j’ai compris que l’un soupçonnait que je voyageais seule et l’autre n’imaginait pas que je pouvais me promener hors de mon pays sans mon homme ;-)
J’ai donc donné raison à l’un ou à l’autre, je ne saurai jamais lequel.
Pour amadouer un peu la femme, je lui ai demandé comment s’appelaient les deux belles vaches, et en effet, elle a eu l’air de s’adoucir en me nommant Laura et Negrita, et a même esquissé un sourire quand je les ai caressées. Laura avait de belles oreilles bicolores et Negrita de belles oreilles rousses et un toupet sur le front assorti, malgré son nom ! Mais les pauvres, leur joug avait l’air bien sommaire et lourd :- (

Laura et Negrita

Laura et Negrita

Negrita a bien du courage!

Quelques kilomètres plus loin, à Molinos, ouvrant ma vitre pour demander s’il y avait bien des moulins à Molinos, comme j’avais cru le comprendre ( mon hôtesse m’en avait parlé la veille à la CH ), la brave dame qui devait me répondre ne s’est pas démontée et est rentrée à l’arrière de la voiture en me faisant signe d’aller dans une direction ! J’ai été un peu vexée quand j’ai réagi qu’elle n’avait pas compris ma demande de moulins mais qu’elle voulait juste profiter de mon moteur pour se faire déposer chez elle, à qq km de là ;-D
Faisant contre mauvaise fortune bon cœur ( définition : « s'adapter à une situation même quand elle ne semble pas profitable, s'accommoder de quelque chose qui ne convient pas ; accepter ce qu'on ne peut refuser » ;-) ), j’ai profité que j’étais là, à Laxe ( que j'ai un peu visité ), pour faire une pause « cortado » dans un joli bar ( café Rivera :
http://www.costadelamuerte.com/mesones/barrivera.html , repeint en vert depuis la photo de ce site ! ),  

Laxe

Laxe

Café Rivera à Laxe

Café Rivera à Laxe

Laxe


  













 et pour pousser jusqu’au phare, très quelconque ( j’avais eu raison de ne pas le mettre dans mon RB à l’origine ;-) ) mais où j’ai passé mon 2ème moment de contemplation de la journée devant ces vagues aussi furieuses qu’inlassables dans leur combat contre les rochers :- )

Côte de Galice

Galice

Phare en Galice

Côte en Galice

Côte en Galice

Côte en Galice

Griffe de sorcière


J’ai repris le cours de mon RB et après quelques villages aux horréos de qualités et matériaux divers,

Galice

Galice

 j’ai traversé un « champ d’éoliennes »
Galice

 pour atteindre un 3ème phare sur la Côte de la Mort, celui de la Punta Nariga.        
 http://www.minube.com/rincon/faro-de-punta-nariga-a89871

J’ai bien aimé ce phare moderne ( construit de 1993 à 1996, inauguré en 1998 ), sur la base duquel on peut monter ( déjà haut ) pour admirer le large.

Traduction partielle de Google sur le lien ci-dessus :
« Le phare de Punta Nariga est innovant et de la mer, sa figure ressemble à un navire transportant une tour de pierre. La base, un point de vue de forme triangulaire contraste avec l'environnement de rochers aux alentours ; la tour s'élève à 39 mètres au-dessus de l'horizon »

 L’océan y était toujours démonté, d’où un 3ème moment de recueillement devant la force des vagues, c’était la journée !  Mais j’ai en plus admiré l’architecture du phare, contrairement aux précédents, ainsi que les rochers arrondis par le vent et la mer et percés de marmites de géants, dont certains étaient joliment intégrés dans la base du phare :- )
Il y avait aussi quelques « griffes de sorcières » ( rencontrées tout au long de la côte ) en fleur.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Carpobrotus_edulis

Phare de la Punta Nariga

Près du phare de la Punta Nariga

Phare de la Punta Nariga

Près du phare de la Punta Nariga

Phare de la Punta Nariga

Phare de la Punta Nariga

Phare de la Punta Nariga




Phare de la Punta Nariga

Près du phare de la Punta Nariga

Phare de la Punta Nariga

Phare de la Punta Nariga

Phare de la Punta Nariga


Phare de la Punta Nariga


Griffe de sorcière


Quelques champs de choux plus tard, je rejoignais l’autoroute ( la seule payante parmi les quelques une empruntées durant ces vacances ) pour atteindre la Corogne.
Après un tour pour voir la Tour d’Hercule


Tour d'Hercule à La Corogne

Tour d'Hercule à La Corogne

Près de la tour d'Hercule à La Corogne





















sans rentrer dedans pour cause d’éloignement du parking ;-), je suis repartie me garer au parking très central de l’hôtel de ville ( merci le GVM ) et grâce à un plan donné par l’Office du Tourisme ( sur la place même de l’hôtel de ville ), j’ai fait un tour à pied de la vieille-ville qui, est-ce le temps gris triste qui m’a influencé ?, ne m’a pas laissé un souvenir impérissable. J’ai quand même bien apprécié les grandes longueurs d’immeubles ( notamment en face de la Marina ) aux façades totalement recouvertes de balcons entièrement vitrés, très typiques du coin.

Ah ben d’ailleurs la bible Wikipedia en parle :


Et j’ai aussi trouvé cette remarque sur un autre site :

« La Corogne est également connue sous le nom de crystal city parce qu'il existe de nombreux immeubles avec des balcons couverts en verre »

Donc ceci amenant cela :


Je vois que je ne suis pas la seule à apprécier ces immeubles !

Quelques photos de La Corogne :

Hôtel de ville à La Corogne

La Corogne

La Corogne


La Corogne

La Corogne

Port de La Corogne

La Corogne

La Corogne

La Corogne

La Corogne

La Corogne

La Corogne

La Corogne

La Corogne

La Corogne

La Corogne

La Corogne

Pulperia à La Corogne
 




Retour près de l’hôtel de ville où j’ai eu la déception de voir qu’un des restos conseillés par le GDR était fermé.
Mais comme je n’avais guère faim, je me suis finalement contentée d’un jus d’oranges pressées dans un bar où j’avais repéré du wifi, pour pouvoir envoyer des nouvelles à ma tribu.
Pour ce soir-là, n’ayant pas trouvé, au cours de ma préparation, de logement qui me convenait dans la région, j’ai décidé de faire comme le jour où j’ai fini à Cangas de Narcéa, c’est-à-dire entamer le RB du lendemain et improviser quand la lumière du jour commencerait à baisser.
Je suis donc repartie de La Corogne, j’ai pris l’autoroute jusqu’à Ferrol, puis la route « verte » jusqu’à Valdovino. J’ai encore poussé un peu plus puis je me suis arrêtée sur le bas-côté de la route pour faire le point et voir si par là, j’avais surligné des logements sympas.
Eh bien Madame Bonnétoile veillait toujours, oui, pas loin de Cedeira j’avais repéré un beau logement comme je les aime dans le GDR : l’Hospederia Casa Cordobelas : http://www.cordobelas.com/


Hospederia Casa Cordobelas

Hospederia Casa Cordobelas

Hospederia Casa Cordobelas
















J’ai profité du mini-forfait « étranger » que je m’étais acheté chez Orange pour téléphoner afin de savoir si c’était bien ouvert ( pour la dispo, je n’avais pas trop de craintes ! ) et oui, pas de problème, la dame me réservait une chambre :- )
J’y suis arrivée 1/2h plus tard, à 18h30, de nuit ( il était temps de trouver quelque chose ! ) et je me suis installée dans une bien belle chambre très haute de plafond et avec un balcon ( 39€ sans le PDJ, mais ça les valait largement )

Ma chambre à la Casa Cordobelas

Ma chambre à la Casa Cordobelas

Ma chambre à la Casa Cordobelas

Ma chambre à la Casa Cordobelas




Commentaires du Guide du Routard

Sur les conseils de mon hôtesse, j’ai réglé le GPS sur le restaurant « A Taverna do Puntal », qui faisait paraît-il les meilleures tortillas de pomme de terre du coin, ce qui était une référence absolue puisqu’on est dans la région où on fait les meilleures tortillas d’Espagne ;-)
Et en effet, le GDR confirmait, parlant même de fabuleuse tortilla de patatas. J’en bavais déjà !
Je n’aurais pas dû : grosse déception en arrivant à la hauteur du restaurant : tout était sombre, il était fermé ;-(
Moins un point pour la dame qui n’était pas au courant des fermetures des restos qu’elle conseillait !
Je suis donc repartie vers le centre de Cedeira où je me suis installée chez Tia Maria où j’ai mangé un jarret de porc ( mais pas les frites qui l’accompagnait ) avec une petite bouteille de cidre…écologique, que mon estomac a bien mieux supporté que les cidres fermiers d’Oviedo ;-)

http://www.elrincondegalicia.com/bebidas/123-sidra-manzanova-ecologica.html

Tia Maria, Cedeira

Tia Maria, Cedeira

Tia Maria, Cedeira















De retour dans ma bedroom, sweet bedroom vers 22h, après demande de réservation de ma nuit suivante près de Viveiro par mail, j’ai dormi du sommeil du juste jusqu’à 8h30 !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire