samedi 4 octobre 2014

Irlande, 9 septembre, de Ahakista à Eyeries par la côte



Allez, un petit intermède avant de commencer la journée : j'ai oublié, au fil de mes CR, d'inclure des panoramiques fait avec mon smartphone, en voici quelques uns, en vrac :


















....................

Comme d'habitude, j'ai demandé mon breakfast à 8h, pour profiter au maximum de mes journées irlandaises :-)
Belle salle à manger avec cheminée en pierres, beau vaisselier en bois... mais il y a quand même la quasi inévitable étagère à kitscheries et photos de famille ;-)
Assiette hyper copieuse qui déborde de partout, je vais pouvoir attaquer la journée pleine d'énergie. 
















La veille, en photographiant les animaux de la maison, j'avais rencontré Mister Barry l'éleveur, à qui j'avais demandé si je pouvais aller voir les vaches. Il m'avait répondu non d'un air un peu bourru, arguant qu'elles n'étaient pas très sociables, donc je n'avais pas insisté.
Mais il avait bon fond ;-) et au petit-déjeuner, il passe la tête par la porte et me dit que si je veux, je peux venir voir les vaches quand j'aurai fini, mais sans les approcher trop :-)
C'est Jennie qui m'a accompagnée et m'a présentée à Madame 277 ( elles n'ont pas de nom :,-( ), qui est la moins sauvage.
Je verrai même le taureau :-) 




Je quitte ma « garden room » un peu avant 9h. Au compteur, 378 km ( flemme de mettre à zéro tous les soirs : je sais que je vais oublier de temps en temps, donc ça n'est pas la peine ! ) donc la veille, j'ai fait 128 km, arf, quasi la moitié du premier jour, en effet, ça me va mieux pour tourismer en toute quiétude !
Comme les jours précédents, je pars sous un beau ciel bleu.
Juste à la sortie du B&B, le petit port ( en fait, un simple «slipway for small boats », comme c'est décrit sur le site ), aussi joli de jour que de nuit. 




Je reprends la petite route herbeuse et je continue mon RB pour terminer ma visite de la péninsule de Sheep's Head.




A Kilcrohane, je fais une pause essence dans une boutique typique 
où on peut acheter à peu près tout, 

y compris de jolis timbres-poste que JF O'Mahony m'imprime à la demande, ce qui jure un peu avec le côté old style de l'ensemble ;-)







J'aime la description de cette boutique, trouvée dans l'Irish Examiner : 

"The village itself is centred around JF O’Mahony’s post-office, shop and, this being west Cork, wine bar.
With its blood red traditional shopfront, mounds of briquettes and gas bottles stacked outside and single petrol pump, it is the stuff of a Maeve Binchy mini-series. It being off-season, the village is quiet with the only sound the screech of swooping seagulls, distant waves and children playing in the nearby schoolyard. It’s the Ireland that the world fell in love with." 

Malgré une légère brume de beau temps ( qui me fait simplement deviner la péninsule de Beara, de l'autre côté ), je continue à me régaler de beaux paysages côtiers, de genêts, de bruyères et de moutons :-) 




















J'arrive à Glengarriff, à l'entrée de la péninsule de Beara. 
















Trop de boutiques touristiques, d'hôtels chics, trop de monde, je continue ma route. L'idée est de faire un petit aller-retour vers le Caha Pass avant de redescendre attaquer la péninsule par la côte. 
Mais peu de temps après mon œil tombe sur une "attraction" avec une vieille voiture, qui indique "The Ewe Experience". 


http://www.theewe.com/index.php/sculpture-garden


Je n'ai pas la moindre idée de ce dont il s'agit, mais rien ne m'empêche d'aller voir, même s'il est déjà midi passé et que je n'ai guère avancé dans mon RB ;-D

 En fait, il s’agit d’un jardin avec des sculptures, d’après ce que je comprends à l’entrée.

Comme il y a quelques photos de sculptures qui sont rigolotes, et bien que je ne sois pas une fan d’art, ça me tente et je sonne à la barrière.

Une dame vient m’ouvrir et une fois le prix de l’entrée payé ( 6,50€ ), elle va me chercher une fiche en français pour que je puisse mieux suivre. Elle m’explique que sur la droite, il y a un jardin avec un sens de visite fléché et qu’ensuite, en passant le long de la maison, de l’autre côté, ça continue également.

Je commence par le jardin, qui me plait bien, mais comme il n’est pas très grand, je me dis que ça ne va pas me prendre très longtemps, et que c’est un peu cher pour le prix… C’était sans compter sur l’autre côté !

C’est un très long parcours sinueux dans une forêt-jungle luxuriante d’où s’échappent de tous côtés des sculptures variées ! Avec rivière et cascades, petit pont en bois et chemin bien balisé… Je me régale et ne vois pas le temps passer : en fait, je m’y baladerai plus d’une heure et demi, j’ai vraiment beaucoup aimé :-)

Hélas, les photos ne rendent pas la magie du lieu, notamment à cause de l’absence de trois dimensions : tout semble sur un seul plan, alors que ça partait au contraire dans tous les sens… Et, par exemple, on ne se rend pas compte sur les photos, mais le guépa…euh ?... le fauve ;-) était gigantesque, à plusieurs mètres du chemin… Vraiment à aller voir sur place sans juger uniquement sur des photos ! 

 




























































 



























 Avec tout ça, sortant à 13h40 de là, je décide de zapper l’aller-retour au col et d’aller manger un morceau à Glengarriff avant d’enfin faire mon tour de la péninsule de Beara !

Heureusement quand j’arrive, il y a moins de cars de touristes, et je peux manger sans délai un sandwich au rosbif ( quelconque ) avec du coleslaw dans un pub. C’est à ce moment-là que je découvre que les bouteilles « col long » ( Long neck ) de Bulmers de 330 ml coûtent presqu’autant ( du genre 4,30€ contre 4,95€ ! ) que les bouteilles d’une pinte ( pour rappel 568ml ! ) Vraiment étonnant, un tel écart. A partir de ce moment, quand il n’y aura pas de cidre à la pression, je prendrai toujours des pintes ! Des tarifs qui poussent vraiment à la consommation ;-D

Je suis enfin prête à attaquer la péninsule !

Les paysages sont toujours sublimes, dommage pour les photos qu’il y ait quand même une brume dans le lointain. 

 


 

 

Pour preuve qu’il fait chaud ( bon, dans les 20° ;-) ), j’immortalise des moutons qui se protègent à l’ombre d’un tracteur . 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai encore un détour de prévu, monter le fameux Healy Pass que j’aime tant, en particulier en tant que motarde, mais bon, passons, cette fois, ce sera en Clio… :-/  Un peu frustrée, je me permets de faire des signes aux motards qui passent et tous, gentiment, me le renvoie volontiers :-)

 












 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Arrivée au col, je m’avance et prends quelques photos du versant du Kerry, très différent de celui, aride, sur lequel j’étais : nettement plus verdoyant, et avec de grands beaux lacs. 

 





 

 

Mais de ce côté-là, c’est encore plus brumeux, donc je ne regrette pas de devoir rapidement faire demi-tour ( je l’ai déjà vu dans de meilleures conditions ! )

J’échange quelques mots avec une courageuse australienne à mini-vélo ( ?! ), qui est en vacances en Europe…pour un an !! Quelle chance !! 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi qui n’aime généralement pas retourner sur mes pas, pour la redescente du Healy Pass, je ne me plains pas : on voit le paysage sous un tout autre angle :-)

 Je reprends la route côtière et fais un arrêt à Castletownbere où je photographie quelques une des belles façades colorées, reconnaissant des pubs où j’ai déjà bu un coup, il y a quelques années :-)

 





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A partir de là, la péninsule prend cette allure typique dont je me rappelais bien, faite de collines couvertes de prés entourés de haies, qui est un peu l’image d’Epinal de l’Irlande. 

 








 

 

A un carrefour, je vois que la route à gauche part vers Dursey Island et son fameux cable-car ( téléphérique au-dessus de l’océan ! ) sur lequel je ferais bien un aller-retour, pour le fun. Mais je me rappelle qu’il a des horaires bizarrement tronçonnés dans la journée, donc méfiante, je regarde sur mon GdR : ah ben en effet, c’est raté : il est 17h et il ne fonctionne pas de 17h à 19h ! Dommage, ça n’est pas cette-fois-ci que je le prendrai, je continue donc tout droit.

J’arrive à Allihies, un des villages les plus colorés de la péninsule, que je mitraille, forcément ! 

 

 

 





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lors de ma pause au O'Neill's Bar, 

 


 

 

je feuillette mes guides et je vois que j’avais repéré un B&B à prix raisonnable dans un village à une dizaine de km de là. Ne « sentant » pas la jeune serveuse occupée avec son I-phone, je ne lui demande pas si elle pourrait téléphoner pour moi pour savoir s’il y a de la place : je verrai directement en arrivant là-bas !

En attendant, toujours de beaux paysages côtiers ponctués de moutons et de quelques ruines d’anciennes mines, a priori de cuivre :

 

 

 


http://www.acmm.ie/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le ciel se fait de plus en plus brumeux dans le lointain, raison de plus pour que je me pose bientôt : autant ne pas « gâcher » les beaux paysages, il fera sans doute plus clair demain matin quand je reprendrai la route :-)

 







 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’arrive au B&B d’Eyeries ( un peu à l’écart du village ) vers 19h ( très tard pour moi ! ) et chouette, il y a de la dispo ( vive le mois de septembre ! ) : grande chambre double en-suite ( 35€ en usage single, avec du wifi, parfait ! ) 

 



 


http://www.formaneshouse.com/

 

Accueil chaleureux comme presque toujours en Irlande, avec service non moins habituel du thé dans la salle des pdj, qui donne sur la mer, au loin…

 


 

 

Lors de la discussion à bâtons rompus, la dame me demande comment j’ai trouvé son B&B, et je suis toute contente de lui faire découvrir qu’elle est dans le Guide du Routard ! Elle ne connait pas le principe de cette bible du voyageur, car elle me dit « c’est bizarre, pourtant je n’ai pas demandé à y être ! », et je lui explique la philosophie de Philippe Gloaguen ;-)

Je lui demande également quel bon restaurant elle me conseille à Eyeries, et j’ai un choc quand elle me dit, catégorique, qu’il n’y a rien, et qu’il faut aller… à Castletownbere ! Choc car c’est une ville où je suis passée dans l’après-midi, donc, dans mon esprit, loin ! Heureusement, voyant mon air affolé, elle me rassure : ça n’est qu’à 10mn à peine !

?? Bon sang, mais c’est bien sûr ! Dès que j’ai une carte sous les yeux, je comprends : nous sommes sur une étroite péninsule dont j’ai fait tout le tour, mais en effet, cette ville est très proche ( 6 ou 7 km tout au plus ) en traversant cette péninsule dans sa -petite- largeur !

Je vais donc chez Murphy’s où, hélas, tout est complet ( en semaine en septembre, c’est dire la réputation du lieu ! ) 

 

 

 

 http://www.tripadvisor.co.uk/Restaurant_Review-g211924-d2289628-Reviews-Murphy_s_Restaurant-Castletownbere_County_Cork.html

 

Ca m’ennuie car entre temps, je me suis aperçu que je l’avais surligné dans mon GdR ( spécialités de poissons et fruits de mer ) ! Le patron, très affable, parait sincèrement  désolé de ma déconvenue et me dit que je peux retenter dans une vingtaine de minutes.

Bon prétexte pour aller boire une demie-pinte de cidre dans un bar à côté ;-)

De retour chez Murphy’s, le patron se jette sur moi et me remercie chaleureusement d’avoir accepté de patienter et d’être revenue dans son restaurant, et m’installe immédiatement, voilà une « figure » irlandaise comme je les aime, un brin extraverti mais dans le bon sens du terme, sans exagération, on sent le naturel :-) Un caractère de ceux qui fait qu’on revient autant pour la nourriture que pour le patron ! Un irlandais, quoi ! Et sa femme n’est pas en reste : encore une frustration de ne pas bien comprendre l’anglais : elle lance une remarque à la cantonade à propos d’un client et toute la salle éclate de rire, le gars visé y compris, mais je ne sais pas ce qu’elle a dit :-/  Pas grave, je souris de cette petite pièce de théâtre qui se joue devant moi !

Ce soir, j’ai bien faim ( normal, avec mon pauvre et lointain sandwich au rosbif de ce midi ), et je me lâche ! Comme on est dans un port de pêche réputé ( un des cinq plus grands d’Irlande ),

 


http://fr.wikipedia.org/wiki/Castletownbere

 

 je lui fais honneur en prenant une « chowder » ( soupe de poissons ) aussi épaisse que celle mangée hier, mais encore meilleure car plus variée ( avec du saumon, du crabe, des crevettes… ), et une assiette de pinces de crabe à l’ail ( celles-là un poil en-dessous de celles mangées je ne sais plus où récemment, car un peu trop cuites à mon goût ) et parce que ce ne sont que des entrées ;-), je rajoute des « garlic mushrooms » à la liste, un des plats que j’adore prendre quand je suis en anglo-saxonnie-gaellie, qui n’existe pas en France… 

 


 

 

Comme tout ça est servi avec un « soda bread » juste divin, je suis hyper calée et…tout simplement heureuse d’être là :-)

En félicitant le patron pour l’excellence de sa soupe de poissons, j’ai déclenché un bouton secret et il se met à m’expliquer que c’est lui personnellement qui la fait, et il me donne toute la recette de A à Z, et me dit qu’elle est bonne parce qu’il y met beaucoup de poissons et fruits de mer différents, notamment les crevettes qu’il ne voit jamais dans les chowders des autres restos et que je vois que vous avez aussi apprécié le soda bread, bougez pas je vais vous en rechercher… :-))))

Pour faire simple, mon meilleur rapport qualité/bonheur/prix de tout mon séjour ;-)

Retour sans problème à mon B&B d’Eyeries, "de l'autre côté de la péninsule", à 10 mn de là ;-)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire