samedi 4 juillet 2015

Slovénie à moto, 10 juin, de Kamnik à...Kamnik via Velika Planina :-))))




 10 juin.

Au petit-déjeuner, nous retrouvons notre hôte Peter, qui nous explique bien comment aller à Velika Planina, le but de notre balade de la matinée ( puis nous continuerons notre route l'après-midi vers "de nouvelles aventures" ). Il accepte très volontiers qu'on laisse nos bagages dans la chambre pour aller visiter ce lieu "légers" et nous dit même qu'on pourra prendre une douche à notre retour, ils ne feront pas la chambre avant qu'on soit partis, vraiment sympa! Il nous signale également que le premier téléphérique étant à 10h, on a le temps, avant, d'aller voir un petit lac de sa connaissance, sur la même route mais à environ 5 km au-delà du téléphérique. Nous en prenons bonne note et nous attablons au petit-déjeuner qui comporte des charcuteries à se damner, dont un saucisson fait maison par le chef...hummmm, un vrai bonheur!!! J'y retrouve aussi quelques uns des fromages mangés la veille :-)




Mais ça n'est pas tout! Il nous propose aussi de nous faire une omelette, servie avec une saucisse de Kamnik elle aussi excellente ( un peu dans le style "Montbéliard", rien à voir avec les saucisses anglo-saxonnes que je n'aime pas )! Quel festin! Bon, en tous cas pour ceux qui aiment la charcuterie le matin... mais vous aurez compris que c'est mon cas ;-D

Euh, on avait déjà bien attaqué la saucisse avant que je pense à prendre la photo ;-/















Après avoir soigneusement rangé toutes nos affaires dans nos bagages, eux-mêmes posés dans un coin de la chambre, pour n'avoir plus qu'à les prendre pour les charger sur les motos au retour de Velika Planina, nous partons vers ce charmant petit lac à moitié enfoui dans la forêt. Tellement charmant qu'un gars y fait une séance de méditation, sur un rocher. Sa position me rappelle bien celle de mon ex-mari, qui pratiquait quotidiennement la méditation transcendantale!
L'eau est toujours aussi pure et transparente, c'est un enchantement.























Nous esquissons un tour de ce petit lac, mais le chrono ( n'oublions pas notre téléphérique à 10h! ) et le côté "entrainement pour commando" du vague sentier qui le parcourt ( avec étroite passerelle sans rambarde, que nous franchissons quand même ) nous font abandonner en cours de route et nous faisons demi-tour non sans avoir photographié de bien jolies petites cascades entourées de rochers moussus comme j'adore...















Retour au départ du téléphérique, que nous avons repéré à l'aller, en passant devant une bien jolie petite chapelle.



Le temps que je me débarrasse de mes bottes et de mon blouson, je demande à Francis d'aller acheter en urgence nos billets car le téléphérique ne contient qu'environ 24 places, le suivant n'est que dans deux heures et un bus de tamalous vient de débarquer : ça serait bête qu'on soit arrivés à temps pour devoir poireauter deux heures :-(



Nous sommes donc carrément les premiers à faire la queue en attendant le téléphérique, ouf! Car en effet, il est bien plein quand il démarre!















Mauvaise photo faite à travers la vitre bien rayée, mais qui donne une idée des montagnes environnantes :-) :



















En arrivant, on prend soin de noter les horaires pour le retour ( 12, 14, 16 et 18h ),



 même si on n'est pas vraiment sûrs qu'il ne s'agit pas des horaires de l'aller, mais pas très grave puisque le téléphérique n'a mis que quelques minutes pour monter, il suffirait donc d'attendre qu'il arrive...
Peter, notre si charmant hôte, nous a aussi expliqué que depuis deux ans ( pas de chance pour moi ), un télésiège qui permettait de s'avancer nettement plus vers Velika Planina, était en panne :-(



















Je ferai donc mon chemin de croix d'un bout à l'autre, mais, comme dirait l'autre "j'ai signé, c'est pour en ch... baver!", je savais à quoi m'attendre quand j'ai décidé de venir ici :-/
J'essaie de me reconditionner comme dans ma jeunesse, quand je grimpais comme un chamois sur les flancs des montagnes suisses, avec mes cousins, justement pour aller voir des chamois et des marmottes.
Petits pas, je souffle bien à chaque expiration, je me "vide la tête"...





Bon, ça marche moyennement, je ne monte pas vite, mais je m'aperçois à mon grand étonnement que je sème quand même Francis!



Je lui envoie un sms pour lui expliquer que si je veux avoir des chances d'arriver en haut, il faut que j'y aille à mon rythme, donc qu'on se retrouvera là-haut, et je lui prodigue quelques encouragements. Il faut dire que, là encore, il a sa veste, et il fait toujours chaud ( et nuageux ) :-(





Une "grille à bétail" comme en Ecosse et en Irlande :-)




















Deuxième étonnement  ( voire fierté ;-) ) en arrivant au premier "palier" ( je me crois presque sur l'Everest ;-D ), qui est la première auberge du plateau ( Zeleni Rob ) : j'y suis arrivée en 45 mn, exactement le temps que Peter nous avait indiqué ( bien sûr, en marchant tranquillement, pas à son rythme à lui, qui est montagnard et part souvent faire de grandes randonnées en famille! ), alors que je pensais avoir besoin de nettement plus!










































J'hésite à m'arrêter pour attendre Francis, je temporise un peu en achetant des cartes postales à un vieux berger barbu en tenue d'époque ( qui est sur les cartes postales qu'il vend! ) qui accepte également de poser pour des photos, mais je décide finalement de ne pas couper plus mon élan, il faut en profiter, ça ne va sans doute pas durer, je reprends donc ma marche en prévenant Francis par sms.














Normalement, si la 2ème partie est aussi bien estimée, j'en ai encore pour 45 mn avant d'atteindre le bout  du village de bergers de Velika Planina, autant dire un temps de marche hyper méga long pour moi, que je n'ai pas réalisé depuis des années! La dernière fois, ça devait être dans je ne sais plus quel canyon d'un parc de l'ouest américain, mais là-bas, l'avantage, c'était que c'était plat alors que là, même si on est arrivés sur le plateau, ça grimpe encore un peu!

Pour ceux que ça intéresserait, j'ai retrouvé le lien de mon blog : il s'agissait du sentier vers les Narrows à Zion National Park :-)

http://la-zouzoute-en-voyages.blogspot.fr/2013/08/ouest-americain-22-mai-de-bryce-canyon.html

Et, bien sûr, malgré mes mocassins, j'ai toujours ce fichu hallux valgus qui me fait mal au pied droit :-(
Et en plus, mes chaussures ne sont bien sûr pas du tout adaptées à la montagne ( mais je ne supporte plus qu'elles! ), je crains à chaque pas de me tordre les chevilles sur les cailloux ou de glisser sur l'herbe :-/
Mais, sachant que le jeu en vaut la chandelle, je me re-vide la tête et recommence ma marche à petits pas, doublant et me faisant re-dépasser depuis le début par un couple de retraités anglophones avec qui j'échange quelques mots à chaque fois qu'on se retrouve!
 J'arrive enfin aux premières maisons de bergers de Velika Planina, et comme prévu, j'adore, les maisons en bois, les pâturages, les vaches... 
Là, je ne peux que laisser parler les photos! Désolée, il y en aura sûrement beaucoup trop pour la plupart des lecteurs, mais c'est MON blog, je fais ce que je veux, na! J'ai adoré ce coin, donc je veux en garder le plus posssible de souvenirs grâce à ce blog, que je regarderai plus facilement d'ici quelques années que mes simples dossiers de watt mille photos!
Voilà, c'était ma petite crise "si vous n'êtes pas contents, ne lisez pas mon blog" ;-D




Un invité surprise sur mon smartphone ;-)




























Alors, vous en pensez quoi? Superbe, non? Je ne regrette pas une seconde mes efforts!! C'est trop beau! Je repère au loin l'église dont m'a parlé la dame anglophone



et m'y dirige tout en me promenant au milieu d'autres maisons de bergers et d'autres vaches...













Là encore, la pente est raide pour atteindre l'église et surtout, je ne vois pas de chemin vraiment défini, donc je suis obligée de grimper sur l'herbe, et je "patine" pas mal :-/
Mais voilà, je suis enfin arrivée à la chapelle Marije Snezne, 45 mn après être repartie de la première auberge du plateau. Elle est fermée mais je peux faire une photo de l'intérieur à travers la vitre.





























A priori, Francis n'a pas pris le même chemin que moi pour arriver au village de bergers ( en fait, des vachers! ), car on ne se voit pas et on n'arrive guère à comprendre par où chacun est passé ;-)





































Je décide de redescendre précautionneusement la pente herbue de la chapelle, mais malgré tous mes efforts je glisse soudain et en essayant de rattraper le coup, je me retourne violemment le pied ( pas la cheville ), justement le pied droit et justement au niveau de mon hallux valgus :-(((
Ça me fait super mal mais, réflexe conditionné quand il m'arrive un mauvais truc, il me vient tout de suite à l'esprit un "ça aurait pu être pire" : en effet, étant en plus fragile des chevilles ( pff, c'est quoi cette gonzesse!? ), j'aurais pu me faire une entorse à une cheville et là, ça aurait été encore plus problématique pour tout redescendre à pied jusqu'au téléphérique! 
En fait, je me tords tellement souvent les chevilles que j'ai appris à le dire en anglais, pour aller dans les pharmacies acheter du gel : "I twisted my ankle":-D
Ankle étant un beau faux-ami, non, il ne s'agit pas de la hanche ;-))
Bref, c'est désormais clopin-clopant que je termine la visite du village. Je vais voir la maison d'un fromager, mais il ne vend que des gros demi-fromages minimum et ça fait bien trop pour moi, et il ne vend pas de lait.
Mais j'en profite pour "voler" quelques photos de son modeste intérieur...











Je continue donc en remontant dans une partie du village où je ne suis pas encore allée




Vous noterez la modernité des panneaux solaires!





et je tombe sur un autre fromager ( « Pastirski Stan Gradisekovih » ) qui, lui, propose du lait caillé ( 3€ le bol ). Super, ça me va parfaitement bien, et en plus c'est servi avec une jolie cuillère en bois pyrogravée :-)
Je m'installe donc à une table dehors, avec une belle vue sur le village, la chapelle et les montagnes, et malgré mon pied tordu je suis super heureuse d'être là, c'est tellement beau, calme...



























Je crois remarquer une démarche connue sur une silhouette qui arrive vers l'église, j'utilise donc le zoom de mon APN pour vérifier : oui, il s'agit bien de Francis ( se protégeant la tête des rayons du soleil avec son col moto! ), je lui envoie un énième sms et lui explique tant bien que mal où je suis "dans le paysage" ;-D



Il m'a repérée et me rejoint tranquillement, commandant lui aussi un bol de lait caillé.
Juste le temps d'aller aux toilettes, je le retrouve à discuter avec un couple de jeunes...Français :-)
Ils se demandaient, dans notre langue, si le bol de lait caillé allait être bon, et Francis les a rassurés ;-)
Ils voyagent en camping-car "sommaire" pour quelques mois en faisant une boucle dans les "pays de l'Est", sans doute jusqu'en Bulgarie, leur but final avant leur retour, où ils se réjouissent de voir la Mer Noire.
Hélas je les refroidis quant à la beauté des bords de la Mer Noire, qu'ils idéalisent peut-être un peu trop : je suis allée une semaine à Constanța, en Roumanie, il y a...euh...certes pas mal de temps, mais je doute que les horribles hôtels du front de mer datant de l'ère communiste que j'y avais vus aient été rasés pour faire de jolies choses! Mais peut-être est-ce moins moche côté Bulgarie? 
Comme ils comptent aussi aller en Roumanie, on s'empresse de leur conseiller de visiter le Maramures, et, au passage, de s'installer chez l'adorable Vladimir, puisque, justement, il accueille volontiers des camping-caristes!
Et hop, un lien qui parle de Vladimir sur mon blog "Roumanie";-) :
(fin de la journée ) :
http://la-zouzoute-en-voyages.blogspot.fr/2013/11/roumanie-20-septembre-de-suceava.html

Contrairement à ce que j'espérais avec cette pause assise, mon pied, qui s'est refroidi, me fait encore plus mal en repartant :-(
Par contre, sympathique surprise au moment de payer : les 3€ du bol de lait caillé, ça comprend la belle cuillère en bois pyrogravée, qu'on rapporte donc en souvenir :-)
Commence alors un pénible retour clopin-clopant ( en plus, voulant varier, on s'est rallongés en se trompant de chemin :-( ), et à la fin, dans les caillasses glissantes, craignant en plus de me tordre une cheville, je m’appuie sur Francis : merci de ton aide :-)*






































Ah, j'oubliais une pause : arrivés à l'auberge Zeleni Rob, que Peter nous avait recommandée, on regarde le menu mais il ne m'inspire guère et de toute façon je n'ai pas faim. On ne fera donc que boire.


La descente ayant été longue, et comme on va prendre le téléphérique de plus ou moins 16h, j’ai le temps de réfléchir : je me dis qu’on va arriver bien tard à Kamnik pour récupérer les bagages et reprendre la route, alors qu’on est déjà fatigués par la montée à VP :-(
J’essaie de me rappeler de l’étape du lendemain, et comme je n’y vois pas de spots immanquables, arrivés en bas, je propose à Francis de regarder la carte pour voir si on ne pourrait pas shunter une partie du RB du lendemain pour pouvoir rester dans notre bel hôtel ce soir, mais sans avoir pour autant « double road-book » sur une seule journée.
Et en effet, en évitant Breziče, on peut couper largement ( après Radece, on met Otocec en direct sur les GPS ) et retomber sur l’étape du surlendemain ( en ayant donc complètement rattrapé notre « retard » ), et en plus, ça nous fait passer par de la « campagne profonde », ce qui ne me déplait pas :-)
C'est le gros avantage de partir en vacances sans avoir réservé nos logements ( sauf exception )!
Bon, le « petit problème » est de savoir si on va pouvoir garder notre chambre ce soir, mais vue la fréquentation et comme on est en semaine, je pense que ça devrait aller ! 

 Retour en bas du téléphérique.





Comme je suis fatiguée et handicapée, je me charge de rentrer en direct pour prolonger notre chambre et m’y reposer, alors que Francis va voir un autre endroit conseillé par Peter ce matin : des petites gorges ( Predoselj ), toujours sur cette route entre le téléphérique et Kamnik.


Accueil toujours aussi sympathique des serveurs polyglottes de l'auberge Repnik à mon retour : un coup de fil de confirmation et hop, pas de problème : on peut garder notre belle chambre "haut de gamme", et toujours au prix de l'économique, on a bien fait de rester :-)
 Après avoir re-déballé les bagages qu’on avait si bien rangés avant de partir ;-), je prends une bonne douche et me prélasse au lit en envoyant des nouvelles à ma tribu grâce à la bonne connexion internet de l'hôtel et quand Francis me rejoint, nous allons dîner au resto de l'hôtel, forcément, puisqu'il est si bon! Cette fois, nous nous installons en terrasse, sous une tonnelle.




Comme Francis m'a fait remarquer que j'avais pris un bon coup de soleil,


















je demande une tomate au serveur pour m'en badigeonner une fois rentrée à la chambre. 
En entrée, je commande une terrine de viande en gelée et échalotes confites, délicieuse. Je suis plus réservée sur l'huile de courge ( petit pot au milieu ), beaucoup utilisée dans la cuisine slovène, paraît-il.

















Francis prendra des zlikrofi ( raviolis slovènes )



 http://www.slovenia.si/visit/cuisine/modern-culinary-trends/idrijski-zlikrofi-a-true-speciality-of-idrija/

saupoudrés d'un fromage de Velika Planina, le Trnic, que le serveur lui râpera sur l'assiette, en gants blancs, mais en laissant le fromage et la râpe à table pour qu'il puisse en remettre selon son envie.


 http://www.slovenia.si/visit/features/trnic-the-most-romantic-cheese/
 
Bon, OK, la boite du fromage indique qu'il est dépassé de date d'un petit mois ;-), mais c'est juste une DLUO, pas une DLC ;-) Et puis c'est un fromage à pâte cuite, de type parmesan.



Pour le plat, comme le chef a encore de la poitrine de porc, je l'ai tellement adorée la veille que je suis bien incapable de commander quoi que ce soit d'autre!



Vous devinerez de quel vin je l'accompagne!
Francis change et prend un risotto et il finira par une glace maison accompagnée... d'huile de courge!



Encore un excellent repas!
Et une excellente nuit, une fois bien badigeonnée de pulpe de tomate sur mon visage et mes bras écarlates ;-)





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire