dimanche 5 juillet 2015

Slovénie à moto, 11 juin, de Kamnik à Ratez via Otočec




Au petit-déjeuner, cette fois sans Peter, parti avant l'aube en randonnée, on se régale encore de la saucisse de Kamnik, et je prends mes oeufs au plat pour changer un peu. Ils sont cuisinés dans des petits bouts de gras, j'adore, et la saucisse est servie avec une moutarde en grain, autre spécialité du coin, aux grains plus fermes sous la dent que la moutarde de Meaux, j'aime bien :-)
















Juste avant le départ, on discute à bâtons rompus avec le serveur, qui aime Paris et aimerait bien retourner en vacances en France :-)

Commence alors une petite journée de "liaison" bien agréable. Quelques petits commentaires au fil des photos...

Vieille Zastava 750 que la dilettante que je suis avait prise pour une Fiat 600, mais qui n'a pas trompé Xtian quand je lui ai envoyé la photo! Enfin si, un peu, il l'a prise pour une Zastava... 600, ça va! ;-)





https://fr.wikipedia.org/wiki/Zastava_750


























La énième caserne de pompiers de notre périple.



Pause et pose devant un champ de houblon :-)






















Petit tour par la classique "Glavni Trg", cette fois de Celje ;-)








































Plaque personnalisée ;-)



Je demande à Francis de me prendre en photo ( très rare! ) pour faire une surprise à Anne-Désirée ( dont le grand-père est originaire de cette région ), en lui envoyant cette photo par Touchnote.





































Je vous promets que je ne touche rien à leur faire de la pub ;-), mais je trouve ce système bien sympa de par sa personnalisation ( on envoie ses propres photos ), et en plus, pas plus cher qu'une simple carte postale avec son timbre, donc voilà leur site :

http://www.touchnote.com/

On monte ensuite au château de Celje, dont on ne voit qu'une petite partie car il est payant et on n'a pas prévu de le visiter.




Après le château, on prend la "route verte Michelin" qui part vers le sud en longeant la Savinja.
Passage à Laško, siège d'une des bières les plus réputées de Slovénie, dont Zlatorog, le fier chamois, est l'emblème aux frontons des bars :











http://www.pivo-lasko.si/company/about-the-company/

On traverse la Savinja


















pour attaquer notre "raccourci" vers Otočec à travers une belle campagne montagnarde et viticole.









On y voit de joyeux petits cochons en liberté dans un pré, ça devient rare :-)








On y voit des cigognes, dont une qui se gave de bons gros vers :-)




























Juste avant de tourner dans la petite route qui mène à notre ferme-auberge, beau restaurant aux allures rustiques :




Nous avions réservé cette ferme-auberge avant le départ, car là aussi, les chambres étaient belles et nous avions peur qu'il n'y ait plus de place si on attendait la veille pour réserver. On a aussi pris la table d'hôtes.

 Leur site :

http://www.seruga.si/fr/sobe/















Notre chambre ( N°9 ) : 
 





















 Leur maison ( avec quelques chambres, a priori )


 La maison où on logeait :





















 Le petit bassin à truites :




Lors de la préparation de nos vacances, on avait trouvé un site de fermes-auberges slovènes :

http://www.turisticnekmetije.si/fr/

et le site d'"I feel Slovenia" en parlait aussi :

http://www.slovenia.info/fr/H%C3%A9bergement-en-fermes-touristiques.htm?turisticne_kmetije=0&lng=5

et Francis a eu l'excellente idée de demander à l’OT général de nous envoyer le prospectus papier :

http://www.slovenia.info/fr/H%C3%A9bergement-en-fermes-touristiques.htm?turisticne_kmetije=0&lng=5 ,

ce qui fait qu'il a pu plus facilement, à réception, l'éplucher et surligner/ commenter les FA qui étaient dans les régions qu'on visitait, et dans nos tarifs.
Il nous servira d'ailleurs encore d'autres fois lors de ce voyage.
La chambre est à 67,54€ avec les taxes ( et le pdj, bien sûr ) et la table d'hôtes à 7,50€ par personne.
Et contrairement à certaines, c'est une vraie ferme, avec des vaches :-)















Comme souvent, on arrive tôt, donc après avoir déposé nos bagages et fait des câlins aux animaux de la ferme,





















on repart visiter le château d'Otočec, situé sur une île, et transformé en hôtel de luxe ( 5 étoiles! )



Nos GPS sont complètement déboussolés dans ce coin et on aura bien du mal à atteindre le château, trompés également par un pseudo cul-de sac qui n'en est pas complètement un ( en fait, des précisions étaient marquées sous le panneau, mais en slovène, donc voyant une impasse, dans un premier temps, on ne l'avait pas prise...alors qu'il fallait! )
D'ailleurs, dès la ferme-auberge, mon GPS avait eu ses vapeurs ( voir en bas à gauche! ) :



Photos de rigueur de ce beau château!

Pont en bois pour l'atteindre, sur son île :










 Une bonne année ;-))






 C'est un hôtel 5 étoiles, donc ascenseur nécessaire...







http://www.relaischateaux.com/fr/search-book/hotel-restaurant/otocec/

On avait prévu, comme on le fait souvent, de se prendre un café dans ce lieu d'exception, mais une fois installés, on s'est aussi laissés tenter par des gâteaux,
Francis prend une "borovničev zavitek" ( tarte aux myrtilles ) et moi une gibanica, une spécialité slovène dont Francis avait repéré le nom dans le guide culinaire "Les saveurs de la Slovénie" : "Il s’agit d’un dessert slovène hautement savoureux, composée graines de pavot, de fromage frais, de noix et de pommes. etc".
 https://en.wikipedia.org/wiki/Prekmurska_gibanica




















Ma gibanica est en effet excellente, mais la portion est vraiment copieuse et je n'ai guère faim ( et je pense à la table d'hôtes qui n'est pas trop loin! ) donc j'en passe la moitié à Francis, qui la trouve tout simplement sublime!

Comme je suis fatiguée, je décide de repartir à la ferme-auberge me poser un peu pendant que Francis fait le tour du château et du parc voisin.
Encore un peu de galère à cause du GPS déboussolé : il me fait prendre une route, qui devient chemin. Je fais demi-tour et hèle des jeunes devant une maison : ils me disent qu'en effet, la ferme Seruga était bien dans cette direction, mais que j'aurais du mal à y aller à moto, car après le chemin, il faut passer un gué!
Je suivrai donc leurs indications par des routes normales ;-)
L'anecdote, c'est que le GPS de Francis, quelques dizaines de mn plus tard, lui fera prendre la même route...mais il sera arrêté par les jeunes qui le bluffe en lui demandant s'il veut aller à la ferme Seruga ( mais comment savent-ils?! ) ;-)
Ils lui indiqueront bien sûr la même route qu'à moi!

Je me promène un peu dans le domaine, bavant devant le chalet qu'ils louent aussi ( à peine plus cher que notre chambre d'hôtes, mais hélas, il était déjà pris quand on a fait notre réservation )





Nous prendrons notre table d'hôtes dehors :-)
Très bonne soupe à l'ail en entrée ( servie en soupière, qu'on videra!! ), et ensuite j'ai droit une truite.




Quand notre hôtesse ( qui parle français ) nous avait annoncé que la spécialité de la maison était la truite ( l'élevage est juste là, entre les deux maisons ), je n'avais pas eu le coeur de lui demander plutôt de la viande, bien que je me méfie profondément de ces fourbes de truites : si j'aime bien leur goût, j'ai généralement beaucoup de mal avec leurs arêtes :-/
Et hélas, celle-là n'a pas fait exception à la règle : de mon point de vue de chochotte ayant un vrai problème avec les arêtes depuis qu'une d'elles s'est coincée profondément dans ma gorge étant gamine, elle était bourrée de ces saletés et je n'ai pu manger environ qu'un tiers de la chair sans soucis :-/
Heureusement, j'ai pu me débarrasser de la peau, ce qui faisait moins de volume dans l'assiette rendue à la maîtresse de maison ;-D, en la donnant à la chatte de la maison, discrètement ;-)




Francis qui, lui, avait signalé dans le mail de réservation qu'il préférait un plat végétarien, a eu à peu près les mêmes légumes que moi plus du fromage fondu qui avait l'air plus sympa que les arêtes de ma truite ;-D



Le dessert non plus ne m'a pas plu, un gâteau avec une épice que je n'aime pas : la cannelle. Même Francis ne s'est pas dévoué pour manger ma part, c'est pour dire!
Bref, à part la soupe à l'ail, un repas pas inoubliable!

Je suis d'ailleurs encore une fois déçue, a posteriori, quand je vois leur page "repas" alléchante : par exemple, nous n'avons rien vu de leurs plats à base de sarrazin, ce qui m'aurait bien plu! :

 http://www.seruga.si/fr/domaca-hrana-2/postrezemo-2/

C'est en voyant cette page qu'on avait décidé de prendre la table d'hôtes! 

On a aussi trouvé une grande différence avec les fermes-auberges françaises. Celles-ci proposent bien sûr des produits de leurs cultures/élevages, donc pas la diversité d'un restaurant, c'est normal, mais il y a un certain choix, soit de produits, au moins de menus, souvent les deux ( plusieurs formules, plusieurs produits "à la carte" )
Là, non, c'est un seul menu fixe ( là, ça rejoint le principe des Chambres d'Hôtes...sauf qu'on ne mange pas avec les hôtes! ) et ce principe se confirmera dans d'autres F-A, ce qui nous déçoit un peu.

Mais la chambre est belle et on y passera une bonne nuit, bercés par le bruit de la petite roue de moulin qui tourne dans le ruisseau...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire