dimanche 12 février 2017

Ténérife le 17, Parc Rural d'Anaga et bon dîner :-)

Après m'être préparé mon pdj chez ma logeuse,



 je pars en direction du Parc d'Anaga.



Dès que je sors de la Laguna, je tombe sur des petits villages aux maisons colorées : les Canariens aiment les couleurs, de toute évidence! Pas le même genre qu'en Irlande, mais ça égaie tout autant le paysage... même si eux en ont moins besoin avec leur fort taux d'ensoleillement ;-)








En arrivant dans le Parc Rural d'Anaga, changement de décor radical par rapport à hier : l'aridité des paysages volcaniques fait place à une végétation luxuriante! Les pics montagneux sont recouverts de sombres  forêts.
Mon GPS me fait prendre un "raccourci" passant par une piste, mais je ne lui en veux même pas : le paysage est somptueux, et il n'y en a que pour 500m!  
A part de la brume dans le lointain, la météo est superbe, je vous laisse admirer les paysages :-)
































Les "passing places" de Ténérife ;-)














Pour info, si vous voulez vous balader dans ce parc, mon opinion personnelle est que vous n'avez pas besoin de faire la route TF123 d'El Bailadero à Chamorga, qui fait un aller-retour ( cul-de-sac ).
Certes, elle se tortille sympathiquement, certes le revêtement est nickel ( donc, oui, éventuellement, si vous êtes à moto... ), mais elle est tellement dans la forêt d'un bout à l'autre qu'on ne voit quasiment rien des paysages alentours. Si c'était une route à emprunter pour continuer vers un autre coin, je dirais oui, mais y faire un aller-retour, je ne trouve pas que ça en vaille le coup, d'autant plus que j'ai trouvé le village de Charmorga ( au bout de la route ) pas spécialement remarquable. Mais, je me répète, c'est mon opinion toute personnelle, sans doute que d'autres personnes trouveront le coin charmant, "authentique" et très "bout du monde"...





Chamorga : 





















Je retourne donc sur mes pas jusqu'à Bailadero avec le sentiment d'avoir un peu perdu mon temps ( c'est pourtant une route "verte" sur la carte Michelin... ), même si j'ai quand même rendu service en embarquant un randonneur allemand qui s'était tordu un genou et avait un peu de mal à continuer son périple.
Il est enchanté que je lui apprenne que oui, à Balaidero, il y a une Auberge de Jeunesse, où je le dépose.
Petite anecdote : l'Opel Corsa a le système de condamnation centrale des portes quand on commence à rouler. Étant seule, je n'avais pas eu besoin des sièges arrières jusqu'à présent et il nous a fallu quelques minutes, en cherchant tous les deux, pour trouver le bouton qui débloquait ces portes pour qu'il puisse s'installer confortablement à l'arrière avec sa patte folle et son gros sac-à-dos ;-)
Arrivée à Bailadero, j'attaque la route TF 134 vers le nord, Taganana et Benijo.
Wah, là, je ne suis pas déçue, les paysages de montagnes aux pics acérés sur fond de mer m'en donnent "pour mon argent", je m'en mets vraiment plein les yeux...et plein la carte-mémoire de l'APN ;-)
La route a là aussi un super revêtement, les quelques motards que je vois s'en donnent à cœur joie!
Ah, je ne sais pas si j'avais pensé à le préciser dans le chapitre "préparation" : je n'ai pas loué de moto pour un raison bassement matérielle : ça coûte presque 3 fois plus cher qu'une voiture :-( Pour pouvoir aller en vacances plusieurs fois dans l'année, je suis obligée de serrer mon budget et de faire des choix, hélas...
Là encore, les photos vous donneront une meilleure idée de la beauté de ce Parc Rural que mon compte-rendu :















 J'aime quand je vois ce genre de route sinueuse sur mon GPS :-)





Après l'avoir contemplé de loin depuis pas mal de kilomètres, j'arrive enfin au bord de l'océan pour changer encore de décor, Ténérife est vraiment variée!
Je tombe sous le charme du petit village de Roque de las Bodegas, en fait surtout grâce au gros rocher qui le caractérise ( d'où son nom! ). En plus, un chemin a été creusé dans son flanc, on peut donc se promener dessus, et je ne m'en prive pas.
Encore watt mille photos ( et pourtant, sur ce blog, je sélectionne mes préférées! ), je ne peux pas m'en empêcher!



























De retour sur la terre ferme, je vois qu'un des restaurants a l'air d'avoir pas mal de succès, donc comme j'ai un petit creux, je décide d'y faire une pause. Il s'agit du "Bar Playa Casa Africa".



 J'y mangerai une petite salade aussi originale que délicieuse, même pour moi qui normalement n'aime pas le salé-sucré : en plus de la salade verte se côtoient les crudités "habituelles" ( tomate, concombre, betterave, poivron... ) mais aussi des fruits tels que mangue, fraise, kiwi, papaye, carambole!


Bon, j'avoue que je triche un peu et que je profite des coutumes de l'Espagne ( et d'autres pays, mais pas la France! ) : comme la salade n'est pas assaisonnée d'avance, mais qu'on le fait soi-même avec huile, vinaigre, sel et poivre, je me régale d'abord des fruits avant d'assaisonner le reste de la salade ;-)
Bon, OK, je fais toute une salade de cette salade ;-), mais elle était vraiment délicieuse, et ne coûtait que 4,50€!
J'ai regardé plus tard sur Tripadvisor et ce resto est très bien placé, ça ne m'étonne pas! J'ai vu passer des plats de poissons que les clients avaient l'air de vraiment apprécier.
Je pousse jusqu'à un énième panorama près de Benijo
















et je fais demi-tour pour repartir vers Bailadero et emprunter la TF 12 vers San Andrès. Là, ça redevient nettement plus urbanisé.










Je prends la TF 121 en direction de Igueste






et je tombe sur un drôle de panorama avec des tas de bâtiments en ruine complètement tagués. Ça change de l'intérieur du Parc Rural d'Anaga! Il y a quand même une belle vue sur la plage et le port de San Andrès et sur la côte, et ma foi, comme me l'a fait remarqué Francis plus tard en voyant les photos : les tags, tant que c'est sur des ruines, c'est pas trop gênant! Et ça colore même mes photos, ça change un peu du vert et du bleu ;-D



























Comme il se fait un peu tard et que je ne pense pas que le reste de la route jusqu'à Igueste me montrera beaucoup de paysages différents d'ici, je décide de rentrer à La Laguna au plus direct, c'est-à-dire par la côte et Santa Cruz de Ténérife, dont le peu que je vois est vraiment moche, avec une zone portuaire sans intérêt.




Arrivée près de mon logement, je dois cette fois faire trois tours de pâtés de maisons avant de trouver une place qui se libère ( très près de là où j'étais garée ce matin! ), il est temps que je quitte ce coin, sinon demain, ça sera 4 tours!? ;-)
D'ailleurs, le temps des 3 minutes qu’il m’a fallu pour rassembler mes affaires avant de sortir de la voiture, 3 conducteurs m’ont demandé par signe si je partais, les places sont chères!
Cette fois, on est mardi, pas d'excuse, le resto que j'avais repéré lors de ma prépa, la tasca de Cristian ( Special Attention ;-) ), doit être ouvert. Hélas, quand David essaie d'appeler, pas de réponse :-( Je trouve ça bizarre ( en France, on peut généralement téléphoner une heure avant l'ouverture, il y a quelqu'un ( patron, serveur... ) pour répondre aux demandes de réservations! Là, il me dit qu'il n'y a peut-être que le cuistot qui, donc, ne répond pas. Soit. )
Je tente donc le coup de prendre un taxi pour m'y présenter sans réservation dès l'ouverture, à 20h. J'arrive devant la porte close à 19h55. J'ai bien fait : peu de temps après, un couple arrive et attend comme moi.
Dès que le serveur ouvre, je me précipite : il hésite d'abord en me disant que tout est déjà réservé, mais devant ma mine dépitée ( et jugeant sans doute qu'étant seule, je ne m'éterniserai pas deux heures à table ), me propose de m'installer à une petite table près de la fenêtre, sans doute réservée pour plus tard. Ca me va! Le couple, lui, sera refusé et ensuite ce sera un ballet incessant de gens déçus parce qu'ils n'ont pas réservé! Madame Bonnétoile veillait encore sur moi!
J'aime beaucoup la déco du restau, dans le genre que j'appelle "rustique chic" ;-)


























Et les plats sont délicieux :  bon foie gras mi-cuit  ( 8,95€, prix très correct! )



et divin filet de bœuf saignant, sauce au bleu ( 16€ )



que j'ai choisi en me disant qu'un resto qui exhibe ses morceaux de bœuf dans une vitrine ( maturation de 60 jours! ) doit être sûr de ses produits ;-)


Comme il me reste une petite place et que je ne suis vraiment pas "dessert", je termine... euh... par une media raciòn de jambon Bellota :-D, encore une tuerie!
Comment ça, moi, une carnassière? ;-)) 



Tout ça accompagné d'un bien bon Rioja ( Medrano Irazu Crianza ) pour seulement 5,80€ les deux verres ( je profite que je suis en taxi! ), je me suis fait un repas gastronomique pour 40,25€, ce que je trouve raisonnable ( dommage que je n'ai pas les moyens de m'offrir ça chaque jour, en vacances ;-) ) et modéré par ma petite salade à 4,50€ de ce midi!
Retour à la case "Air B&B" pour une bonne nuit de digestion ;-)








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire