mardi 11 novembre 2014

La Zouzoute en Chine, 21 octobre, "aventure" du métro de Xi'an, balade en jeep dans la campagne et à la montagne, autour de Xi'an :-)



 Aujourd'hui est un grand jour, je laisse le groupe toute la journée pour faire une balade en jeep :-))

Historique : après avoir échangé des mails avec Beijing sideways à propos de ma balade en side-car dans Pékin, j'ai découvert qu'il existait la même chose à Xi'an : Xi'an Insiders ( je crois d'ailleurs qu'avant c'était la même boîte... )

http://www.xianinsiders.com/fr

J'ai donc aussi échangé des mails avec eux avant mon départ, dans l'idée de louer à nouveau un side-car. Hélas, le jour où je pouvais le faire*, tous les side-cars étaient déjà loués ( par un groupe d'américains ), donc je me suis "rabattue" sur un tour en jeep (Tour des 1000 bouddhas) pour le même prix.

*j'ai visé, pour mes échappées, des parties du programme qui ne me tentaient guère, ou que j'avais déjà vues. Par exemple, pour Pékin, le parc Beihai et le spectacle de kung-fu. Et pour aujourd'hui, la visite d'une fabrique de jade, la grande mosquée et le musée d'histoire provincial de Xi'an.

http://www.xianinsiders.com/fr/content/nos-tours-%C3%A0-xian

Il faut maintenant que je vous parle de la super application "Google Traduction" de mon smartphone!

Bon, cette partie-là intéressera plutôt ceux qui désirent se rendre en Chine et à Xi'an, et cherchent des tuyaux pour se faciliter la vie pratique! Les autres peuvent survoler jusqu'à mon arrivée au RV de ma jeep ( photo de locomotive )!

Christian me l'a installée peu de temps avant que je parte, le chinois est téléchargé dedans, ce qui fait que je peux l'utiliser sans connexion internet, ce qui est bien pratique partout en dehors des hôtels avec wifi, autant dire dans la vraie vie ;-)
Je n'étais pas du tout convaincue, avant le départ, que ça allait vraiment marcher, mais en fait, depuis que je suis en Chine, je m'amuse comme une petite folle, notamment lors des repas : les serveurs parlant rarement l'anglais, je leur demande, via cette appli, du sel, des cure-dents, ou autre demande éventuelle de quelqu'un du groupe. Et à chaque fois, ça marche, on obtient ce qu'on a demandé :-) En plus, l'"effort" de demander en chinois fait souvent sourire l'intéressé.
Étant une "blonde en informatique", je suis toujours fascinée par ce genre de prouesses technologiques!
Mais aujourd'hui, ça devient sérieux ;-), je vais partir seule, dans Xi'an, pour trouver le RV fixé par Xi'an Insiders, à l'autre bout de la ville, et, pour me mettre un challenge de plus ( et surtout pour faire des économies ;-) ), j'ai décidé d'y aller en métro ;-)
Je suis un peu déstabilisée par les deux guides, qui me disent que ça va être dur, parce que très peu de gens parlent anglais, et qui préféreraient me voir prendre un taxi.
Mais je résiste, et je me prépare quelques petites phrases de base sur mon smartphone, comme par exemple "Où est le métro ligne 1, s'il vous plait?" :


Je suis quand même assez confiante pour plusieurs raisons : le métro de Xi'an a l'air assez simple, avec ses deux uniques lignes, en croix ( nord-sud, est-ouest ), j'ai quand même pas mal l'habitude de me débrouiller seule dans des pays étrangers et surtout parce que je suis d'une nature ouverte et que je vais facilement vers les gens, à qui je fais en général confiance, avec cependant le recul et l'expérience nécessaires pour savoir reconnaître les intéressés et autres arnaqueurs ;-)
Mon sens pratique me fait également prendre plein de points de repère, par exemple je fais des photos du nom de la station de métro proche de mon hôtel; une fois dans le métro, je photographie aussi la destination opposée de la ligne que je vais prendre, pour revenir ce soir sans difficultés dans le bon sens, bref, ce genre de choses simples mais utiles.




Déjà la TRÈS bonne chose, c'est que les stations sont marquées en chinois mais sous-titrées en pinyin ( en gros : traduction phonétique du chinois en lettres latines ) :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hanyu_pinyin



donc lisibles facilement par une occidentale ;-)



Je montre à l'employé du guichet du métro une autre phrase magique, sur mon smartphone, et précisant le nom de la station où je m'arrête, "Ban po", car ici le métro se paie proportionnellement au trajet effectué.
Sourire, contentement de comprendre ma demande, alors qu'au départ, il y a un froncement de sourcil inquiet en voyant arriver une étrangère ;-) et il me tend une belle carte magnétique :-)



De mémoire, c'était 3 Yuans, soit une misère ( dans les 0,40€ ), en sachant qu'en plus, mon RV est loin, à l'avant-dernière station de la ligne, de l'autre côté de Xi'an ( mais heureusement pour moi, sur la même ligne que le métro proche de l'hôtel, faut pas trop compliquer les choses non plus, pour une "première" ;-) )
 Me la jouant "commuter" de Xi'an, je prends même un exemplaire du journal "Metro" du coin ;-D En fait, c'est pour Marie-Paule, une ancienne collègue, dont un proche fait la collection de quotidiens du monde entier!


















Et je me glisse au milieu de la foule des gens partant au boulot.
A l'intérieur de la rame, là encore, je suis rassurée : le métro étant moderne ( une ligne a trois ans, l'autre un an seulement ),

http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9tro_de_Xi%27an


 il y a plein d'infos utiles, avec un dessin lumineux de la ligne montrant bien le sens de la marche, les stations ( chinois et pinyin ) passées en rouge, les stations à venir en vert, et même un signal qui explique de quel côté s'ouvrira la porte, à la prochaine station :-)



Je suis donc scrupuleusement la progression, et le métro se dépeuple peu à peu une fois qu'on a dépassé le centre-ville.
A la sortie aussi, tout est facile : beau plan de quartier bien clair, avec toutes les sorties de métro, et ça correspond bien au plan que m'avait fourni Xi'an Insiders :-)

















Juste pour le plaisir, une fois dehors, je me fais quand même confirmer par une passante que je me dirige bien vers la "vieille locomotive", point de RV avec ma jeep, en lui montrant une photo sur mon smartphone. C'est bien par là, et je reçois encore un grand sourire en retour de mon "xiè-xiè" ( "merci", qui se prononce entre chié-chié ( ! ) et sié,-sié ), que j'utilise très souvent.
Jusqu'à présent, dans les lieux où nous sommes allés avec mon groupe, globalement, on a trouvé que les chinois faisaient plutôt triste mine, pour parler poliment ;-) et qu'ils avaient tendance à bousculer tout le monde pour passer ( bref, incivils )
Ma théorie est qu'on était en présence d'une part de citadins pressés ( on ne peut pas dire que les parisiens, dans la rue, soient souriants! ) et d'autre part d'employés de restaurants ou d'hôtels dans l'exercice de leur métier plutôt ingrat, face à plein d'étrangers qu'ils ne comprenaient guère ( tant au niveau de la langue que du comportement, qui, assez souvent, me fait honte :-/ ), et je pense qu'à leur place, je ne serais guère souriante moi non plus!
Mais j'ai découvert lors de cette journée de "liberté" qu'à l'inverse, les gens rencontrés en-dehors d'un cadre professionnel, touristique et/ou plein de monde, étaient tous souriants, calmes et polis, voire accueillants.
Bref, tout est question de contexte, de lieu... Mais bon, c'est ma petite analyse personnelle qui vaut ce qu'elle vaut, hein! ;-)
A mon arrivée à la locomotive,




coup de poignard dans le cœur : ils sont tous là, bien alignés, les side-cars que j'aurais pu prendre si j'avais réservé plus tôt :-(
Mais bon, mon ressentiment s'envole vite et je les prends en photos sous toutes les coutures, je discute un peu avec les motards ( avec les mains, flemme de sortir mon smartphone! ), qui se marrent bien à la vue de mon T-shirt!


























 Ah oui, je crois que je ne vous en ai pas parlé : avant le départ, j'ai fait faire par Vistaprint un T-shirt avec marqué dessus en chinois "je m'appelle Isabelle", et il a fait tellement "sensation" les deux premiers jours ( et provoque ces sourires chers à mon cœur! ) que j'ai dû le relaver pour pouvoir le porter à nouveau ;-))
Et je me suis dit qu'il allait bien me "servir" pendant cette journée à la campagne, pour créer un petit lien avec les gens croisés :-)
Bon, ce qui crée aussi un peu de lien avec les motards chinois des side-cars, c'est la photo de ma brave Diversion que je leur montre :-)
"Hélas" ( il ne faut pas que je me plaigne, quand même! ), c'est un tour en jeep pour lequel j'ai signé, donc je finis par me diriger vers elles ( il y en a deux )
Je suis accueillie par Julia, la française avec laquelle j'avais échangé quelques mails pour cette réservation.



Elle me présente mon "insider", Rocky, un chinois qui a passé plusieurs années à Los Angeles ( à aider à l'ouverture de restaurants chinois! ) et qui ( comme pour le guide du side-car à Pékin ) parle anglais. Je devrai me débrouiller avec ça ( je le savais bien sûr avant de venir ), dommage qu'il n'y ait pas eu d'insider francophone de disponible, ça aurait quand même été plus commode pour moi!
Heureusement, notamment pour les noms des arbres, fruits et autres céréales rencontrés au fil des heures, l'appli de mon smartphone me servira encore pas mal de fois, cette fois pour traduire des mots anglais! Savez-vous comment on dit kaki, sorgho, blé ou...baie de goji, en anglais? ;-) )
Bref, à mon grand soulagement, Julia me confirme que je pars seule avec Rocky, pas seulement seule dans la jeep, mais aussi que l'autre jeep ne part pas avec nous! Ouf! Je n'ai pas payé une fortune ( rapporté à mon petit salaire ) pour me retrouver à nouveau avec un groupe, fût-il de quelques personnes! J'ai besoin d'un peu de liberté de temps en temps, quand je fais des voyages en groupe (je suis assez solitaire, de nature ), et j'apprécie infiniment de partir seule avec mon guide! C'est bien ce que j'avais compris en signant, mais j'ai eu un petit doute en voyant l'autre jeep!
Bon, il est l'heure, Rocky branche le GPS sur son smartphone et nous partons vers de nouvelles aventures ;-)



Dès le début, Rocky m'explique qu'il est à mon service durant cette journée, que c'est "mon" tour, et que je peux lui demander tout ce que je veux. Je le préviens donc à cette occasion que quand je voyage à moto, je m'arrête sans arrêt pour faire des tas de photos, donc que là, si c'est possible, je lui demanderai souvent de s'arrêter. "Pas de problème, n'hésitez pas!" Je lui dis aussi que j'ai envie de voir des villages, de la montagne, mais ça, ça n'est pas non plus un problème vu que c'est le thème de ce tour, que je n'ai pas choisi au hasard :-)

"Nous vous emmenons sur le plateau, sillonner à travers de vieux villages, le déjeuner est servi avec dégustation de vins dans un vignoble remarquable. Nous continuons avec la visite d’un temple Bouddhiste préservé pendant des siècles. Prenez une tasse de thé dans une habitation troglodytique avant de rentrer sur Xi’an.
Créneau horaire: De 9h30 à 18h (9h incluant une pause déjeuner)
Lieu de départ et d’arrivée: Quartier artistique de Xi’an (métro ligne 1, arrêt Banpo, sortie C)
Distance : 120Km"

Rapidement, on se retrouve à la campagne ( qu'on a très peu vue depuis notre arrivée en Chine! ) et je fais un petit heureux avec un de mes jouets :-)
Je prends soin, avant le "don", de demander à Rocky s'il pense qu'il sera bienvenu ou si ça risque d'être mal pris par la maman, mais il me rassure : tous les cadeaux font plaisir!






On en revient à ma réflexion développée sur ce sujet lors de mes vacances en Roumanie ( et que j'avais constaté depuis des années dans d'autres pays, notamment à Cuba ), à savoir qu'il faut arrêter de se poser des questions torturées d'occidentaux trop cérébraux, et donner sans arrière-pensée de petits cadeaux : ils feront toujours plaisir! Jamais une seule fois je ne suis tombée sur quelqu'un qui m'a fait comprendre un truc du genre "mais pour qui me prenez-vous, je ne suis pas un mendiant!". Il faut dire aussi qu'il y a l'art et la manière de donner, pour que ça soit bien pris!
Il faut qu'il y ait un contexte, une raison d'échanger, une photo prise, un service rendu... Ne pas donner sans "contre-partie", du genre : vous êtes pauvres, donc je vous donne un sac de babioles! Ca n'est pas le sens de ma démarche.
Mes mini-jouets, je trouve juste dommage qu'ils soient bêtement détruits lorsque je les renvoie dans mes invendus, je préfère nettement qu'ils déclenchent un sourire dans les yeux d'un gamin!
Bon, désolée, je m'égare!
Allez, série de photos!






















Maison typique avec toit en creux pour recueillir l'eau de pluie







Lors d'un arrêt où Rocky me propose de me prendre en photo devant la jeep, je m'aperçois que c'est vraiment "mon" tour perso : Xi'an Insiders a eu l'idée rigolote de mettre sur la jeep un autocollant au nom de la personne qui a réservé le tour, avec un drapeau aux couleurs de sa nationalité :-) J'apprécie!










Oups, là, pas le choix, il faut faire demi-tour!



En plein sur la route!


Couronnes funéraires :




Lors de la traversée d'une petite ville, je demande à me promener à pied dans un marché,


















où Rocky m'offre un bon beignet tout chaud,



et où je vois une machine à faire des pâtes. C'est pratique : à peine sortie de la machine, elles tombent dans de l'eau bouillante pour être cuites dans la foulée!


 La "pâte à pâtes" a quand même une drôle d'allure...





































D'ailleurs, Rocky s'achètera un sachet de ces nouilles, qui seront son repas de ce soir!



Je remarque que c'est l'époque de la récolte du maïs, et un marchand, fort à propos, expose des égreneuses à maïs :-) Je n'en avais jamais vu avant!



Nous arrivons ensuite dans le vignoble dont il est question dans le programme.















 Je me marre avec l'appellation "Dijon clones" ;-D



 Petite anecdote ridicule à propos de cette "winery" : comme j'avais complètement oublié le contenu exact du programme, quand Rocky a commencé à me dire que nous nous dirigions vers la "winery" ( ouaille-nerie ), je n'ai pas trop réagi, pour la simple raison que j'avais traduit, dans ma tête par "vannerie" et que je m'étais dit "ah ouais, bôf, on va visiter une vannerie, avec la boutique de vente de paniers au bout, comme d'hab'..."
J'ai donc été un peu surprise en arrivant dans une salle où j'ai vu un mur de bouteilles de vin... avant de comprendre enfin ma méprise, et à me réjouir nettement plus de cette visite-là :-D

En fait, il s'agit plus de l'unité de production et de stockage, alors que le vignoble lui-même, dans sa grande majorité ( il y en a quand même un peu sur place, comme "vitrine" ), se trouve à plusieurs centaines de kilomètres de là.

Nous sortons du village pour aller visiter les chais à flanc de montagne ( il n'y a que Rocky, l'employé de l'entreprise et moi! ), situés dans un bâtiment tout neuf ( certaines salles ne sont pas encore finies et n'ont pas l'électricité! ) mais construit dans un style ancien, entre autre au niveau du toit en creux ( voir photo d'une maison un peu plus haut! )





























La salle des dégustations est une pure merveille : ils y ont transporté une espèce d'intérieur de temple d'une autre région, fait de parois en bois sculpté, magnifique! Malgré ce que me dit Rocky, j'ai du mal à croire que c'est une pièce ancienne, tellement les sculptures ont l'air nettes et récentes, mais peu importe, je trouve ça absolument remarquable, que ce soit ancien ou récent!









De nouveaux chais pour plus de tonneaux...













Ah, peut-être des infos sur le sujet sur internet?

Voilà le site du "wine & resort" ( créé en 2000! ) :

http://www.jadevalley.com.cn/wineresort/?site_language=english

Donc non, ils ne parlent pas des parois en bois du temple... peut-être a-t-il été installé depuis la dernière mise-à-jour du site? Pas impossible, tant tout cela a l'air tout récemment aménagé!
Tant qu’on est là, ils me montrent aussi au passage le « resort », un mini hôtel avec des chambres rustiques un peu chic qui me plaisent beaucoup, avec une piscine à l’arrière :-)

































Bizarrement, les deux que je visite sont en fait deux chambres reliées entre elle par une salle de douche, configuration peu commune, qui « condamne » une chambre si on n’est que deux… et qui oblige à un certain degré d’organisation si on est 4 ;-)
Et ne parlons pas de configuration « familiale », puisqu’on est au pays de la politique l’Enfant Unique ;-), même s’il y a des dérogations pour pouvoir avoir deux enfants, notamment ( depuis l’année dernière ) si une des deux personnes du couple est elle-même un enfant unique dans sa famille, ce qui arrive de plus en plus, la politique de l’Enfant Unique datant de 1979.


On redescend ensuite vers la fabrique de vin, située dans une petite ville, pour manger ( repas compris dans le prix du tour en jeep ) dans la salle de dégustation des vins.
Je butine dans deux des trois premiers plats ( je laisse les tranches de tofu sans goût pour manger un peu de salade de haricots verts et de brocolis )



J’ai le droit de « goûter » ( en fait, un bon verre à chaque fois, heureusement que je ne conduis pas la jeep ;-) ) à deux vins rouges ( Cabernet Sauvignon 2010 ), pas mal, et un « vin de kaki », qui tient plus de la liqueur ( sucré, 14° )
J’ai appris en route ce matin que les « persimmons » oranges qu’on voyait dans des arbres fruitiers étaient des kakis, en français.




















Je commence à me dire que je ne vais guère plus manger que lors de mes autres repas quand la serveuse apporte deux grosses assiettées de larges pâtes, ouf, je suis sauvée, et en plus, elles sont excellentes :-)


Et ce que j’apprécie le plus, c’est que je n’ai pas  à passer ensuite dans une boutique pour « d’éventuels achats de bouteilles de vin » !!
Nous repartons pour visiter le Temple des Mille Bouddhas ( d’où le nom du circuit ), dont l’avantage certain par rapport à ceux visités avant avec le groupe, est qu’il est désert, à part deux ou trois gardiens de salles ! Je n’ai pas à faire d’effort pour prendre des photos sans touristes dessus ;-)













































































Quelques uns des mille bouddhas ;-)
































Je n’ai pas trouvé de site-web pour ce lieu !
J’y traîne 1/2h. En sortant, installés sur la placette devant le temple, il y a des joueurs de dominos chinois. Je les observe un moment, demande si je peux les photographier. Ils acceptent volontiers, et l’un d’eux me propose même de m’asseoir avec eux pour faire semblant de jouer, et il me prend en photo avec mon APN, sympa ! Je prends mon rôle très au sérieux ;-D



















Nous attaquons ensuite une vraie route de montagne, plus nous montons, plus l’air est pur, et on voit la vallée dans une légère brume. Je suis enchantée de ce trajet, je demande souvent à Rocky de faire des pauses photos.
Nous traversons des hameaux avec des tas d’épis de maïs mis à sécher, les quelques paysans croisés ont le sourire et posent volontiers devant mon objectif. Il y en a même une qui me proposera gentiment de venir boire "de l'eau bouillante" ( ? "hot water", m'a traduit le guide! Peut-être une façon de dire du thé? ) chez elle, hélas Rocky n'est pas très chaud, donc je n'insiste pas. J'aurais pourtant bien aimé...
















































Nous empruntons une « route des crêtes », voyons au loin une pagode sur un sommet, redescendons par des lacets…Champs, épouvantails, fabrique de briques et toujours ce maïs omniprésent.



















 C'est cette dame qui m'a proposé de boire un coup chez elle.



Nous sommes à nouveau dans la plaine, sur une petite route bien droite. A l’approche d’une voiture en train de manœuvrer au débouché d’un chemin de terre, par sécurité Rocky donne un bon coup de klaxon et continue tranquillement sa route. L’autre corniaud, non seulement doit être sourd, mais en plus ne prend pas la peine de regarder la route en repartant en marche avant après sa manœuvre et nous percute, malgré la tentative de mon guide de l’éviter… :-(
Nous sortons pour constater les dégâts : la Jeep n’a pas une éraflure ( je n’ai pas réussi à trouver le point d’impact ), bravo la solidité, alors que la voiture a le pare-choc bien détruit à droite !




Pour moi, française, les choses sont on ne peut plus claires : l’automobiliste est à 100% en tort avec sa manœuvre en pleine route sans regarder !
Mais on est en Chine, et le gars commence à brailler comme un putois. Apparemment, il n’est pas de mon avis ;-) Rocky reste calme et essaie de lui faire entendre raison, mais l’autre ne veut rien savoir ( je me demande quel argument il peut invoquer !? ), et au bout d’un moment, Rocky m’explique que pour régler ça, ils vont devoir appeler la police pour un constat. Je lui dit que ça ne me pose aucun problème, j’ai tout mon temps, ma seule contrainte est un avion à prendre le lendemain matin ;-), au moins, avec la police tout sera clair, le chauffard n’aura plus rien à dire. Je lui suggère quand même de déplacer un peu sa jeep car arrêtés en l’état, les deux véhicules bloquent complètement la route, plus personne ne passe et ça commence à bouchonner ! Hélas, dans la mesure où la police a été appelée, ils ne peuvent pas bouger les véhicules pour que le constat soit valable ! J’assiste donc à un balai de voitures et de bus qui font tant bien que mal demi-tour sur la petite route, de part et d’autre de l’accident. Je vois même un courageux couple en triporteur se décider à couper à travers champs pour réduire leur détour.




Les motos, elles, arrivent à passer, mais comme c’est l’événement de la journée dans le coin, les motards s’arrêtent plutôt pour discuter de la responsabilité de chacun ;-)







Comme on est en rase campagne, je n’ai quand même pas grand-chose à photographier… ah, chouette, un berger arrive avec ses deux chèvres, ça m’occupe.


Au lieu d’en rester là, à attendre tranquillement la police, le chauffard continue à vociférer et je suis impressionnée par le calme olympien de Rocky,
qui ne semble ennuyé que par le fait que ça nous retarde dans mon circuit. Je continue à l’assurer avec vigueur que ça ne me gêne pas. Hélas, au bout de 40 mn, voyant que de toute évidence la police n’a pas envie de se déplacer pour un petit accrochage, il cède et je le vois sortir 300 Yuans ( une 40aine d’euros ) de sa poche, pour faire taire le gars et qu’on puisse repartir :-((((
Je suis dégoûtée, hyper frustrée, avec mon naïf sens de la justice, de voir que c’est le coupable qui gagne dans l’affaire :-((((
On en discute dans la jeep et je lui explique qu’en France, ce genre d’accident n’aurait amené aucune discussion, l’automobiliste étant très clairement à 100% en tort. Il conclut avec un petit sourire résigné que c’était dommage que le gars n’ait pas été un français ;-D
Nous prenons un chemin de terre bien défoncé pour arriver jusqu’à des habitations troglodytiques. Rocky m’explique que vivent là un couple de personnes âgées qui ont toujours vécu là et qui, malgré la pression de leurs enfants, ne veulent pas déménager, alors que lorsqu’il pleut fort, ça menace de s’effondrer à tout instant ( large fissure dans la falaise au-dessus ). C’est là où, d’après le programme, on aurait dû boire un thé avec le vieux monsieur. Mais il a dû se lasser de nous attendre (à cause de l'accident) et partir vaquer à d’autres occupations, car les habitations sont vides. Mais Rocky me fait quand même visiter ! C’est très sommaire, en effet, mais il y a quand même l’électricité…et une télévision.





























En ressortant, nous voyons au loin sur un chemin la dame qui revient à petits pas de son potager, mais nous ne la dérangerons pas, il est temps de repartir vers Xi’an.


 On voit qu'on est revenus dans la plaine polluée : je crois que c'est notre guide Isabelle qui disait ironiquement que l'avantage de l'air pollué, c'est qu'on pouvait prendre des couchers de soleil même en plein jour. En voilà une démonstration :


















Je regrette l'air pur de la montagne!
Peu de temps après, je me permets quand même encore de demander à mon insider de stopper, car il y a une cérémonie dans la rue d’un village. Il m’explique que c’est un enterrement. Au moment où je lui dis que je suppose que je ne peux pas prendre de photos, des jeunes du groupe me font des grands signes, me faisant comprendre que je peux descendre de la jeep pour les prendre en photos, impeccable ! C’est un peu bizarre, ils ont l’air d’avoir des blouses d’infirmiers et sont plutôt souriants… Je ne suis pas sûre d’avoir bien compris ce que me disait Rocky, finalement, c'était peut-être un enterrement... de la vie d'étudiants en médecine!


















Au bout d'un petit moment de route, je ne tiens plus et je demande à mon chauffeur s'il peut m'arrêter dans un endroit quelconque pour que je satisfasse "un besoin naturel". Dans un village, il s'arrête en s'excusant de ne pas pouvoir me proposer mieux que ces toilettes publiques : en fait, ce sont des feuillées installées le long de la route, qui servent aux villageois qui n'ont pas de WC chez eux. C'est sommaire mais je suis bien contente de me soulager ;-)
"Fermeture" simple : quand le rideau est en place, c'est occupé, quand on en sort, on en glisse un bout dans les claustras pour le relever et signaler que c'est libre :-)




On finit par arriver à Xi’an, et Rocky me dépose à la station de métro par laquelle j’étais arrivée le matin.

















 Comme je maîtrise maintenant parfaitement le métro de Xi'an ;-D, et que j'ai vu dans le GdR que les fameuses tours de la cloche et du tambour ( que j'ai vu en coup de vent pluvieux à travers la vitre du car hier! ) n'étaient qu'à une petite correspondance de ma ligne, je décide d'y aller pour faire quelques photos.
J'ai quand même un peu de mal à savoir quelle sortie prendre, avec un plan de quartier uniquement en chinois ;-)
Pas grave, je sors au hasard et je verrai rapidement où se trouve la tour de la cloche, qu'on ne peut pas louper!

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tour_de_la_cloche_de_Xi%27an






  On voit la cloche, à l'angle.





Entre les deux tours, je profite que je suis seule pour manger autre chose que chinois, ouf, ça fait du bien ;-)




















http://fr.wikipedia.org/wiki/Tour_du_tambour_de_Xi%27an







 Le tambour :


Hélas ma dernière batterie est HS, signe que je dois rentrer! Mais c'est pas plus mal, on se lève très tôt demain pour prendre notre avion vers Guilin!

En arrivant à la station de l'hôtel, j'ai encore quelques difficultés avec le plan de quartier pour savoir dans quel sens aller, mais finalement, je trouve le truc : il y a le nom de certains hôtels ( symbole de lit ), donc je compare avec le nom chinois du mien, sur la carte de visite que j'ai pris soin d'emporter, et, laborieusement, j'arrive à déterminer lequel c'est sur le plan, pour prendre la bonne sortie ;-)





Heureusement que j'ai trouvé ce truc parce que sinon, de nuit, j'aurais eu du mal à me repérer, à l'extérieur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire