samedi 8 novembre 2014

La Zouzoute en Chine dimanche 19, Pékin: Temple des Lamas, magnétothérapie, Palais d'Eté et train de nuit pour Xi'an :-)

 
Départ en car pour le Temple des Lamas sous un ciel gris clair.
Le quartier, fait de maisons basses typiques comme dans les hutongs, est rempli de « marchands du temple » vendant des babioles religieuses liées au temple.



















On passe à pied devant un tricycle de la police, obligé, je me fais prendre en photo dessus !

















 Il crache, via un haut-parleur, des consignes de sécurité et autres annonces, par exemple d’enfants perdus à retrouver à tel endroit…
Chouette, on est chanceux, à l’arrivée, comme c’est un jour de fête particulier, ils distribuent à tous les visiteurs du Temple des paquets d’encens, à faire brûler dans des brûle-encens sur le site.




















J’aime bien l’idée de faire ça, et je suis assez fascinée par la légère odeur ( je m’attendais à plus fort ) et par tous ces gens qui brûlent leur encens au-dessus de grands bacs enflammés, je traîne tellement au début du site, à faire des dizaines de photos, que je perds rapidement le groupe, mais ça n'est pas grave, je me balade seule et je les retrouverai plus tard.
J’avoue écouter rarement les explications de la guide sur les sites ( dans le bus, je suis bien attentive ! ), car je virevolte un peu partout pour faire des photos…
Les autochtones jettent assez rapidement leur paquet d’encens dans l’urne, mais moi je prends plaisir à le faire durer, à l’emmener presque jusqu’au bout, et à faire des photos avec lui, bien sûr ;-)


































































Je profite que je suis seule et que je vois des toilettes pas trop encombrées pour y aller.
Je retrouve mes collègues, je les perds à nouveau, et je finis par les retrouver pas loin de la sortie. Isabelle propose au groupe "une tournée de toilettes", donc comme beaucoup ont l’air intéressés, et alors que j’y suis allée il y a peu, connaissant l’inertie d’un groupe au pipi-room, je décide de sortir juste devant le temple pour me balader un peu avant de retourner au bus.
Sur le trottoir, je tombe sur un groupe de jeunes en blouse blanche. Tiens, tiens, qu’est-ce donc ?


Ils  tripotent les oreilles de passants, dans une grande bonne humeur… Ah, ça doit être des sortes d’apprentis acupuncteurs !




































Je me fais confirmer ça par un des jeunes parlant 3 mots d’anglais, et qui me montre la planche anatomique d’une oreille et tous ses points d’acupuncture. 
 Ça m’intéresse fort, et j’aimerais bien en profiter (c’est gratuit, ils se font la main, en quelque sorte !), donc je lui demande. Il est ahuri, rigole  beaucoup, un peu gêné, explique ça à ses collègues, qui commencent à se marrer aussi : de toute évidence, ils n’ont jamais traité un occidental dans la rue ! Donc je rigole avec eux, mais au bout d’une minute, le temps passant ( mes collègues vont bientôt avoir fini leur séance aux toilettes ! ), je réitère ma demande en disant que j’aimerais beaucoup essayer, donc timidement, il me fait asseoir et me demande où j’ai mal. Immédiatement, je pense à mon hallus valgus au pied droit, qui me fait bien mal au bout de peu de temps de marche, donc je lui montre. Il a l’air de comprendre de quoi il s’agit, mais scrute quand même en hésitant le document avec l’oreille dessinée, il a peur de se tromper. Il finit par me piquer légèrement ( pas avec une aiguille, juste un contact avec une sorte de pince à épiler ) et me demande si ça me fait mal.



 Je ne suis pas sûre de savoir si je dois ressentir une douleur à l’oreille ou au pied, mais comme je ne ressens rien nulle pas, je dis non. Au bout de trois fois, il perd toute confiance en lui et va demander de l’aide à une nana qui doit avoir une année d’étude de plus que lui ;-)
Entre temps, une autre étudiante me demande si elle peut ( je suis l’événement du jour, a priori :-D ) me prendre en photo avec son smartphone. Bien sûr, pas de problème, d’ailleurs si ensuite elle veut bien me filmer avec mon APN…

https://www.youtube.com/watch?v=HH51BWqTmdo&list=PLHXEBDvNpOEWehBhXDi-ogEhYf_hErpTs&index=3
La nana plus qualifiée cherche mon point douloureux et rapidement, par essais successifs, elle tombe dessus : clairement, quand elle touche un point, j’ai une douleur à l’oreille, bingo, elle a trouvé le bon point :-)
Elle le montre au petit jeune, qui prend une pince au bout de laquelle se trouve un petit pansement avec une micro-bille collée dessus et me le pose à l’endroit stratégique.

...........................

Parenthèse :

Finalement, j'ai trouvé sur internet, en rentrant en France, de quoi il s'agissait exactement : la magnétothérapie!

http://www.digitoworld.com/tradition-millenaire.../721-magnetotherapie

et :

http://www.zeneqilibre.net/pages/magneto.htm

Notamment :

"Des chercheurs pensent que l'effet des aimants agit particulièrement sur les points d'acupuncture. L'utilisation de l'effet magnétique en relation avec les points d'acupuncture se fait par 1'application d'un petit aimant sur les points situés sur les méridiens. L'aimant en ferrite (ou pour les plus récents en terre rare, néodyme-fer-bore) est maintenu sur la peau grâce à un patch se présentant sous la forme d'un disque adhésif avec une petite bille aimantée au centre. Ces aimants sont appliqués soit dans l'objectif de prolonger un traitement par l'acupuncture ou par le Shiatsu, soit par le malade lui-même sur certains points symptomatiques afin d'y soulager les douleurs associées. L'action bénéfique de cette méthode conjugue les effets du magnétisme et ceux de la pression de l'aimant sur le point. "

...........................

Une troisième étudiante vient alors me faire un petit massage de la nuque pour finir la "prestation", alors que je commence à m’inquiéter du temps que tout cela a pris ! Par sms, Isabelle me prévient que le groupe est sorti du temple des Lamas, je cours donc pour retourner au car, ouf, j'arrive seulement deux minutes après le groupe, je ne les ai pas vraiment retardés !
A peine installée, j’ai soudain très mal dans le bas du dos. Je me demande si c’est une conséquence bizarre ( ou normale !? ) de ma séance d’acupuncture ou bien de ma course pour ne pas être en retard… Je ne le saurai jamais.
Par contre, au bout d’une heure à peine, je constaterai avec un grand étonnement (j’avais surtout fait ça pour le fun, sans vraiment y croire !) que je n’ai plus mal à mon hallus valgus !! Donc psychologie pure ( étonnant, puisque je n’y croyais pas ) ou réelle efficacité de la méthode, là non plus, je ne le saurai jamais, mais toujours est-il que j’ai eu un répit de 2 journées avant de recommencer à avoir mal ! Toujours ça de pris, surtout dans ce genre de circuit où on marche quand même pas mal !
D’ailleurs on va encore bien marcher pour la visite suivante, en parcourant le Palais d'été ( un jardin impérial, inscrit au Patrimoine Mondial de l'Unesco ) et son grand lac, hélas sous un ciel de plus en plus gris et brumeux...




Pas loin de l’entrée se trouve un vieil homme avec un énorme pinceau, qui dessine des idéogrammes sur les dalles du sol, et je me rappelle soudain : j’avais déjà vu cela en Chine lors d’un autre voyage : en fait, il peint avec de l’eau, ce qui fait que ses messages philosophiques ( ? ) sont éphémères, ils disparaissent des dalles quand l’eau sèche ! J’avais trouvé l’idée  très jolie à l’époque.




Je demande au monsieur s’il veut bien me prêter son pinceau et son seau et je m’amuse à dessiner des arabesques au sol…Vous arrivez à lire ? ;-)



































Nous traversons ensuite un pont pour aller sur une île. Sur l’eau, de grandes étendues de lotus, dommage qu’ils ne soient pas en fleur, au printemps ça doit être superbe !





Il y a là des couples de danseurs encostumés, mais Isabelle nous explique qu’ils viennent là en amateurs, pour le plaisir, ça n’est pas une représentation « officielle » Ceux qui veulent peuvent danser avec eux au son de la musique.




Il y a aussi un grand rassemblement devant un groupe de musiciens et de chanteurs, je me demande si ce ne sont pas des chants « patriotiques ».


















Une bonne partie du public chante en chœur avec le groupe… J’ai donc fait une vidéo :

 
Petit quiproquo avec Isabelle : sur notre programme, dans ce parc, il était prévu une balade en bateau sur le lac, alors que d’après le programme d’Isabelle, il n’y en avait pas. Ayant passé un long coup de fil à son agence, elle finit par nous dire que comme c’était sur notre programme, on va bien faire ce trajet en bateau, on retraverse donc le pont pour aller à l’embarcadère.


Juste avant de partir, j’achète un paquet de marrons chauds qui s’avéreront délicieux, comme s’ils avaient été légèrement sucrés avant d’être cuits :-)


















La balade est sympa, dommage qu’il fasse si brumeux, ça nous empêche de bien voir le paysage…mais c’est toujours ça de moins à faire à pied pour la fainéante que je suis ;-D






On débarque pas loin d’un « bateau en marbre » qui remonte comme une bulle à la surface de ma petite mémoire, comme le vieillard au pinceau : c’est sûr maintenant, je suis déjà venue dans ce parc !



On se balade ensuite au milieu de différents bâtiments et pavillons,

































Quelques gaillards du groupe font sensation et se font photographier par une touriste ;-)
















puis on va manger dans un restaurant ( situé dans le parc ) où Isabelle nous met en garde : c’est un restaurant d’État, donc la déco est jolie mais il ne faut s’attendre à des merveilles ni dans l’assiette ni au niveau du service ;-)
Personnellement, je ne verrai pas de différence avec les autres mornes repas, toujours cette série de plats installés sur l’éternel plateau tournant… ;-)


Nous reprenons notre balade dans le parc, au fil de ponts, de douves, de kiosques et de porte monumentale, pour finir par retomber sur le bateau en marbre.

















































Nous prenons ensuite une très longue galerie ( 728 mètres, la plus longue de Chine ! ), peinte de couleurs vives et ornée de centaines de tableaux ( vous m’excuserez, je ne les ai pas tous pris en photo ;-) ), et qui servait à relier les différents bâtiments du Palais d’été en restant à l’abri de la pluie ou du soleil !


En cours de route, je me reposerai un peu sous cette galerie pendant qu’Isabelle entraîne la grande majorité du groupe en haut d’une colline d’où ils auraient pu avoir une belle vue sur le lac… s’il n’avait pas fait brumeux ;-D

La guide nous emmène ensuite hors des sentiers battus ( mais toujours dans le Palais d’été, très vaste ! ) vers un joli jardin chinois où nous serons quasiment seuls, ça fait vraiment du bien, un peu de calme. Nous nous autorisons quand même quelques « oh ! » et « ah ! » sonores et admiratifs en y arrivant ! La brume, de plus en plus présente, donne un charme supplémentaire au lieu… dont nous faisons tranquillement le tour.


































































Retour vers le centre de Pékin, où, comme on est un peu en avance pour le dîner, on a un peu de temps libre pour se balader dans le quartier autour du resto.






Après le repas,




le car nous emmène à la gare de Pékin, où nous allons prendre un train de nuit pour Xi’an, en « couchettes molles », ce qui correspond à la première classe, contrairement aux « couchettes dures » et aux places assises :-)





Geneviève et moi nous retrouvons dans un compartiment avec un couple de jeunes français qui vont au mariage d’un de leurs amis, français également, et qui se marie avec une chinoise, dans une ville un peu au nord de Shanghai.
 La grande majorité de la voiture est occupée par notre groupe, et c’est un peu la fiesta dans le couloir, où l’alcool coule à flots une bonne partie de la soirée, mais dans un certain confort toutefois : ô luxe, des chaussons sont fournis à tous par la compagnie ferroviaire, et petit détail intelligent : les quatre paires de chaussons de chaque compartiment…sont de quatre couleurs différentes, pour savoir quels sont les siens quand on doit les remettre en sortant des couchettes :-)




























Bonne nuit dans des couchettes plutôt confortables.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire