mardi 4 novembre 2014

La Zouzoute en Chine, samedi 18, Cité Interdite, cyclo-pousse dans les hutongs et tour en side-car dans Pékin by night :-)))

Après un bon pdj de soupe aux nouilles et d'omelette, on part vers le très vaste site de la Cité Interdite ( inscrite au Patrimoine Mondial de l'Unesco ), sous un beau ciel bleu et 20/22° :-)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cit%C3%A9_interdite

Belle foule à l'entrée ( sud ), mais les groupes




ayant un passage dédié, on n'attend quand même pas trop longtemps.

Des photos plutôt qu'un long discours :







Avec un grand sourire pour demander, les gens posent volontiers pour des photos :-)





































Ah, oui! J'ai oublié de vous dire que c'est la première fois, depuis que je fais des voyages organisés, que j'ai une guide qui utilise carrément... un haut-parleur ( en fait, petit haut-parleur discret à sa taille, et micro accroché à l'oreille )! Mais dans ce genre d'endroit, c'était bien utile!
Elle a aussi bien sûr l'habituel petit drapeau de rassemblement de sa troupe! Pour se démarquer un peu des classiques drapeaux tricolores, elle a choisi un drapeau européen! 












































A la sortie de la Cité Interdite ( sortie nord ), je vois une "culotte fendue" :



Le programme fait ensuite monter à la Colline de Charbon ( ou Parc Jingshan )

http://voyage.chine-evasion.com/destination/colline-de-charbon.html

mais pour 3 raisons ( mal aux pieds avec les déjà 3 ou 4 km parcourus depuis la sortie du bus; j'y suis déjà montée la dernière fois que je suis venue à Pékin; la Cité Interdite, qu'on voit de la Colline, sera en plein contre-jour, donc pas de photos possibles ), j'opte pour la solution de facilité qui consiste à la contourner ( avec d'autres personnes pas emballées par la montée, et accompagnées de l'assistante de la guide, chargée de faire un film du groupe, afin de nous le proposer à la vente a la fin du séjour à Pékin! ) pour retrouver le reste du groupe de l'autre côté.
Nous attendons ensuite notre car à un arrêt de bus où il y a plusieurs femmes avec des bébés. Comme j'ai remarqué que les mères chinoises étaient très souvent fières qu'on demande à photographier leur progéniture, je me lance, et ça se confirme : elles me présentent toutes leur enfant avec plaisir.









Pour les remercier, je donne une petite Tour Eiffel en porte-clé à la vedette principale. La mère ne veut pas être en reste et hèle une vendeuse à la sauvette, lui achète un joli pendentif composé de trois poissons en bois sur une cordelette rouge et me l'offre :-) Je l'accroche immédiatement à mon sac à dos. Une des dames me demande si je peux poser avec son enfant pour qu'elle me prenne en photo avec son iPhone ou assimilé ;-), j'en profite pour lui demander son e-mail, pour lui envoyer mes photos, bref, bel échange en attendant le bus! Je lui enverrai les photos le soir-même, dont elle me remerciera par retour de mail :-)

Nous partons en car vers les hutongs, pour une balade en cyclo-pousse ( grand classique touristique! ) dans ces ruelles typiques du veux Pékin, mais qui disparaissent de plus en plus pour faire place à des buildings...

http://www.bonjourshanghai.com/les-hutongs-de-pekin/

http://www.routard.com/mag_reportage/186/pekin_le_crepuscule_des_hutong.htm?page=8

http://en.wikipedia.org/wiki/Hutong

Bon, les photos ne sont ni bien cadrées ni très nettes, faites à la volée depuis les cyclo-pousses bien remuants! 


















Autre classique, on déjeune "chez l'habitant" ( habitants bien organisés quand même pour recevoir des groupes ;-) )




avant de récupérer nos cyclo-pousses, après une petite attente pendant laquelle le groupe applaudit tous les cyclo-pousses qui passent, ce qui est généralement pris avec le sourire, tant par les cyclo-pousseurs ( en fait, plutôt des tireurs! ) que par les touristes...































A la fin de cette balade sympathique, nous reprenons le car pour aller visiter le Temple du Ciel ( site inscrit au Patrimoine Mondial de l'Unesco ):

http://fr.wikipedia.org/wiki/Temple_du_ciel

Isabelle nous expliquant le plan du site, avec son drapeau et son haut-parleur! 












Série sur un couple de jeunes mariés posant pour leur photographe...















Ce sont les vedettes du jour!











Là, il faut que je vous parle d'une balade perso que j'avais repérée depuis longtemps avant le départ pour la Chine.
Grâce à la lecture intensive du GdR, j'avais vu qu'il existait des balades organisées en side-car pour visiter Pékin :-))) J'étais entrée en relation par mail avec Beijing Sideways

 http://www.beijingsideways.com/

pour leur expliquer que j'aimerais bien caser une balade de deux heures au milieu du programme de mon voyage organisé, mais que je ne pouvais déterminer l'horaire exact ( j'avais juste parlé du 17 ou du 18 octobre ) avant d'être sur place.
Avec l'aide d'Isabelle, notre guide, qui a appelé Beijing Sideways, et en fonction des choses qui ne me passionnaient pas dans le programme ( notamment un spectacle de Kung-Fu ayant lieu ce soir ), nous avons finalement réussi à trouver un créneau, en prenant la balade "Pékin by night" de 18h30 à 20h30 :-)

Donc j'ai laissé le groupe au lieu de reprendre le car avec eux.
L'assistante d'Isabelle devait m'aider à trouver un taxi, mais comme ça a rapidement eu l'air assez difficile ( car on était samedi, a priori à un horaire où les taxis étaient fort occupés ), j'ai insisté pour héler plutôt une sorte de tuk-tuk,

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Tuk-tuk

( en gros une petite moto à trois roues avec un "compartiment" pour le client ), pour me ramener à l'hôtel, moyen plus original et plus rapide, vus les bouchons. Elle ne voulait pas, prétextant d'abord qu'il ne connaissait sûrement pas la route pour aller jusqu'à l'hôtel. Mais quand j'ai compris qu'elle disait ça simplement parce qu'elle se méfiait de la conduite pas sécuritaire de ce genre de transport, je lui ai dit que ça ne me gênait pas du tout, au contraire, que ça me ferait plutôt marrer ;-)
Elle a fini par accepter et là a commencé mon aventure!!

Voilà mon tuk-tuk "histérico-électrique", à gauche ( l'autre passait par là et s'est arrêté pour poser sur la photo ;-D ) : il n'a pas l'air, comme ça, hein?








Le chauffeur roulait vraiment partout, mais avec une prédilection pour la voie venant en sens inverse, particulièrement quand il y avait une barrière centrale entre les deux voies, hallucinant mais marrant ;-D
Et les immenses ronds-points plein de bagnoles pris à contre-sens "pour aller au plus court"  était aussi une de ses spécialités ( je pense que le gars a dû être monté à l'envers à la naissance ;-D ) Sûr que je me serais nettement moins marrée dans un taxi coincé dans les bouchons!
Bien sûr, les photos ne rendent pas vraiment l'ambiance, à cause du plexiglas légèrement opaque qui me maintenait dans une bulle! Comme ça, j'avais l'impression d'être dans un rêve ;-)


Là, on est carrément en face de la voiture de la voie opposée ( on devrait rouler de l'autre côté de la barrière! )
















Remontée entre les files ( jusque là, pour un motard parisien, rien que de très normal... ) ...mais à contre-sens!! Qui dit mieux? ;-)


Rond-point pris à l'envers. Au lieu de s'embêter à faire tout le tour du rond-point par la droite, pour ensuite revenir sur la route qui part à gauche, autant aller directement à gauche, non? ;-D Impressionnant, toutes les voitures qui arrivent droit sur nous!



Mais bon, moyennant quoi, on a mis nettement moins de temps que si j'avais pris un taxi! 
Une expérience marrante qui me préparait un peu à ma future balade en side ;-)
Grâce à mon kamikaze, j'étais contente d'arriver à l'hôtel une petite heure avant mon RV de 18h30 car dans la journée de visites, j'avais déjà vidé une de mes batteries d'APN et la 2ème était proche de la fin :-/
J'ai donc mis la batterie à recharger et envoyer quelques mails avec photos à ma "tribu" :-)
A 18h27, plus que ponctuels, mes accompagnants de side-car ( le motard chinois, Guangli, et le guide espagnol Cesar, parlant anglais ) m'appelaient sur le téléphone de la chambre :-)
 Je descends et suis accueillie par deux grand sourires et poignées de main, ça fait plaisir.
On fait qq photos de l'attelage, et en route vers de nouvelles aventures ( sans casque! ), je monte dans le panier et le guide en passager sur la moto, une Chang Jiang 750.

Guangli avec son éternel sourire aux lèvres :-)






















Voilà des photos d'articles de Moto Journal sur cette moto, fournies par Marc, qui, coïncidence, venait de lire cet article la veille!
Je les mets en très grand pour que vous puissiez lire!





Son commentaire :

"Pour le fidèle destrier qui a véhiculé Isa, il s'agit sans doute d'un modèle similaire à celui en PJ avec un panier attelé sur le côté. 24 CV, quand ils sont tous là, pour 215 kg, moto à vide en solo !!! Une copie chinoise de la BMW R71 de .... 1938, qui peut être achetée en France pour la modique somme de 5600€, mais surtout pour les pratiquants de la clé de 12, de l'avance à l'allumage, du niveau de cuve et de l'écartement des vis platinées (source MJ n*2044, avril 2013). Réservée également aux amoureux du frein moteur et interdit aux adeptes des freinages de trappeur ;-)) Bref, une moto "pédagogique" pour apprendre la mécanique !!!"

Ça donne une bonne idée de la "philosophie" de quelqu'un qui roule avec ça à l'époque du règne des cyclo électriques ;-)

A propos de mon chauffeur ( au fait, pour info, les étrangers n'ont pas le droit de conduire en Chine avec le permis de leur propre pays ( ni l'international ), ils sont obligés de passer le permis chinois, ce qui restreint bien sûr les possibilités ;-///, ou alors il faut louer les services d'un chauffeur ), vous pouvez voir son bref descriptif là en développant "Guang Li Ren" :

http://www.beijingsideways.com/?page_id=11 

Guangli est un vrai pro de la conduite et même s'il prend lui aussi des libertés avec le code de la route, je me sens en totale sécurité, il maîtrise parfaitement l'attelage, même chargé!
Je leur explique, via la traduction de Cesar qui, depuis deux ans à Pékin, parle apparemment bien le chinois, que j'aimerais beaucoup me promener dans le vieux Pékin ( dans les fameux hutongs ), pour voir "la vraie vie", et pas seulement de beaux monuments.
Guangli s'est donc adapté à mes désirs et on s'est longuement promenés dans les hutongs, souvent sans phare, qu'il n'allumait qu'occasionnellement ( en fait, quand il entendait un véhicule à moteur arriver en face, pour qu'on nous voit ;-D ) pour économiser la batterie :-D





Vous avez faim? ;-)




















J'ai fait quelques films, très mauvais, mais ils m'aideront quand même à me rappeler de cette ambiance si typique! Comme il faisait doux, il y avait beaucoup de gens installés dans la rue, jouant au mahjong ou autre jeu chinois, buvant un coup, et plein de marchés sur les côtés des ruelles, où le side passait tout juste! Des fois, je devais pousser des chaises de snacks en plein air pour qu'on puisse passer ;-) et on a même un peu percuté un triporteur à l'arrêt dont le proprio a commencé à gueuler comme un putois, mais environ pendant 15 secondes, devant la jovialité communicante de Guangli ;-)

https://www.youtube.com/watch?v=xuPzRBTY_SA&index=6&list=PLHXEBDvNpOEWehBhXDi-ogEhYf_hErpTs 

Lors d'un arrêt, pour changer un peu, j'ai demandé à me mettre plutôt à la place du passager ( plus en hauteur, mieux pour les photos! ), qui s'est avérée très confortable, à mon grand étonnement! En plus, le frileux barcelonais Cesar était content d'aller dans le panier, car il trouvait qu'il faisait froid ( ? Je pense qu'il faisait dans les 17/18° : j'avais juste un sous-pull fin sous mon T-shirt et j'étais très bien! ) et il s'est recouvert de la capote jusqu'aux épaules! J'ai gardé avec plaisir cette place jusqu'à la fin!

















On est aussi passés devant une espèce de théâtre tout illuminé, avec plein de cars garés devant :



Cesar me dit qu'il s'agit d'un spectacle de Kung-Fu : ah! justement ce que mes collègues du groupe devaient aller voir ce soir! A tout hasard, je demande à Guangli de ralentir, je scrute les cars et je vois le nôtre! Sacré coïncidence!! Guangli se fait donc un plaisir de faire demi-tour et prend la contre-allée à contre-sens ;-) et je fais de grands bonjours à la troupe, un peu ébahie de me voir là! Hélas, comme, pour le spectacle (dont ils revenaient), ils n'avaient pas eu le droit d'emporter leur appareils-photos ni leur mobiles, ils n'ont pas pu me prendre en photo! Ça aurait fait quelques souvenirs de plus!

Un peu plus loin, Cesar m'a emmené voir un restaurant de canard laqué très réputé : Liqun


















https://plus.google.com/116664046839539688558/about?gl=fr&hl=fr

http://www.thebeijinger.com/directory/liqun-roast-duck-restaurant

mais qui n'avait rien à voir avec celui où nous sommes allés hier. Pas de néons clinquants ( à part un, sur l'avenue attenante, pour signaler dans quelle ruelle il se trouve! ),



pas de cars d'occidentaux, mais des sièges devant le resto remplis de gens faisant la queue pour pouvoir y manger, resto plein ( je n'ai pas pris de photos de l'intérieur du resto, justement parce qu'il y avait plein de gens ). Cesar m'a montré les cuisiniers s'occupant de cuire les canards dans un four à bois, là encore, film très mauvais mais ça donne une idée de la rusticité de l'endroit...

https://www.youtube.com/watch?v=DR1W3vR8wNk&feature=youtu.be




















Et surtout, un impressionnant "mur des célébrités" avec des tas de photos de gens célèbres ayant mangé dans ce resto, dont, pour la France ( je n'ai pas tout vu, il y en avait trop! ), Lucie Aubrac, la fameuse résistante de la Seconde Guerre mondiale!























Un endroit authentique dans lequel je me promets de manger si je retourne un jour à Pékin!!
Ensuite, balade dans Pékin pour voir plein de beaux monuments, anciens et moderne (Centre National des Arts du spectacle, architecte français)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Centre_national_des_arts_du_spectacle_%28P%C3%A9kin%29

































avec des pauses pour des photos, bien sûr :-), notamment sur la place Tian an men, avec au fond, la très célèbre porte de la Paix Céleste avec le portrait de Mao...




Comme je les avais aussi prévenus que j'aimerais faire une photo de moi sur une moto de police, pour ma collection, dès qu'on en a vu une, on s'est jetés dessus! Hélas, si le motard a eu l'air assez intéressé par ma collection de motos de police d'un peu partout dans le monde, il est quand même resté intraitable : je pouvais faire une photo à côté de la moto, mais pas question de monter dessus :-(
Bah, ça fait quand même un souvenir ;-)





Et pour revenir à mes centres d'intérêts ( vie courante chinoise ), Guangli nous a emmenés sur une esplanade, près de remparts, où les pékinois se rassemblaient pour danser, faire de la gymnastique, du sport... dont le dacau ( ou jianzi, en Chine ) dont voici les explications :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dacau

et la petite vidéo que j'ai faite :

https://www.youtube.com/watch?v=XtYb4xcPVmM

Super habiles, les gars!






Hélas, ensuite, il était temps de rentrer à l'hôtel, donc j'ai encore fait une petite vidéo du retour, juste pour l'ambiance du roulage en side-car dans Pékin la nuit :-)

https://www.youtube.com/watch?v=y_A29-Kjxrg&index=11&list=PLHXEBDvNpOEWehBhXDi-ogEhYf_hErpTs

La "culotte fendue" by night :



Une virée que j'ai adorée de bout en bout, et que je referai ( peut-être une version de jour, pour changer ) si je reviens à Pékin, même si elle était très chère de mon point de vue de modeste salariée : 900 yuans, soit environ 123€ les deux heures!!!
Si c'est parce qu'il fallait payer deux personnes, franchement, vu que je n'avais pas du tout besoin d'un guide "classique" m'expliquant monuments et histoires, j'aurais sans problème pu n'y aller qu'avec Guangli, en parlant "avec les mains" ou avec mon application Google Traduction dont je vous reparlerai plus en détails plus tard ;-)

Bref, THE grand souvenir de mes vacances :-))))
Et bien qu'il n'y ait pas ma taille dans les T-shirts qu'ils proposaient à la vente ( j'en avais déjà discuté par mail avant, et ils en avaient apporté de différentes couleurs ), je leur en ai pris un ( 20€! Cher aussi! ) pour le souvenir, que j'afficherai sans doute sur un mur, chez moi!

Arrivée à l'hôtel, en ayant déjà marre des restos chinois, et ne trouvant rien d'autres dans les rues avoisinantes, je suis rentrée dans un supermarché, et après exploration, la seule chose qui m'ait inspirée était... du canard laqué au rayon "traiteur"! A priori, le minimum qu'on pouvait prendre était un demi-canard ( ! ), mais qui ne m'a coûté que 3,50€. La nana m'a demandé si je voulais qu'elle me le découpe, j'ai accepté avec plaisir... en regrettant immédiatement dès que je l'ai vu revenir avec son couteau-hache : elle l'a complètement massacré en donnant des grands coups de coups n'importe comment sur la carcasse :-/



Donc finalement, heureusement que j'en avais pris beaucoup : un fois rentré à l'hôtel, j'ai pu trier un peu dans la masse, des morceaux de chair sans bouts d'os incrustés, et sans graisse, que j'ai mangés accompagnés de Coca...
Et tout ça dans la salle de bain pour ne pas déranger Geneviève, qui dormait déjà...








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire