dimanche 30 octobre 2016

Crète 11 octobre, d’Anapolis à Vamos.


Bonne nuit mais hélas pas suffisante pour soigner ma cheville, qui me fait toujours bien mal.
Petit-déjeuner « à la carte » à la taverne, toujours en terrasse, sur la petite place du village :-)

Avant de reprendre la route vers le Nord, je fais un petit détour vers le village abandonné d’Aradéna, à côté des gorges du même nom. Il aurait été partiellement détruit puis abandonné à la suite d’une grosse bagarre entre deux familles à propos…d’une cloche de chèvre qui aurait été volée ! 
Je cite :
"Le village d'Aradena fut abandonné dans les années 1950 et vaut une visite car il vous donnera une bonne idée de l'architecture traditionnelle crétoise.
Depuis 1986, le village a été relié par la route à Anopolis et le reste du réseau routier par un pont spectaculaire qui enjambe la gorge."

Juste avant d’y arriver, il y a donc ce pont ( 138 m de haut ! ), spectaculaire à voir, mais aussi à emprunter car les planches en bois sur lesquelles on roule font un bruit d’enfer !  
Voilà les photos du lieu, où quelques rares maisons ont été reconstruites, et où l’église est toujours debout. Il y a aussi des tas de chèvres : l’éleveur était justement en train de les sortir de leur enclos quand je suis arrivée :-)
J’y ai ramassé quelques noix, hélas déjà sèches, mais bon, ça fait toujours plaisir de manger ce qu’on récolte dans la nature ;-)































































































Le ciel se couvre de plus en plus, et quand je reprends la route en lacets vers Chora Sfakion, il tombe même quelques gouttes : j’ai vraiment bien fait de visiter Loutro hier :-)
Quelques chèvres et virages plus tard, je bifurque vers le nord et je retombe sur une belle route en lacets :-)













Je rentre dans une église où je découvre des tas d’ex-voto suspendus dans des « meubles » ( il y a sûrement un terme consacré pour les désigner, mais je ne le connais pas ) où sont représentés des saints. Ce sont des plaques de métal sur lesquelles sont représentés ce que les fidèles désirent ( ou en remerciement de ce qu'ils ont obtenu ) : des parties du corps pour des guérisons, des maisons, des bébés…
C’est peut-être très courant ici, mais je n’en avais jamais vus avant.














































Je reprends ma route dans des paysages de montagnes puis j’arrive dans une petite ville traversée par une rivière où des bassins ont été aménagés, le long desquels s’égrènent des terrasses de cafés.
J’en choisi un pour faire une pause, à l’ombre des platanes et en compagnie d’un chat. Scène typiquement crétoise ;-)

























Si j’ai encore du soleil où je suis, l’horizon semble bien bouché…
Sur les conseils du GdR, je commence un circuit passant par des petits villages situés à l’est de Vamos.
Une église, quelques maisons anciennes bien restaurées, un complexe hôtelier chic mais désert où je ne trouve personne pour me servir un café et encore moins à manger… je n’arrive pas vraiment à accrocher à ce coin de Crète!



























Heureusement, le GdR me sort une botte secrète plus à mon goût : « Ombrosgialos, une crique sans plage mais avec accès à la mer, eaux d’un bleu profond, décor de bout du monde. Petite cantina loin d’être mauvaise, pour un verre, un snack ou davantage  »…
C’est au bout d’une route de plusieurs kilomètres, en cul-de-sac, mais ça vaut vraiment le coup ( bon, je me répète : peut-être là aussi parce que c’est hors-saison… ).
Je vous laisse juger avec les photos :



































Je commande à la cantina des côtelettes d’agneau grillées à la cheminée, encore une fois avec une salade à la place des frites, c’est plutôt bon et la vue est sympa :-)






















Du raisin et un raki offerts plus tard, je décide d’aller me baigner dans la crique, où il n’y a que 5 ou 6 personnes :-)
Je vous passe les détails de la difficulté pour trouver un endroit discret où enfiler mon maillot ( et encore plus pour l’enlever et me sécher ensuite...sans serviette ! ), mais j’y arrive et la baignade est bien agréable :-)


Donc ne serait-ce que pour ce petit coin de paradis, je suis contente d’avoir tourné dans cette région.
Je décide de raccourcir un peu le circuit dans les villages et je mets le cap en direction de Vamos, où j’ai déniché ( encore un bon plan du GdR ! ) une maison à louer, qui sera le coup de cœur de mes vacances et où j’ai décidé de passer deux nuits, ce qui me permettra de faire un aller-retour à Chania le lendemain, sans y loger, car je n’avais rien trouvé de vraiment sympa ( et avec parking pour la voiture! ). Cette ville n’est qu’à 35 mn de Vamos, ça va !
Quelques villages et paysages côtiers plus tard,





j’arrive à l'"Agence de Tourisme de Vamos", qui s’occupe, entre autres, de gérer plusieurs logements dans des maisons du village ( et alentours ) qui ont été rénovées.





Le village comporte tout ce qu’il faut : banque, boulangerie, épicerie, restos et même une poste où je vais enfin pouvoir acheter des timbres.
La nana qui m’accueille est sympa. Juste avant de rentrer, j’avais repéré sur un panneau qu’il y avait possibilité de faire des cours de cuisine crétoise, donc quand elle me demande si je suis intéressée par autre chose que le logement lui-même, je lui parle de ces cours. Elle regarde son agenda et Madame Bonnétoile inscrit subrepticement dessus un cours justement le lendemain quand je suis là et en plus avec comme plat principal de l’agneau, que j’aime beaucoup! Je n’en demandais pas tant!
Je signe donc pour un cours de 4h, à partir de 15h le lendemain, avec repas à la clé. En discutant encore un peu, elle me confirme ce que je pensais : je peux sans problème, en ne partant pas trop tard demain matin, visiter le port vénitien et les ruelles de la vieille-ville de Chania et être de retour pour 15h ici, cool, beau programme!
Elle m’accompagne jusqu’à mon croquignolet appartement situé dans une belle maison restaurée ( comprenant deux appartements ) à même pas 100 m de là :-)
Comme je le soupçonnais au vu des photos de leur site, j’adore !!
Et vous ?











Ah, pour le prix : appartement tout équipé ( y compris la climatisation ), avec balcon, pour 2/3 personnes pour 60€ la nuit parce que j’ai pris deux nuits, sinon 65€ pour une seule nuit.
Raisonnable, non ?
Je passe chez l’épicier et le boulanger pour acheter du lait frais, du beurre et du pain pour mes deux futurs pdj.  


Après tout ça, il est l’heure de dîner et pour cela, j’ai repéré un bon resto sur Tripadvisor, Xasomeri ( ou Chasomeri ).

























J'ai un compagnon à la table où je m'installe :-)


Comme j’ai aimé ça la veille et que j’en vois encore à la carte, je commande à nouveau un plat de chèvre et, en entrée, des champignons frais au beurre d’ail.

















 Et, bon signe, même pas besoin de demander un changement de garniture, la chèvre est servie avec des « légumes » ( greens )



Je me suis ré-ga-lée !
Non seulement la chèvre était encore meilleure que celle d’hier, mais la grande particularité, ce sont justement les « légumes » servis avec : quelque chose entre le chou et l’épinard, et vraiment bien aromatisé avec des herbes fraîches variées. Ça m'a furieusement rappelé les brèdes mafane malgaches!

Chèvre en verdure, Chasomeri

Une famille française attablée à côté de moi ayant des problèmes avec le mot "fennel", inscrit sur la carte en anglais, je leur indique que ça veut dire fenouil.
Le père m’explique qu'en Crète, contrairement à chez nous, ils utilisent beaucoup les feuilles du fenouil en tant qu'herbe fraîche, au goût nettement plus nuancé que le bulbe ( que je n'aime pas ). Et il m'apprend également qu'aneth ( herbe que j'aime beaucoup, à l'inverse ) se dit "dill" en anglais. Échange de bons procédés ;-)
Bref, une excellente soirée et tout ça à quelques centaines de mètres de mon sympathique appartement :-)


Ah, par contre, j'ai galéré pendant une bonne partie des deux jours que j'ai passé là avec le wifi, qui marchait mal, de temps en temps et pas du tout, très souvent ;-) 
On n'a jamais compris le pourquoi de mes galères car un copain de la nana de l'agence de tourisme est passé pour me montrer que ça marchait sans problème sur son smartphone. Et les voisins, de l'autre appartement, n'avaient pas non plus de soucis de connexion?!
Au final, la nana m'a donné le code du wifi d'une maison située pas loin ( inoccupée ) et devant laquelle je m'installais pour pouvoir communiquer avec ma tribu! Heureusement qu'il faisait bon!
Et que j'avais de la compagnie!



Pas top, pour un logement à 60€ la nuit... mais mon smartphone y était peut-être pour quelque chose?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire