mercredi 17 août 2016

Irlande, 21 juin, de Dunlewey à Carrigart : perte de mon APN :-(((





Mauvaise surprise le matin en voulant prendre notre douche : l’eau est froide :-/
En allant demander à l’accueil s’il ne s’agit que de notre chambre, l’employée nous apprend que c’est général : ils ont des problèmes de plomberie et le gars venu réparer ça la veille n’a pas fini son travail :-(
On aurait apprécié qu’ils aient la correction de nous le signaler à notre arrivée la veille, pour nous laisser le choix d’éventuellement aller loger ailleurs…même si on ne l’aurait pas fait car on n’avait trouvé aucun B&B à la ronde lors de nos recherches ;-)
Donc petite toilette « de chat » dans cette belle AJ moderne :-/


Après le breakfast continental et en self-service à l'AJ, nous profitons d'un temps plutôt ensoleillé pour retourner à l'église "pas en ruines" de Dunlewey :






















et comme nous avons prévu une "séparation temporaire" parce que Francis veut visiter la région des Rosses que je connais et qui ne me plaît pas particulièrement ( trop anarchiquement parsemée de maisons à mon goût ), je pars de mon côté, empruntant rapidement la N56.





















Hélas, il fait gris et la côte n'est évidemment pas aussi belle que sous le soleil



































donc, à Falcarragh, après consultation de la carte, je décide de rentrer à nouveau dans l'intérieur du Donegal via la petite route verte R256 qui retourne vers les montagnes.
Et je ne regrette pas du tout mon choix, les paysages sont vraiment sauvages et splendides et en plus je tombe sur des tondeurs de moutons :-)











Voilà pourquoi je suis fan du Donegal :













Les tas de briques de tourbe séchant au soleil...





















Linaigrettes







































Je passe également devant une belle église moderne , à l’entrée de Creeslough, qui me fait un peu penser à la chapelle Notre-Dame du Haut, du Corbusier, à Ronchamp...















Je vois dans l’église la statue d’un saint qui me paraît étrangement familier…ne serait-ce pas le Saint Curé d’Ars, ici, au cœur de l’Irlande profonde ? Et bien si, bonne mémoire, Zouzoute ( je l’ai reconnu à sa coupe de cheveux assez typique ;-D ) !




































Il faut dire que je m’en souviens car mes parents, quand j’étais gamine, avaient été en pèlerinage à Ars ( dans l’Ain ) et m’avaient ramené une relique, une petite médaille qui s’ouvrait et dans laquelle se trouvait un « linge ayant appartenu au Saint Curé d’Ars » ( moi, Dory, je me rappelle mot pour mot du libellé gravé sur la médaille! ), un tout petit bout de tissu. A l’époque, déjà très logique ;-D, je m’étais dit que vu qu’un curé ne devait pas avoir une garde-robe immense, il ne devait pas y avoir beaucoup de médailles comme celle-ci, et ça lui avait donné un goût de précieux qui m’avait impressionnée ;-) Fin de la parenthèse « souvenir d’enfance » ;-)
Oh! Non, c’est pas tout à fait fini : en allant chercher sur internet, j’ai retrouvé exactement ma médaille!


Un peu plus loin, je fais une pause thé au Huckleberry :


A partir de ce village, je rejoins mon itinéraire de base, et je me dirige vers le Doe Castle, belles ruines dans un bel environnement, qu’hélas je verrai, là encore, sous pas mal de nuages, dommage ( je n’y étais jamais allée avant )…















































Plus loin sur la route, il y a un point de vue sur ce beau château, marqué par la signalétique caractéristique de la WAW…






















Cette église, que je photographie « innocemment » à ce moment-là, en passant simplement devant, aura une histoire plus tard dans mon récit ;-) :

J’attaque sans grande conviction la presqu’île de Rosguill car dans mes souvenirs, là encore, comme dans les Rosses, il y a trop de constructions à mon goût.
Forcément, depuis le temps que je n’y suis pas passée, c’est encore pire qu’avant ( il y a même des lotissements :-/ ) : c’est la première fois de ma vie que j’ai un pincement au cœur en me disant que ma belle Irlande est en train de se « défigurer ». Bon, j’exagère bien sûr un peu, mais après mon incursion toute récente dans le Donegal sauvage de l’intérieur des terres, j’ai du mal… :-(
Il est en effet difficile, à part à deux ou trois endroits, de réussir à faire des photos de beaux paysages sans construction humaine… même si certaines essaient de se cacher un peu…













Je décide aussi de faire un petit aller-retour en direction d’une Auberge de Jeunesse ( Tra Na Rosann ) que j’avais finalement écartée de notre choix de logements car l’accès par une route herbeuse ne m’inspirait pas.
Je suis bien contente d’avoir eu cette réticence : l’environnement est enlaidi par un terrain rempli de mobile-homes, et même une espèce de cimetière de vieilles remorques et d’engins agricoles rouillés, beurk, quel gâchis dans le beau paysage!!


















C’est donc un peu déçue que je termine mon tour de cette petite péninsule.
Heureusement, je vois un fléchage pour le "Singing Pub" ( repéré par Francis lors de recherches )



 et j’y bois un cidre, en consultant la carte du restaurant au cas où on voudrait y revenir ce soir.


La déco du pub en elle-même est vraiment très sympa, et ça doit être plein de craic les soirs où il y a de la music live, mais j’avoue que la carte, imprimée sous plastique ( mauvais signe, je trouve! ) ne m’inspire guère.

























C’est d’ailleurs Pete Mc Carthy qui m’a appris à me méfier des menus sous plastique ;-) dans son excellent et très humoristique livre "L’Irlande dans un verre" que je vous conseille vivement ( en fait, peut-être plus après être allés en Irlande, pour vous dire régulièrement, à la lecture : "Ah, oui, c’est tout-à-fait ce qu’on a vécu!" ;-))
Comme en plus, c’est loin du logement, ça finit de me décourager d’y revenir…En plus, l’accueil a été plutôt froid. Dommage.


Le soleil ne réapparaît un petit peu que lorsque j’arrive au Sona’s B&B, expliquant au monsieur qui m’ouvre que j’ai fait route à part aujourd’hui avec mon ami, et qu’il arrivera plus tard.


La twin en-suite est à 63€ avec le breakfast irlandais, grâce à une réduction « Genius » sur booking.com, ce qui en fait un très bon rapport qualité-prix :-)

















C’est à 4 km du centre-ville de Carrigart, mais en contrepartie, la vue verdoyante est champêtre et le silence est roi ! Léger point négatif : la douche a un pommeau fixe.
40 mn plus tard, Francis m’ayant indiqué par sms qu’il n’était pas prêt d’arriver et que je peux manger sans lui, je décide d’aller faire un tour au village pour retirer des sous ( distributeur dans un petit supermarché ) et faire quelques photos.
Crotte de bique, il se met à pleuvoir, j’ai bien fait de garder ma tenue de pluie dans la moto.
Un peu précipitamment, j’enfile pantalon et veste de pluie sous le porche d’un restaurant conseillé par le proprio du B&B mais hélas fermé ce jour-là.
Comme je ne vois pas d’autre resto intéressant sur place, je cherche sur mon GPS, qui m'emmène jusqu'à la très balnéaire Downings à l’hôtel Downing Bay où, après avoir commandé des spaghetti aux fruits de mer, je m’aperçois, ô horreur, que j'ai perdu mon APN :-(((
Autant vous dire que j'ai mangé en vitesse et sans grand appétit mes spaghetti aux fruits de mer ( accompagnés de pain à l'ail ) :-(


Merci le smartphone en dépannage!

car si la perte de l'appareil photo lui-même me désolait, j'étais surtout vraiment dégoûtée d'avoir perdu toutes les photos de mes vacances, notamment la vidéo de la tonte des moutons faite ce PM :-/
J’essaie de me remémorer où j’ai pu le perdre : je me rappelle avoir fait une photo d’une croix au centre de Carrigart ( près du restau où je me suis mise en tenue de pluie )…



puis plus rien, découverte de l’absence de l’appareil ici, au restau de Downings :-(
En rentrant au B&B sous un déluge ( après avoir scruté la route et être repassée demander au supermarché où j'avais retiré des sous s'ils ne l'avaient pas vu, en vain ), j'ai raconté mes misères à notre hôte, qui, désolé pour moi, m'a expliqué qu'il allait téléphoner à un gars de Carrigart qui allait passer le mot à tous les employés communaux pour qu'eux-mêmes en parlent autour d'eux, et qu'on verrait ce que ça donnerait ( je lui ai indiqué les quelques kilomètres sur lesquels je pouvais l'avoir perdu ) Très gentil de sa part, mais je n’y crois pas une seconde :-(
Entre temps, ayant été prévenu de ma mésaventure par sms, Francis ( arrivé pendant mon absence au B&B ) était parti lui-même refaire ma route pour essayer de trouver mon APN, puis, sur mes conseils, il a été manger à l'hôtel où j'étais allée un peu avant, où il a regardé le foot, ce qui fait qu’il n’était pas là quand je suis revenue !
Donc nos hôtes, sans doute un peu désorientés par ce comportement sans doute inhabituel chez un couple ;-), ne nous ont jamais vus ensemble aujourd’hui chez eux ;-D

Pas la peine de vous dire que j’ai passé une triste nuit :-(

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire