dimanche 21 août 2016

Irlande, 22 juin, de Carrigart à Buncrana via Fanad Head et le ferry récemment réouvert.


Fanad Head

Au breakfast, nos hôtes n'ont hélas pas de nouvelles de mon APN, mais ça ne m'étonne pas vraiment.



Je pars avant Francis pour retourner une dernière fois au supermarché ( je m'acharne! ) au cas où il y aurait du nouveau, et on se retrouvera plus tard sur la route, toujours grâce aux sms.
Bien sûr, comme je le soupçonnais, l'employée du supermarché me confirme que non, personne n'est venu lui apporter mon APN. Je lui demande si elle veut bien mettre ma carte de visite avec un mot à propos de sa perte en vitrine, et elle accepte volontiers.
Je reviens à ma moto, garée le long du trottoir, je monte dessus et à ce moment-là une camionnette arrive et se gare juste à côté de moi, grr, je vais devoir manœuvrer serré pour sortir de là...
Le chauffeur fait un signe dans ma direction, de derrière son volant, il s'adresse sans doute à quelqu'un derrière moi. Je me retourne : non, personne! Interloquée, je le regarde interrogativement, en me montrant du doigt : c'est à moi que vous vous adressez? Il me fait oui de la tête, et il ouvre sa vitre. Je me penche pour écouter ce que cet autochtone peut bien vouloir demander comme renseignement à une touriste étrangère : d'habitude, c'est moi qui questionne ;-)
Et bien ça n'est pas un renseignement qu'il veut me demander, mais une information qu'il a à me donner, et pas des moindres! Il me dit :
"Ça n'est pas vous qui auriez perdu un appareil photo hier?"
"???!!! Si!!!"
 "Ben c'est le prêtre qui l'a trouvé. Et comme j'ai entendu dire qu'une motarde avec une moto bleue en avait perdu un..."
Je suis littéralement stupéfaite ( merci le bouche-à-oreille généré par l'hôte du B&B! )! Je le remercie chaleureusement, et je lui demande où je pourrais trouver ce prêtre, et il m'indique une direction où se trouverait sa maison.
Toujours éberluée par cette énorme coïncidence qui a fait que j'ai garé ma moto au bon moment ( j'ai dû rester 5 ou 6 mn dans le supermarché! ) au bon endroit, pile quand un gars au courant de l'affaire passait là, j'ai cherché la maison du curé, sans être sûre de l'avoir bien trouvée, car il n'y avait pas de nom sur la boite-aux-lettres et personne ne répondait à mon coup de sonnette. A tout hasard, j'ai mis dedans ma dernière carte de visite en signalant que j'étais passée pour récupérer mon APN, et j'ai envoyé un sms à Francis pour lui annoncer la bonne nouvelle et lui dire que, si ça n'était pas déjà fait, il pouvait commencer le road-book sans m'attendre, car il fallait encore que j'arrive à récupérer mon appareil. 
J'ai ensuite demandé à un passant s'il savait où je pouvais trouver le prêtre qui habitait là. Il m'a très logiquement répondu d'un air évident ;-) "A l'église?" Hypothèse très probable, en effet, j'aurais pu y penser toute seule ;-)
Mais au moment où j'allais traverser pour aller à l'église juste en face, il m'a expliqué que ça n'était pas le prêtre de cette église-là mais d'une autre, à la sortie de la ville! Encore une bonne info, merci!
Je reprends donc la moto pour aller dans la direction indiquée...et je tombe sur la belle église que j'ai photographiée la veille, c'était un signe! ;-)
J'entre dans l'église, et j'entends des voix ;-) venant de la mezzanine au-dessus de l'entrée.



Après un "Excuse-me, may I speak to the priest?" un peu sonore, je vois une tête qui apparaît et qui me fait signe de monter.


C'est le prêtre qui est là, avec un fidèle, en train d'essayer, en bougonnant, visiblement pas satisfait, de prendre des photos des vitraux de son église avec son smartphone.
 Je lui raconte mon histoire. Lui aussi est complètement abasourdi par la coïncidence qui fait que je l'ai retrouvé, car il a parlé à très peu de gens de sa trouvaille de la veille! En gros...c'est un miracle!! ;-)
Il m'explique où je l'ai perdu : en fait, c'est arrivé sur le parking ( devant chez lui! ) où je m'étais garée pour aller voir la carte du restaurant du village, et je reconstitue facilement ce qui s'est passé : au moment où il a commencé à pleuvoir, j'ai posé précipitamment mon APN sur l'arrière de la selle pour prendre mes affaires de pluie dans mon top-case, j'ai couru me mettre à l'abri sous le porche du resto pour m'habiller et ensuite, en retournant à la moto, j'ai oublié de récupérer l'APN, je suis montée sur ma moto, en le faisant tomber par terre sans m'en rendre compte!
Bref, tout est bien qui finit bien, le prêtre me demande d'attendre quelques minutes et revient avec mon brave Canon ( en pleine forme dans sa sacoche )!!
Pour le remercier, je demande où se trouve le tronc des offrandes et j'y glisse un billet.
Mais j'ai rapidement une autre idée, plus "personnalisée" vis-à-vis du curé : je lui dis que si ça l'intéresse, je peux prendre pour lui en photo avec mon APN miraculé les vitraux qu'il essayait vainement de prendre correctement à mon arrivée, et lui envoyer ensuite par mail. Je lui précise que mon APN peut paraître modeste mais qu'il fait d'assez bonnes photos. Ce culotté me réplique, en appuyant bien "c'est vrai que quand je l'ai trouvé, je me suis dis que ça n'était pas l'affaire du siècle!", avec un clin d'oeil ;-)
C'est qu'il me vexerait presque! 
Ah, je vais lui montrer, moi, ce qu'un Canon SX 280 HS avec zoom X 20 ( tout compact qu'il est ) peut faire, non mais!! ;-)
Et après avoir pris la rosace et les vitraux qu'il me désigne, quand je les lui montre à l'écran, il doit se rendre à l'évidence : c'est clairement plus net que ce qu'il a pu faire avec son misérable smartphone, ah, quand même!! ;-)





Il me donne son e-mail et je repars vers de nouvelles aventures, un grand sourire aux lèvres!

( à ma grande déception, quand j'ai envoyé ces photos, dès mon retour en France, quelques jours plus tard, je n'ai jamais eu la moindre réponse de sa part :,-( ) 

Je suis tellement contente que je tiens à remercier en personne l'autre responsable de cette belle fin : mon hôte qui a su prévenir la veille les bonnes personnes : vive la solidarité, vive les Irlandais :-)
Je fais donc un détour par le B&B pour leur annoncer la bonne nouvelle, ils sont bien contents pour moi :-)

Comme tout ça m'a quand même pris un bon moment, et ayant mémorisé d'une discussion avec notre hôte ce matin qu'il y avait un pont assez récent ( en tous cas, il ne figurait pas sur ma vieille carte Michelin! )

Le pont est environ sur les "ll" de Ballyheerin!


 qui pouvait me faire passer rapidement sur la péninsule suivante, je décide de l'emprunter, non seulement pour récupérer un peu de mon retard mais aussi parce que c'est une route que je n'ai jamais prise ( forcément, puisque lors de notre dernier passage dans la région en 2006, le pont n'existait pas encore : il date de 2009! )
Ouf, il n'y a pas trop de vent aujourd'hui, je peux passer :-)



Le Mulroy Bay Bridge:








Pas longtemps après, j'ai la grande surprise de voir Francis...arriver en sens inverse!!?
Je m'arrête en me disant qu'il va faire demi-tour pour m'expliquer pourquoi il est dans le mauvais sens, mais non, rien!
Je regarde alors mon smartphone et découvre quelques sms ( qui n'étaient pas passés immédiatement, dans la zone non couverte où il était ) : il a perdu sa sacoche de selle ( ??! ) et va la rechercher!!
Le bougre, il voulait me concurrencer et faire plus fort que la perte de mon APN, il a réussi : comment peut-on perdre un sac aussi volumineux!?
Comme c'est assez compliqué et que je n'étais pas avec lui quand c'est arrivé, je préfère qu'il vous raconte lui-même :


"Donc, une fois Iza partie, je continue de m’harnacher et je pars comme si de rien n'était. Et malgré le passage d’une cattle-grid en sortie de B&B et d’une petite route loin d’être un billard, nous (ma sacoche et moi !) rejoignons le WAW où je poursuis le RB prévu (contourner la baie de Mulroy par le sud puis remonter au nord visiter la péninsule de Fanad).
Je longe donc la baie sur plusieurs km puis arrive à Milford (à 12 km du B&B) où je m’égare un peu (je n’avais pas allumé mon GPS).
Après m’être remis dans le droit chemin, je continue de longer la baie, en la remontant cette fois, vers Fanad Head.
Et puis, lors d’une pause photo, en m’apprêtant à remonter sur la moto, j’ai un choc : plus de sacoche de selle !?! Après qq instants, je tâche de me remémorer ma matinée et j’arrive à la conclusion que je l’ai tout « simplement » laissée sur le parking du B&B, en ayant oublié de la poser sur la selle !
Donc, après réflexion et consultation de ma carte (récente, le nouveau pont dont parle Iza y figure) je décide de retourner au B&B par ce pont, c’est légèrement plus court que de faire demi-tour. Et c’est donc logiquement que je croise Iza qq km avant de traverser le pont. Logiquement, car via les échanges de SMS, je sais qu’elle a retrouvé son APN et qu’elle va rejoindre Fanad Head par le Mulroy Bridge (le nouveau pont) qui lui permet de raccourcir son RB.
J’arrive au B&B, je me gare sur le parking, à l’endroit d’où je suis parti ce matin (devant la fenêtre de notre chambre) mais pas de sacoche en vue ::-/
Je sonne, me disant que les hôtes du B&B ont dû voir et rentrer ma sacoche. La dame m’ouvre, puis le monsieur arrive : après leur avoir laborieusement raconté mon histoire, ils réussissent à comprendre que j’ai perdu un bagage, mais non, hélas, ils n’ont absolument rien trouvé sur leur parking ::-/
Je les remercie, je préviens Iza et je repars très lentement, étant arrivé à la conclusion que je n’avais pu perdre la sacoche qu’en roulant et que ce n’est qu’en roulant très lentement que j’ai un espoir de la retrouver par terre ! Je commence donc à refaire mon parcours matinal à très très faible allure. Au début, naïvement, j’ai espoir de la retrouver vite car le début du RB était chaotique (lire plus haut). Mais peine perdue, j’arrive à la R245 (la WAW) sans la voir.
Je roule donc sur la WAW, toujours très lentement. Arrivé au niveau d’une carrière, je crois voir qq chose sur la gauche (ah oui, je ne vous l’ai pas dit, mais, en roulant à gauche en Irlande, je suis persuadé que la sacoche n’a pu tomber qu’à gauche de la moto et rouler-bouler vers le bas-côté; de toute manière, si la sacoche était tombée à droite et était restée sur la route, je n’aurai pas manquer de la voir !). Bref, je me gare et je fais qq dizaines de mètres en arrière à pied. Fausse alerte. Je me dirige vers la moto puis j’entends une voiture ralentir. Je me retourne, histoire de voir de quoi il s’agit, si je ne gêne pas ou autre chose. La vitre de la voiture, une BMW noire, se baisse et le passager m’interpelle. Je ne comprends pas ce qu’il dit. Il réalise que je suis un touriste étranger et parle moins vite. Et là, après qq instants, je réalise qu’il me demande si je ne cherche pas une sacoche noire !!! (ma sacoche est bleue mais elle était protégée par sa housse de pluie noire).
Yes !
Les 2 gars me font comprendre qu’elle est plus loin; ils se concertent, me parlent de 2 miles (3,2 km; ça ne doit pas faire énormément de temps que l’Irlande est en système métrique et ils parlent encore en miles (les 2 gars ont dans la quarantaine)) mais ils ne sont pas sûr d’eux. Du coup, ça finit en « Follow us! » (« Suivez-nous! »); je ne me fais pas prier et je suis la voiture à moto.
Je n’ai pas pensé à regarder mon compteur mais, en fin de compte, avec le recul et l’aide de Google Maps, nous avons dû rouler 6 bons km ! Où l’auto ralentit et le conducteur tend son bras vers la droite de la chaussée, me montrant le bas-côté de la voie opposée
La sacoche est là ! Je me gare et j’ai juste le temps de crier « Thanks » que la voiture repart ! Je n’ai même pas pu leur proposer un verre ! La sacoche a qq éraflures (il s’avèrera que la housse est néanmoins bcp moins étanche :;-) mais c’est tout ::o) Je la ramasse et je vais la remettre sur la selle (et l’attacher précieusement :;-)
Ce faisant, j’entends des coups de klaxon : je lève la tête et je revois la BMW avec les 2 irlandais le pouce en l’air ! Ces braves gars ont fait un détour exprès pour m’indiquer où ils avaient vu la sacoche et ils retournent vers leur destination.
Encore merci aux Irlandais : les 2 gars en BMW* qui m’ont guidé jusqu’à la sacoche et celui/celle qui s’est arrêté pour ramasser ma sacoche et la mettre sur le bas-côté (car, quand même, j’ai du mal à croire qu’elle ait traversé seule la route !). 
*Si ça se trouve, c’étaient peut-être eux qui l’avait ramassée et mise sur le bas-côté !!! :;-D
Même si nous avons eu une part de chance d’être prévenus dans des circonstances quasi-similaires, il faut rendre hommage à l’esprit d’honnêteté et d’entraide des Irlandais !
Après avoir averti Iza de ma re-trouvaille, je repars en sens inverse et je re-emprunte le Mulroy Bridge pour la retrouver au pied du phare de Fanad."

( note de Zouzoute : le soir au logement, je profiterai du wifi pour envoyer un mail à nos hôtes pour les rassurer sur la récupération de la sacoche de Francis. Ils ont dû se demander quelles têtes en l'air on était!!! ;-D ) 


Donc pendant sa quête, je continue le road-book
























et j'arrive à Fanad Head.




















A la base, ça n'était pas prévu, mais comme Francis est "derrière moi", je décide de prendre le temps de visiter le phare, que je ne connaissais jusqu'à présent que de l'extérieur.






Hélas après quelques rayons de soleil à l'approche du site, le ciel s'est maintenant couvert, dommage.



Le guide qui s'occupe de notre petit groupe de trois a un fort accent et parle trop vite pour que je puisse comprendre plus qu'un dixième de ce qu'il dit :-(, je me tourne donc les pouces en regardant les objets et panneaux explicatifs dans les différentes salles du rez-de-chaussée.





















Soudain, en jetant un coup d’œil par une fenêtre, je vois que le soleil est revenu! Je m'excuse auprès du guide, qui a bien compris que je ne comprenais pas grand-chose et je fonce faire des photos sous le soleil :-) 
 C'est quand même mieux comme ça, non?












Cool, ils terminent seulement les salles du bas quand j'y retourne, donc je n'ai pas loupé l'essentiel, la visite du phare lui-même :-)
Le guide nous donne une tactique pour monter l'escalier en colimaçon aux marches étroites : marcher "en crabe", en posant les pieds parallèlement aux marches. Pas commode mais plus prudent!





Au mur, plein de fanions maritimes.



 Meuble fait sur mesure pour le mur arrondi du phare :



















En haut de l'escalier en pierres, il faut encore se hisser en haut d'un escalier métallique très raide ( limite échelle ),



mais on est enfin récompensés de nos efforts par une belle vue ( heureusement que le soleil est toujours là! ) :













Mon seul regret : qu'on n'ait pas eu le droit de sortir à l'extérieur, mais les vitres sont assez propres pour des photos correctes.
Au milieu d'une discussion entre les deux autres visiteurs et le guide, j'arrive quand même à comprendre qu'il leur explique qu'il y a un ferry un peu plus loin pour éviter de faire tout le tour de la baie, mais qu'il ne sait pas s'il fonctionne.
C'est donc moi, la touriste française, qui leur apprend à tous les trois que oui, le ferry entre Rathmullan et Buncrana a bien repris du service, depuis quelques jours à peine!
Nous sommes parfaitement au courant, Francis et moi, car depuis des mois qu'on prépare nos vacances en Irlande, nous "butions", au niveau road-book dans le secteur, sur le fait que la traversée du ferry avait été suspendue l'année dernière et que personne ne savait si elle allait rouvrir cette année.
Nous avions donc préparé deux RB différents à partir de ce jour-là, l'un incluant le passage en ferry ( gain d'environ 60 km, de mémoire ), l'autre contournant la baie.
Nous avions échangé pas mal de mails avec différentes instances et ça n'est finalement qu'une quinzaine de jours avant de partir qu'on a enfin pu être fixés : oui, la ligne allait reprendre, même pas une une semaine avant notre passage prévu, impeccable!
Ça nous avait permis de pouvoir réserver un logement à Buncrana, où nous n'aurions pas fait étape si on avait dû rallonger le RB de 60 km ( à ce propos, nous nous sommes basés, pour ces vacances où on voulait bien prendre notre temps, sur un km quotidien n'excédant pas 125 km ( et souvent nettement moins! ), sauf exception les jours de liaisons ).
En sortant du phare, je retrouve Francis. Comme le couple qui était avec moi n'est pas loin, je leur propose de leur fournir les horaires du ferry que mon secrétaire particulier ;-), organisé, se fait un plaisir de sortir de son classeur, et qu'ils prennent en photo.
Encore quelques photos d'un point de vue particulièrement photogénique












et nous reprenons la route, moi avec mon APN autour du cou et Francis avec sa sacoche de selle bien arrimée ;-D






















Hélas la grisaille et même un peu de pluie reviennent.
Nous faisons une halte "déjeuner léger" au Golf Club de Portsalon, d'où nous avons une belle vue sur la baie depuis notre "bow-window" perso :-)


























Nous reprenons la route, qui serpente dans la verdure pour monter vers une vue sur cette même baie, mais à l'opposé.


























La petite bruine n'entame pas notre bonne humeur :-)



et nous continuons notre chemin le long de la côte























 jusqu'à Rathmullan,

























où nous attendons le ferry qui nous fera traverser le "lough Swilly", qui est en fait plus un bras de mer qu'un lac, contrairement à ce que son nom pourrait laisser supposer.






Je trouve le tarif un peu cher, pour 20 mn de traversée : 8€ l'aller simple et 12€ l'aller-retour pour une moto, 17 et 28€ pour une voiture!
Mais bon, en-dehors du gain des 60 km, on a aussi signé pour le plaisir de prendre un petit ferry, à la limite j'appellerais même plutôt ça un bac ( capacité 7 à 8 voitures! Et ils les font rentrer en marche arrière, car il n'y a qu'un seul accès )!




Avant le départ, on assiste à l'entraînement de chevaux sur la plage, puis dans l'eau :-)


















Nous débarquons à Buncrana





où nous nous mettons en quête de notre logement, le  Tullyarvan Mill, une auberge de jeunesse située dans un beau bâtiment en pierres.


Normalement, ils ont des chambres de deux, mais comme nous nous y sommes pris relativement tard pour réserver ( et pour cause, voir un peu plus haut! ), elles sont toutes prises.
Mais comme ça n'est pas la haute saison, la dame qui s'occupe des réservations m'a proposé de nous loger, seuls, dans un dortoir de 6 en-suite, au prix d'une chambre de deux. Pas de problème, on est d'accord, on aura de la place pour toutes nos affaires moto ;-)
Donc cette vaste chambre nous coûte seulement 40€, mais sans petit-déjeuner.



Les parties communes :






Nous partons vers le centre-ville





















 pour aller manger dans un resto repéré sur Tripadvisor ( classé 2ème sur 21 restaurants dans cette ville ), l'Ubiquitous, où nous trouvons à nous garer juste devant :-)





















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire