dimanche 13 octobre 2013

Roumanie, 11 septembre, de Deva à Sibiu, et musée de plein-air

Copieux petit-déjeuner buffet ( mais froid ) dans la belle salle à manger de ma Vila Paradis, où, délice absolu, j’ai un grille-pain pour toaster mes tartines ;-)

Salle du pdj de la Vila Paradis, Deva



Salle du pdj de la Vila Paradis, Deva






















Je reprends ma route en direction de Sibiu.
Passage devant un drôle de parc « pour jouer à la guerre », qui fait d’ailleurs aussi hotel !
http://arsenalpark.com/


Arsenal Park, Roumanie

Arsenal Park, Roumanie

Arsenal Park, Roumanie














A part ça, paysages déjà habituels de collines boisées, de campagnes et de villages tout en longueur.

Roumanie

Roumanie

Roumanie

Roumanie



Tellement en longueur qu’on passe souvent de l’un à l’autre avec très peu de kilomètres entre, ce qui fait qu’on est très souvent limité à 50km/h ! Mais je m’en fiche, je flâne !
Et j’ai tellement de temps devant moi qu’à Sebes, je décide de faire un crochet par une route verte ( en fait le début de la Transalpina  faite la veille par Francis! )


Vallée de Sugag, Roumanie

Vallée de Sugag, Roumanie

Vallée de Sugag, Roumanie

Vallée de Sugag, Roumanie
Barrage près de Sugag, Roumanie


Roumanie




et ensuite à Sugag, mon GPS ne connaissant pas la route blanche que je voulais prendre, qui repartait vers Sibiu, j’ai repris les rênes et j’ai continué  « à l’ancienne », sans difficultés !
Un peu plus loin, voyant un gamin transporter à l’arrière de son vélo plusieurs bouteilles remplies de lait frais, je lui en ai acheté une pour m’en régaler :-)
Après passage d'un petit col à 984m,

Roumanie

Fontaine près d'un col, Roumanie

Fontaine près d'un col, Roumanie ( notez le gobelet pour boire )

Roumanie


















j'ai traversé des villages charmants ( dont Jina ) aux maisons de toutes les couleurs, dont beaucoup en construction, rénovées ou neuves :-)
Les maisons de la région avait aussi l’air d’être spécialisées dans les gouttières très travaillées !


Jina, Roumanie

Jina, Roumanie
Jina, Roumanie



Jina, Roumanie




Jina, Roumanie

Jina, Roumanie


Jina, Roumanie


Jina, Roumanie

Près de Jina, Roumanie

Tilisca, Roumanie

Tilisca, Roumanie

Tilisca, Roumanie

Tilisca, Roumanie










Tilisca, Roumanie















Roumanie

Roumanie

Sortie de village "Bonne Route"




Tilisca, Roumanie





























Même si j’étais contente de découvrir la Roumanie profonde, les routes étant quand même particulièrement mauvaises, j’ai donc déclaré forfait à Saliste en retournant sur la nationale pour épargner mon dos et ne pas arriver trop tard à Sibiu.
Mais bon, il fallait quand même que je nourrisse mon pauvre petit corps frêle, je me suis donc arrêtée dans un resto tout trouvé, puisqu’il s’appelait… Izabel ;-)


Restaurant Izabel, Roumanie

Restaurant Izabel, Roumanie

J’ai choisi des saucisses du coin, pas mal mais servies posées sur une tonne de moutarde douce, genre Savora, bof. Mais l’accompagnement de légumes grillés était très bien !


Restaurant Izabel, Roumanie















Après être passée par Cristian ;-),


Cristian, Roumanie

 je suis arrivée à Sibiu où je m’étais mis une des trois places principales comme terminus, pour visiter un peu la vieille-ville avant d’aller au Musée de plein-air.
Comme la place était piétonne, mon GPS m’a emmenée au plus près, et j’ai garé la moto au début de la rue qui y mène.
Rue dans laquelle il y avait plein de vendeurs de glaces à l’italienne, donc j’ai craqué pour un parfum fraise des bois délicieux !
En allant voir de plus près une Bandit 600, j’ai vu, scotché sur son pot, une affiche de protestation contre la mine d’or de Rosia Montana ( je savais maintenant de quoi il s’agissait! ) et aussi contre le gaz de schiste ( ça, je connaissais déjà le problème ! )


Vu à Sibiu
















Belle balade sur la Piata Mare ( Grand Place ) où hélas, une foire aux livres gâchait un peu la perspective avec toutes ses tentes blanches !
Passage sous la « Turnul Sfatului » 
http://ro.wikipedia.org/wiki/Turnul_Sfatului_din_Sibiu ( pour ceux qui parlent roumain, ou juste pour vous montrer la « latinité » de la langue, qu’on comprend en partie à la lecture ! )
pour rejoindre la toute proche « Petite Place » ( Piata Mica ), qui m’a plus plu avec ses petits bâtiments colorés et sa descente pavée vers le reste de la vieille-ville.
Retour à la Grand-Place par l’autre bout, puis je remonte la rue piétonne et décide de faire une pause café à une terrasse.
Du même style que la « patinoar », une affiche pour une « croaziere » ;-)
C’est durant cette pause que Francis me signale par sms qu’il va bientôt arriver au Musée ethnographique de plein-air qu’on a mis à notre programme ( il arrive par le sud ).


Sibiu

Grand Place, Sibiu

Grand Place, Sibiu


Petite Place, Sibiu

Petite Place, Sibiu

Petite Place, Sibiu

Petite Place, Sibiu

Petite Place, Sibiu

Grand Place, Sibiu

Pub pour une croaziere ;-)
Grand Place, Sibiu

Pause café à Sibiu
















Je repars donc à la moto pour l’y rejoindre et là il commence à pleuvoir ( il avait fait gris et lourd tout le reste de la journée ), et de plus en plus jusqu’au musée, où j’ai cherché un peu en catastrophe dans mes bagages où pouvait se trouver mon bonnet pour me protéger lors de la visite !
Ne voyant pas de Francis à l’horizon, je lui ai envoyé un sms pour lui dire que je commençais la visite, et lui proposant qu’on se retrouve vers les moulins.
Comme il n’était toujours pas là quand j’ai eu fini de visiter les moulins, on a reporté le RV et on a fini par se retrouver au bout d’une heure environ, toujours sous la pluie.
On a pris un café en terrasse mais les trombes d’eau menaçaient les pauvres parasols imbibés qui dégoulinaient de partout !
Je passe rapidement sur l’épisode, durant la visite, qui m’a fait me précipiter  ( deux fois ! ) dans les bois pour me soulager : je soupçonne fortement le lait frais ( sûrement cru ! ) du gamin de ce matin de m’avoir largement dérangé les intestins :-(
Voici le siteweb et quelques ( !! ) photos de ce parc ethnographique qui nous a enchantés malgré la pluie :

http://www.mcpt.muzeulastra.ro/

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu

Musée ethnographique de Sibiu


La veille, depuis ma « bonbonnière de luxe » de Deva, j’avais téléphoné au logement où on aurait aimé loger ce soir.
http://www.pensiunea-badiu.ro/
Hélas, il était complet :-(
J’ai donc téléphoné à notre second choix, mais la dame ne parlait ni anglais, ni français, ni italien, donc ayant épuisé mon stock de langues, je lui ai dit « OK, una minuta ! », j’ai raccroché et je suis allée demander de l’aide à la réceptionniste.
Elle a gentiment accepté de téléphoner à la dame, mais quand même bien étonnée, en bonne professionnelle, que la gérante d’un logement ne parle aucune de ces trois langues.
J’ai dû lui expliquer que pour cette résa du lendemain, on serait deux, mon ami me rejoignant à Sibiu ( elle a eu l’air assez perplexe de cette situation ;-) )
Pour l’anecdote ( pour mémoire, je me trouvais dans un hôtel assez chic et un peu cher ), quand je lui ai précisé comme données à faire confirmer, que la chambre double coûtait 80 lei ( 20€ ), elle a rectifié en notant sur son papier 80€ ;-) et j’ai dû lui dire « non, non, je parlais bien en lei ! » Là encore, étonnement de sa part : j’allais passer, dans son esprit, de son « palace » à un « taudis » ;-)
Au final, pas de problème, la dame avait de la place pour nous, ouf !
Nous sommes arrivés à la pension Otilia, à Rasinari ( à quelques kilomètres du musée de plein-air ) toujours sous la pluie.

http://www.pensiuneaotilia.ro/en/index.php



Arrivée pluvieuse à la pension Otilia















Voilà quelques photos du magnifique « taudis » qui allait nous coûter 20€ la nuit ( bon, OK, sans les pdj ) :

Pension Otilia à Rasinari

Pension Otilia à Rasinari

Pension Otilia à Rasinari

Le jardin de la pension Otilia à Rasinari















Mais qui était quand même situé dans une rue en terre battue ( une parallèle à la rue principale ), parcourue de charrettes, drôle de contraste avec la belle maison pimpante et fleurie ;-)

Rasinari

Rasinari

Rasinari

Rasinari


















Notre hôtesse était très serviable et toute en sourires, et après nous avoir montré notre chambre, elle m’a montré la salle à manger où on pouvait, si on voulait, manger librement ( ils ne font pas restauration ) ce soir ou demain matin ( bouilloire et frigo à dispo ).


Salle à manger de la pension Otilia, Rasinari
Et comme en plus il y avait du wifi, d’où j’ai pu envoyer qq mails et photos à ma tribu, c’était royal !
Comme je n’avais pas très faim, ni Francis qui, en début de PM, n’avait pas réussi ( lopette ! ) à finir sa pizza de 800g ( souvent, dans les "pays de l’est", sur la carte des restos figure le grammage du plat, parfois même détaillé ingrédient par ingrédient. Je trouve que c’est une bonne pratique de « transparence » ! ), j’ai décidé d’aller faire un tour dans Rasinari pour trouver deux trois petites choses à manger dans notre chambre, et pour la même occasion me balader un peu dans le village.

Rasinari

Rasinari

Rasinari

Rasinari

Rasinari

Malgré l’heure relativement tardive, j’ai trouvé 3 petites épiceries encore ouvertes où j’ai donné un peu de chiffre d’affaire à deux d’entre elles en achetant un peu de charcuterie, de fromage et de tomates.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire