jeudi 16 avril 2015

CR 7 mars, journée aux Springs Resort de La Fortuna, retour à Essence Arenal.


Bonne nuit même si j’ai plus entendu la pluie que les bruits de la jungle sous ma tente !

Je ne sais plus si je vous ai dit que mon GPS a parfaitement intégré la notion de temps de trajet concernant les pistes, par rapport aux routes ?
En voici un bel exemple : il m’annonce 1h01 pour faire…15,5km, très réaliste ! ;-)















 Il pleut ce matin, mais ça n’est pas grave, puisqu’aujourd’hui je vais me prélasser dans de l’eau chaude ;-)
Je souris en arrivant sur le parking de l’Essence Arenal : sur 5 voitures, seulement deux modèles différents, dont, bien sûr, des Jimny ;-)


Je pars le ventre vide pour ma douzaine de km de mauvaise piste dans l'autre sens, 








puis je relonge le lac Arenal pour aller chercher mon adaptateur.  Pas de problème, très peu de monde sur la route. 




Après récupération sans problème, je repars en direction de la Fortuna et je vois rapidement un soda qui a l’air bien sympa.
Bizarrement, bien que n’ayant mangé qu’une mangue hier soir, je n’ai pas trop faim, je ne commande donc que deux œufs au plat avec du café au lait. Mais le proverbe se vérifie : l’appétit vient en mangeant et, soudain affamée après mes deux misérables œufs, je ne résiste pas à une plâtrée de gallo pinto, c’est que je commencerais à aimer ça ! ;-)




















Je longe pour la énième fois le lac, sans pour autant me lasser, revoyant une troupe de coatis, peut-être la même ? 































Un couple de touristes étrangers ( des hollandais, je crois ) s’arrête  (en Jimny ;-)) pour s’extasier comme moi, et prendre des photos :-)























 
Hélas, surgit une famille de gros beaufs ( parlant espagnol… ) qui, arrêtés en plein milieu de la route, et ne descendant même pas de leur bagnole, se mettent à jeter…des chips aux coatis, alors qu’il y avait un panneau très clair juste avant sur la route. 




Je leur dis qu’il ne faut pas nourrir les coatis ( particulièrement pas avec des chips super salées :-( ) mais ils me prennent de haut, continuent de balancer leurs horreurs par la fenêtre et partent en m’insultant :-(
Le couple de touristes et moi sommes consternés par tant de bêtise humaine. A voir la bagnole, un peu décorée d’autocollants, ça n’est pas une voiture de location, je pense que ce sont des Ticos :-( C’est malheureux à dire, et bien sûr il n’est pas question de généraliser ( tous les Ticos que j’ai rencontrés à part eux étaient très respectueux de l’environnement ), mais il ne faut pas toujours jeter la pierre aux touristes étrangers pour ce qui est de la mauvaise éducation écologique !
Je repasse au carrefour où la piste va à El Castillo, mais je continue sur la route vers La Fortuna pour encore 6 km de bitume, avant de reprendre une piste de 3,5km pour aller aux thermes. 







Là encore, c’est Marie, de Tout Costa Rica, qui m’a conseillé cet endroit, et même si ça coûte quand même une certaine somme, comme je compte y passer la journée, j’accepte de casser ma tirelire : 60$, moins les 15% avec ma carte de réduction = 51$




Dès l’arrivée, je suis bluffée par la beauté du lieu. Ils ont su intégrer de manière harmonieuse les bâtiments et installations dans une nature luxuriante, au milieu de sources d’eau chaude naturelles, sortant de terre à différents degrés.

A l’accueil, 





je ne suis pas surprise que l’employé me demande de patienter…le temps d’aller vérifier mon billet de 100$ : en effet, j’ai lu ça dans mes guides, les Ticos sont très méfiants avec les grosses coupures neuves, sans doute y a-t-il pas mal de faux en circulation. Je ne m’inquiète pas, le mien sort d'un comptoir de change sérieux de Paris, à qui je commande mes devises étrangères depuis des années.
Je profite du long temps d’attente pour tester le wifi : il a l’air excellent, j’en profite pour envoyer plusieurs séries de photos de la veille à ma tribu.
L’employé finit par revenir en s’excusant du délai, me met un bracelet au poignet, me rend ma monnaie, mon billet d’entrée et un plan des thermes, qui ont l’air très étendus !



En plus, je découvre qu’en fait, le forfait minimum est pour deux jours, donc sait-on jamais, j’y reviendrai peut-être demain matin, pour rentabiliser encore plus ma dépense ;-)

Je descends me changer et je commence par le premier niveau du « resort », constitué de plein de piscines variées, c’est vraiment très beau, très fleuri, et en plus avec vue sur le volcan Arenal, hélas un peu couvert aujourd’hui.
Comme on est samedi, je craignais un peu la foule, mais en fait, il y a vraiment peu de monde, c’est très agréable :-)








Vous verrez plusieurs fois des photos qui paraissent doublonnées, mais en y regardant de plus près, vous verrez j'ai essayé ( avec mon modeste APN ) deux temps de pose différents pour avoir un effet de filé ou avec les gouttelettes d'eau visibles, chacun choisit la version qui lui plaît ;-)



 



























Je descends ensuite vers un coin plus sauvage (le 2ème niveau du "resort"), plus enfoncé dans la forêt tropicale, et je tombe sur de magnifiques bassins d’eau chaude là encore bien intégrés à la nature. Je m’y détends un bon moment, progressant de bassin en bassin, tous différents, qui descendent en cascade, et ça n’est que dans le dernier que je retrouve quelques personnes, c’est vraiment cool ! En fait, il y a presque plus de personnel que de clients, je ne sais pas comment ils s’en sortent financièrement ! Mais bon, je ne m’en fais pas pour eux, et je profite pleinement de l’instant présent, noyée ( euh, au sens figuré, hein ! ) dans cette verdure exotique, limite béate :-)
Je laisse parler les photos : 



 




























 
























 



















Arrivée au dernier bassin, je me perds un peu et, demandant à un employé où je peux trouver la navette de bus dont il est question sur le plan, il me dit de ne pas bouger, appelle quelqu’un et au bout de 2 mn je vois arriver un gars avec une petite voiture électrique qui se fait un plaisir de m’emmener à l’arrêt du bus, situé plus haut, royal :-D C’est bon, des fois, le luxe ;-)


Je m’étonne un peu de voir le chauffeur de bus regarder plus tout autour de lui que la route elle-même, mais je comprends vite : il n’est pas chargé que de conduire, il guette aussi les animaux sauvages et son œil acéré a repéré un paresseux, tout en haut, dans un arbre. Désolée pour la photo pas très nette, mais il était vraiment loin ! Ça a vraiment une drôle de tête et une position très relax ! 


Me voici arrivée au 3ème niveau, au bord de la fougueuse rivière…ben Arenal, tant qu’à faire, après le lac et le volcan du même nom ! 

Un mur d'escalade :





















Après quelques photos, ayant un petit creux, je vais voir le menu du restaurant au bord de l'eau. 




Rien d’affriolant à première vue, mais comme j’ai 1/2h à tuer avant le prochain tour guidé du « centre de secours pour animaux » ( je n’ai jamais vu de « zoos » au Costa Rica ! ), je me décide pour un burger avec des penne au basilic. Bôf, ça m’a nourrie, quoi.
Départ donc pour la visite guidée de l’endroit où sont recueillis, là encore, des animaux blessés ( adorable petit singe avec un bras en moins, mais, super habitué, il se déplace comme les autres, merci l'aide de la queue!) ou confisqués à des particuliers car il est interdit d'en avoir chez soi : il y a là beaucoup de mini koalas, très communs au Brésil, que des gens ramènent de là-bas comme animaux de compagnie :-(  Visite sympa car on a pu entrer dans la cage des paresseux et en voir un de plus près que celui de tout à l’heure.
Pareil pour la cage des toucans ce qui m'a permis de faire des photos de près :-) 
On a terminé par la fosse aux crocodiles ( euh, non, on n’a pas  été dedans ;-) ) et j’ai pu mieux les voir que ceux depuis le haut du pont, au début de mon séjour. 






















 Voilà le jeune singe qui n'a pas de bras gauche...






























 Le singe-araignée qui porte bien son nom :-)

























 Les mini-koalas dont ils ne fallait pas trop s'approcher, car il arrive fréquemment que les mâles urinent, et dans cette position...bonjour les dégâts ;-)

























 Une autre drôle de position, celle du paresseux...


 Et la série de photos des toucans, garantie sans effet "super couleur" : pas nécessaire!

















 Et la fosse aux crocodiles...

























Et voilà, ensuite je suis remontée en bus à l’entrée et j’ai profité que mon mobile captait bien pour réserver ma nuit suivante, à Bajos de Toro ( La Catarata ).
Cher, 50$ et le site décrit des chambres simples, mais c'est tout ce que j'avais dans le coin, et c’était conseillé par TCR.
Ah mais oui, j’oubliais, je vais avoir - 15% avec ma carte, donc seulement 42,50€ :-) 
Ensuite je suis repartie vers El Castillo.
Comme il faisait bon, j’avais coupé la clim’ et ouvert la vitre de Criquet, et soudain, passant doucement près d’un troupeau, j’ai entendu un drôle de bruissement, assez fort pour couvrir le bruit du moteur. Après vérification, c’était juste la dizaine de vaches qui s’en donnait à cœur joie dans les hautes herbes, mastiquant bruyamment ces bonnes herbes grasses ;-)







Retour sur la mauvaise piste d’El Castillo, puis à ma tente où, toute contente d’avoir récupéré mon adaptateur, j’ai pu charger les batteries de mon APN…et tout le reste :-) 



 
Encore un soir sans manger, je n’avais vraiment pas faim ! C’est bien, je fais des économies sur les repas ;-)
Il faut dire que je suis encore bien HS à cause de mon allergie, qui ne veut pas s’en aller :-/
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire