mardi 14 août 2012

Grèce, mercredi 21 de Monodendri à Kastraki, dans les Météores ( via Tsepelovo, Metsovo ) )

Levée aux aurores ( enfin, à 7h20, pour ma grosse journée de roulage ), je découvre par la fenêtre un ciel radieux, avec juste qq beaux nuages bien blancs dans le creux des montagnes, cool!
Au petit-déjeuner, le jeune patron vient me faire la discussion et me demande où je vais aujourd'hui. Je lui explique que je fais un dernier tour dans les Zagoria, vers Tsepelovo en passant par Kipi pour voir le fameux pont à trois arches, puis direction les Météores via Metsovo ( pour ceux qui veulent suivre sur une carte! ) Je vois qu'il visualise dans sa tête ce que ça donne comme road-book et il me demande si je passerai par Ioannina : pas le centre-même, mais oui, je vais le frôler pour longer le lac. Je dis ça parce qu'en fait c'est ce que je devais faire à l'origine, quand je devais repartir directement de Monodendri, mais là, je fais mon crochet par Tsepelovo en plus parce que je n'ai pas pu le faire hier à cause du tps pourri ( d'où la grosse journée de roulage prévue! ) J'ai juste rajouté le reste de mon RB inachevé, et ça ne me paraissait pas incohérent. Ca ne l'était pas mais mon hôte m'a quand même suggéré une autre route, finalement plus courte en kilomètres, et me faisant passer par "une belle petite route, oui, asphaltée partout ;-) et où vous n'aurez pas de trafic dessus, contrairement à la route de Ioannina, et vous verrez plein de jolis vieux ponts de pierre, vous verrez, je suis sûre que ça vous plaira" Comme il n'avait rien à me vendre sur ce coup-là ;-), j'ai décidé de faire confiance au local de l'étape ( surtout qu'intelligent, il avait bien compris ce que j'aimais à moto ( en plus de l'asphalte O-BLI-GA-TOIRE ;-) ), des petites routes sinueuses mais d'assez bonne qualité, dans des paysages de nature, où je peux prendre mon temps sans être bousculée par la circulation! ) et devant lui, j'ai commencé à modifier mon RB sur le GPS ( ça lui faisait bien plaisir de voir que j'adoptais sa suggestion! ), lui demandant de m'épeler en lettres latines les villages à traverser, quand soudain...grand moment de solitude : le GPS s'éteint tout net, écran noir, pdt que je rédigeais un nom de village. Aglups, à tous les coups il n'a pas supporté le déluge d'hier :-/ Et pourtant, là, je l'ai qd même utilisé qq minutes, ça n'a pas été immédiat!? Je suis vraiment dégoûtée, rien à faire, je n'arrive pas à le rallumer :-/ La faim coupée, je termine à peine ma tasse de Nescafé au lait et je termine de charger mes bagages, me disant que les routes qu'il m'indiquait me semblaient bien petites et qu'en dehors des grands axes, les panneaux ne sont qu'en cyrillique, que ça va être galère à repérer sur la carte, donc que je vais peut-être reprendre mon plan initial vers Ioannina... Je démarre la mort dans l'âme ( c'est que j'y suis super habituée, moi, à la facilité d'un GPS, je suis rouillée quand il s'agit de regarder la carte et les panneaux! ) Je m'arrête au bout de 200m car je voulais acheter des cartes postales des Zagoria. Je retourne tout ça dans ma tête en choisissant des cartes : non, il n'est pas déchargé, j'ai essayé en allumant la moto il ne se rallume pas plus...Vais-je téléphoner à Xtian pour lui demander de l'aide? Que pourrait-il faire à distance!? Et là, j'ai le tilt! Je me rappelle qu'une fois, à je ne sais plus quelle occasion, je l'avais vu OUVRIR les entrailles du GPS :o))) ESPOIR! Je retrouve rapidement l'endroit à "déclipser", j'ouvre, me disant que je vais trouver plein d'eau dedans, mais non, c'est bien sec, la trappe donne juste accès à la batterie. Me moquant de moi-mm, je décide d'adopter un plan de "blonde en électronique" : j'enlève la batterie... et je la remets ( j'ai presque honte! )
ET CA REMARCHE!!!! OUF! Je suis super soulagée :o)))
Vivent les plans de blondes :o))
Je n'aurai plus le moindre soucis pour le reste de la journée!
Oui mébon, avec tout ça, je ne suis tjs qu'à 200 m. de mon hôtel, malgré tout ce que j'ai déjà écrit :-/// Bon, je vous envoie déjà ça, aucune photo à y joindre! ( ah, si, les nuages dans les montagnes, mon hôtel sous le soleil et le chien du voisin installé en plein milieu de la route! )
***********
Je finis donc par partir après avoir rentré dans mon GPS qui remarche les villages cités par mon hôte!
Il fait tjs beau, avec qq nuages proches qu'il m'arrive de traverser, mais rien de bien méchant! Il fait carrément frais ( on est en montagne! ), je suis enchantée.
Je passe devant le pont de pierre de Kokori, obligé, je m'arrête pour des photos même si, hélas, il est dans l'ombre :-/ Et comme derrière, les montagnes sont en plein soleil, l'APN a bien du mal à contraster les deux... mébon, je mitraille qd mm, of course ;-)

Vue des nuages dans la vallée depuis mon balcon


Guest House Ladia






pont de pierre de Kokori


pont de pierre de Kokori

pont de pierre de Kokori

pont de pierre de Kokori
















Ensuite je décide de faire un pause dans le petit village de Kapesovo...où un de mes guides parle d'une sympathique petite boutique-salon de thé... J'ai compris que pour visiter les villages du coin, pas de solution à moto, on se gare au plus proche mais après on va à pieds! C'est donc ce que je fais. A peine ai-je pénétré dans le village que j'entends plein d'aboiements qui se rapprochent, et une meute ( c'est le mot! ) de 5-6 chiens s'avancent vers moi eu aboyant très fort, de manière très agressive! Bonjour l'accueil! Heureusement que je n'ai pas peur des chiens, même agressifs, car ils étaient impressionnants ( j'ai qd mm eu le réflexe de rentrer mes mains dans mes manches de blouson pour qu'ils aient le moins de chair possible découverte à attaquer, le cas échéant, c'est pour dire comme je me sentais menacée! ) Mais je n'aime pas fuir le danger ( dans certains cas, je suis convaincue que ça l'amplifie! ) et j'essaie d'abord une tactique qui en surprend parfois certains : j'aboie comme eux, fort et agressivement : rien n'y fait, ils continuent de me tourner autour en hurlant, et bien sûr, pas âme qui vive à l'horizon! Je décide donc d'attaquer encore plus et je fais de grands gestes en allant vers l'un et l'autre, en tapant fort du pied par terre : ouf, ça a un peu l'air de les impressionner ( et aussi que je ne parte pas en courant comme doivent faire certains, que je ne blâme pas : la peur, ça ne se contrôle pas. Il se trouve que dans le cas des chiens, je ne ressens pas cette peur, je n'ai aucun mérite ) et j'arrive à passer au milieu d'eux pour continuer ma descente vers la place du village!
Placette classique avec son platane, ses tables et chaises, mais hélas, tout est fermé, y compris le fameux croquignolet salon de thé que j'aurais bien aimé découvrir... Toute cette bagarre avec les chiens pour rien! Enfin, non, le village était joli! Je dois donc remonter la pente raide et, au passage, ré-affronter les chiens qui, quand même, me reconnaissant, mettent un peu moins de conviction cette fois-ci, mais me montrent quand même bien que je dois déguerpir de LEUR village ( puisque je n'aurai pas vu une seule personne durant mon aller-retour! )
Bon, comme d'hab', vous avez droit à des tartines pour le moindre micro-événement!!

Kapesovo

Kapesovo

Les chiens de Kapesovo

Kapesovo

Kapesovo

Kapesovo




Je repars vers Tsepelovo, encore un village typique des Zagoria mais plus authentique, moins exclusivement dédié au tourisme comme Monodendri et Papingo, par exemple. Et en effet, je ne vois que des autochtones sur la "plateia" ( cette fameuse place principale typique des villages grecs ), jouant aux cartes, à des jeux de pions ( backgammon? ), tout en buvant de l'ouzo ( je le sens à plein nez! ) ou un "café grec" ( ce qu'on appelle un café turc en France ;-) ) Hélas, je ne me sens pas le droit de les prendre en photos comme des singes dans un zoo, je suis sûre qu'ils n'apprécieraient pas, même si ma démarche n'est pas malsaine, de mon point de vue : je trouve juste qu'ils sont typiques et j'aimerais vous le faire partager...
Bref, je m’assois quand même parmi eux et je commande moi aussi un café grec, mais avec du lait ( gala, je crois? ) 2€, pas donné, mais c'est bien les tarifs indiqués par les guides et en plus, pour une fois, le patron me donne un ticket de caisse, donc c'est le vrai prix ( à moins qu'ils aient une touche, sur leur caisse "café tarif étranger" ;-) )! La vie est chère, en Grèce, dans les bars!
Je prends mon temps ( je suis en vacances ), je regarde les vieux jouer, les mains dans le dos ( de ceux qui, debout, regardent les autres jouer ) égrener mécaniquement les chapelets, encore une photo qui aurait été belle et typique*, mais je me retiens, car je ne peux pas la prendre sans que 5 paires d'yeux minimum me voient le faire ;-) 
*image belle et typique, mais surtout son typique, entendu pour la première fois l'avant-veille dans le bar de mon hôtel de Monodendri. J'étais au petit-déjeuner, quand j'entends un bruit étrange, comme le cliquetis des griffes d'un chien qui marche sur un parquet en bois ( euh, ben oui, désolée, c'est à ça que j'ai immédiatement pensé quand je l'ai entendu! ) Je vérifie l'entrée du bar, non, aucun chien n'est entré... Ca recommence un peu plus tard, je me dis "peut-être le bruit d'un appareil électrique quand il est en train de griller, en train d'avoir un court-circuit...?" Ca n'est qu'un bon moment plus tard que j'ai réalisé que c'était en fait un vieux, assis à une table, qui égrenait son chapelet mécaniquement... Un bruit très caractéristique ;-)
Bon, où en étais-je avant de digresser? ;-)
A Tsepelovo! Je termine tranquillement mon café t...euh... grec, surtout ne pas les froisser ;-) et je repars à la moto, garée, comme j'en ai maintenant l'habitude ( ah, ça me fait marcher, ces foutues ruelles mal pavées ;-D ) au début du village. Mignon, je retrouve à côté de mon fidèle destrier...un petit âne en train de manger son picotin, récompense de sa dure matinée de labeur, comme dans la chanson...

"De-ci de-là, cahin-caha, va trottine, va chemine, va petit âne, va de-ci de-là cahin-caha, le picotin te récompensera. (André Messager, Duo de l’âne, extrait de l’opérette Véronique, fin du XIXe siècle)"


Tsepelovo

Tsepelovo


La plateia de Tsepelovo

Tsepelovo
















Tsepelovo

Tsepelovo

Tsepelovo





Pfff, je n'arriverai jamais au bout de cette journée ;-D


Pas grand-chose de passionnant ensuite jusqu'à Metsovo, jolie petite ville de montagne largement dédiée aux sports d'hiver, et pleine de maisons pleines de bois ( balcons, poutres... ) où j'ai mangé deux spécialités : du fromage du coin au four et des pâtes du coin à la sauce tomate et au veau... délicieux tous les deux. Je n'ai pas osé goûter aux brochettes de tripes d'agneau... peut-être un jour, quand je n'aurai pas faim...? ;-)

Donc RAS après Metsovo. Je suis arrivée sur les Météores sous un peu de grisaille, ce qui fait que j'ai été très déçue par ma première approche!
Arivée à Kastraki, mignon village au pied des Météores, j'ai été direct à la Guest House Plakias, 

 http://www.meteora-plakias.gr/

avec qui j'avais échangé des mails mais sans réserver car je n'étais pas sûre à 100% de ma date d'arrivée. Le patron m'accueille avec sympathie...hélas, il est complet :-(( Je suis archi-dégoutée!! Il me demande pour combien de jours je voulais rester...il réfléchit, me dit que si ça me va, il a une petite chambre en sous-sol ( :-((( ) pour cette nuit, et la nuit prochaine, c'est OK pour une chambre normale, au RDC, avec vue sur les Météores à 35€ avec le PDJ comme convenu ( il s'est rappelé de nos échanges de mails et à partir de ce moment-là, il n'a pas arrêté de m'appeler Isabelle, c'est sympathique, d'ailleurs tout le personnel était souriant et aimable, un vrai plaisir! ); il suffira que je prépare mes bagages le matin avant de partir et il se chargera de les transférer dans la nouvelle chambre. Je demande à voir la fameuse chambre du sous-sol, et en fait, elle a qd mm une fenêtre en hauteur, elle est très propre, meubles simples en bois comme j'aime, salle de douche et surtout...WFi ( "oui, ça marche même au sous-sol!" ) Et comme elle n'a pas la vue sur les Météores, il me la fait à 30€. Donc je signe, finalement très satisfaite :o)) Je n'ai jamais eu un aussi bon WiFi depuis mon départ, le seul petit problème c'est que je n'ai pas de vraie table dans la chambre, donc pas facile pour le P'tit Blanc. Donc rapidement, je décide de l'utiliser à la réception de l'hôtel, où il y a plusieurs tables.
Le soir, je vais mangé à la taverna de la guest house, de délicieux poivrons marinés-grillés suivi d'un souvlaki de porc ( brochette ) En demandant l'addition, le patron m'offre le dessert, sympa!
Bonne nuit dans ma chambre quasi souterraine finalement pas désagréable du tout!

Entre Tsepelovo et Metsovo

Entre Tsepelovo et Metsovo

Entre Tsepelovo et Metsovo

Entre Tsepelovo et Metsovo





Arrivée sur Metsovo

Ecole de ski "fransais"

Metsovo

Metsovo

Fromage typique de Metsovo

Pâtes au veau

Arrivée à Kastraki

Kastraki

Ma 1ère chambre à la Plakias GH

Ma 1ère chambre à la Plakias GH

Entrée de la GH

Kastraki

Kastraki

Kastraki

Kastraki

Kastraki

Kastraki

Kastraki


Vue depuis Kastraki

Kastraki

Mes voisins à la GH

Mes voisins à la GH

Poivrons marinés et grillés au restaurant de la GH


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire