jeudi 16 août 2012

Samedi 1er octobre : de Venise à La Roche sur Foron




Réveillée avant l’aube pour être prête à bondir le moment venu , je ré-essaie encore, à la brasserie, d’utiliser ce qui reste sur ma carte de WiFi de 2 heures, mais la réception satellite est hélas toujours aussi mauvaise, et en plus, à force de m’acharner dessus, j’ai failli louper l’arrivée à Venise au petit matin, par un beau soleil levant ! En levant les yeux de mon P’tit Blanc, j’aperçois par le hublot sale rien moins que le Campanile de la place Saint Marc, excusez du peu ! Je prends déplorablement conscience de ma dépendance au Wifi ;-), honteuse, je m’ébroue, range le mini PC en 4ème vitesse et cours trouver un accès au pont extérieur ( où je n’ai pas mis les pieds depuis mon départ, impressionnant ! Il faut dire que j'avais du retard dans mes CR ;-) ) pour prendre in extremis des photos de la Cité des Doges, quand même, ça aurait été dommage de louper ça !

De l'intérieur du bateau, c'est moins top...

Venise


La Basilique Saint Georges

Venise

Venise

Basilique Saint Georges, Venise


Je ne m'en lasse pas!

Ajouter une légende









Débarquement avec près d’une heure de retard, avec toute la route que j’ai, ça ne m’arrange pas !

Je me cale donc sur l’autoroute et j’enquille des centaines de kilomètres ( environ 450 de Venise à Aoste; d'ailleurs, assez démoralisant, à peine sortie de Venise, mon GPS me signale que la prochaine bifurcation est dans...339km :-/ )  ), avec juste des pauses café, pipi et essence, le strict nécessaire. L’idée est d’arriver le plus tôt possible dans le beau Val d’Aoste, pour en profiter un maximum ( la météo est toujours superbe, même bcp trop chaude à mon goût dans la plaine du Pô ) avant de passer en France.

Ouf, ça y est, le pire est fait, j’arrive dans la belle Aoste, entourée de montagnes, dont certaines avec un mont blanc ;-) Je me gare dans le centre historique et je vais dans un des bons restaurants conseillé par l’office de tourisme, la Vecchia Aosta.

Je prends le menu du territoire, euh, pardon, du terroir ( del territorio ;-) ) et je me régale, à part pour la crème au chocolat, très quelconque!

J’ai bien fait de pousser jusqu’ici avant de faire ma pause déjeuner :o)))

En plus le vieux serveur est hyper pro tout en étant sympathique. D’où je suis ( près du beau bar ) je me régale à l’entendre prodiguer ses conseils ( quand ce ne sont pas des ordres/engueulades discrets ) aux petits jeunes, plein de trucs et astuces d’un vieux de la vieille qui montrent qu’il aime son métier et le fait avec conscience professionnelle et a envie de le transmettre, un vrai plaisir !

Il répond même avec une grande précision à ma question sur la différence entre manzo et bue ( ou vacca ) car nous n’avons pas de nom, en français, que je sache, pour définir  un animal entre le bœuf et le veau ! En fait, son explication est tellement pointue que je m’y perds un peu : il s’agit juste d’une question d’âge, le manzo étant entre le veau et le bœuf ( bœuf qui, comme il est vieux, sert plutôt pour les ragoûts ) mais il y a aussi le vitellone ( ! ) plus vieux que le veau mais moins que le manzo ( si j’ai bien suivi ! ), et encore un autre nom que j’ai oublié, sans compter une dernière version, mais celle-ci en patois du coin ;-D Je me régale de cette conversation ( moi qui n’ai guère pu communiquer avec les grecs qui ne parlaient pas anglais ) presque autant que de mon repas, c’est vous dire !

En gros, je pense avoir retenu que ce qu’on appelle bœuf chez nous est divisé en deux âges en Italie : le plus jeune  (vitello et vitellone ) sert aux viandes à griller ou rôtir et l’autre ( bue, vacca ) aux ragoûts et autres plats mijotés comme le pot-au-feu. Mais sous toutes réserves, hein !

Après ce très agréable intermède, je peux repartir tranquillement par la route, et non par l’autoroute pleine de tunnels obscurs, vers Courmayeur, savourant enfin mon avant-dernière journée de vacances. Je m’en mets plein les yeux avant l’inévitable et long tunnel du Mont Blanc, mais heureusement, quand j’en ressors, il fait toujours aussi beau du côté français :o)

Je fais encore chauffer mon APN devant toutes ces belles montagnes, et j’arrive à la Roche sur Foron, où je m’aperçois qu’en fait, je ne suis pas encore tout-à-fait arrivée à ma CH, qui est à 7-8 km de là, sur les hauteurs.

Je grimpe, je grimpe, côtes, virages, en me disant que non, ça n’est pas mon âge avancé qui m’a fait gémir sur la mauvaise qualité des routes grecques : je n’ai pas rêvé, elles étaient vraiment pourries et celles, légèrement bosselées et trouées, sur lesquelles je roule maintenant sont de la gnognotte par rapport à celles du Pélion et me font sourire ;-))





Restaurant la Vecchia Aosta

Restaurant la Vecchia Aosta

Bresaola et lard de Colonnata :-) http://fr.wikipedia.org/wiki/Lardo_di_Colonnata



            




Aoste














Juste avant de prendre le tunnel du Mont Blanc

Juste avant de prendre le tunnel du Mont Blanc

Flamme du tunnel du Mont-Blanc


Mémorial du tunnel du Mont Blanc








Bon accueil à la CH ( ma pauvre hôtesse s’est abîmé une cheville, elle a une attelle et marche avec des béquilles, et son mari doit donc travailler double ! ), belle chambre avec bcp de bois comme j’aime.

La table d’hôtes est bonne ( prise juste avec mes hôtes, car les autres clients mangent à l’extérieur ), avec plein de produits du jardin ou du coin : betteraves du jardin en salade en entrée, lapin du voisin au cidre avec côtes de bettes gratinées du jardin ( un régal, moi qui n’aime pas les légumes, j’en ai repris trois fois, bon, la crème et le fromage du gratin ne doivent pas y être étrangers ) et…j’ai oublié le dessert, ça ne m’étonne pas de moi ! Sûrement une tarte aux fruits du jardin ;-)

Un peu de Wifi le soir et hop, au lit pour une bonne nuit réparatrice, j’ai encore pas mal de route à faire demain !


CH La Ferme des Clarines

CH La Ferme des Clarines

Ma chambre à la CH La Ferme des Clarines

Ma chambre à la CH La Ferme des Clarines

Ma chambre à la CH La Ferme des Clarines

Ajouter une légende

CH La Ferme des Clarines

Il est l'heure d'aller ce coucher, beaucoup de route demain!



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire