lundi 13 août 2012

Vacances en Grèce, 18 septembre, suite et fin

Carte de deux heures de WiFi rachetée, voilà la suite du CR, écrit hors connexion! :

( j'espère que tout est "fluide" dans la lecture : après des essais infructueux, j'ai dû faire des copiés-collés bout-à-bout :-/ )

Bon, ça y est, j'ai épuisé mon crédit de deux heures de WiFi, acheté sur le bateau. Trop contente qu'il y en ait, je me suis jetée sur l'achat d'un ticket et je me suis immédiatement connectée avant de me dire que j'aurais mieux fait d'écrire mon CR hors connexion d'abord et de me connecter ensuite, mais c'est pas grave, je suis bien contente d'avoir du WiFi à dispo pdt ces 24h de mer, je rachèterai une carte de deux heures ( 3€, ça va ! ) plus tard, quand j'aurai fini la rédaction du CR de mes aventures de ce dimanche ! 

*******

Donc j'en étais à mon carrefour de sortie du fichu chemin empierré !
Que vois-je arriver, moi qui devait speeder pour rejoindre le ferry ? Un convoi annonçant une course cycliste ! Et qui avait l'air conséquente ! Je me voyais déjà coincée derrière pdt des km, à ronger mon frein ! Donc bien que 3 motards ( dont un de la police, c'était du sérieux, cette course, pas le petit truc du coin ! ) et une voiture d'assistance soient déjà passés devant mon nez ( ils allaient dans la direction où je devais aller ) et malgré un 4ème motard qui me disait d'attendre où j'étais que la course soit passée, j'ai pris mon air bête en faisant semblant de comprendre qu'il me disait de passer ;-) et hop, avant que quiconque ait le tps de réagir, j'avais remonté la voiture et les motards, les remerciant chaleureusement de la main de m'avoir laissée passer ;-DDD Il faut y aller au culot, des fois ;-)
Pas lgtps après, mon GPS me fait sortir de la route principale pour rentrer dans un village. Je trouve ça bizarre mais vu le tps qui passe, je ne discute pas et le suis, me disant qu'il me fait peut-être le coup du raccourci qui n'en est pas vraiment un, et en effet, c'est bien ça : je vois sur l'écran que je vais rejoindre bientôt la route sur laquelle j'étais ! Et je confirme que c'était un « faux » raccourci puisqu'au stop où je dois reprendre la route normale, je vois arriver à l'horizon... le premier motard du convoi de la course cycliste ! Ni une ni deux, je ne marque pas le stop ( en faisant gaffe à ce qui vient de la gauche, qd mm, bien sûr ! ) et je fonce pour passer avant lui !
Ouf, sauvée une 2ème fois par le gong !
Je reprends ma route, en ne dépassant pas le 60km/h et qq km plus loin, chouette, je vois une station service dont mon hôtesse ne m'avait pas parlé ! Je suis contente, je vais pouvoir regonfler mon pneu plus tôt que prévu ! Le temps de rentrer dans la station pour m'apercevoir que malgré le panneau « aperto », c'est fermé, et qu'il n'y a pas de gonfleur à disposition, je fais demi-tour et qui vois-je à l'horizon, mais c'est pas vrai, ils vont jusqu'à Venise par la même route que moi ou quoi ??? Oui, encore les avant-postes de la course ! Donc pour la 3ème fois, je fais moi aussi la course pour leur passer sous le nez, in extremis. Le motard doit vraiment se poser des questions à mon propos ;-DDD
Je décide de ne plus m'arrêter avant la station-service de l'autoroute, car tout a l'air fermé, le dimanche, pas la peine que je perde du tps.
Bon, je m'arrête quand même...pour prendre le ticket du péage ( chers, les péages, en Italie :-(( Et c'est le mm prix pour les motos et les autos, flagrante injustice! ) et enfin, je finis par m'arrêter à la station de l'autoroute, sans plus craindre, là, d'être empêchée de repartir par la course cycliste ;-)
Je me paie même le luxe, « pour être tranquille », de faire le plein. Même si c'est cher en Italie ( mes deux pleins : 1,77€ le litre ( aglups ) puis 1,66€, mieux, mais aglups quand même ! ) Les pompistes m'indiquent la station de gonflage, et c'est là que j'ai su que j'avais, avec mes bombinettes, mis 1,5kg d'air comprimé ( sur les 2kg théoriques ), pas si mal, pas tant de perdition que je l'imaginais :o)
Pour espérer que ça dure un moment, je surgonfle un peu ( 2,5kg ) et je repars, l'esprit plus tranquille ( le GPS m'annonce une arrivée au port à 9h55, parfait ! ).
Arrivée au port, je me gare à côté des bureaux d'Anek Lines et je vais échanger ma réservation imprimée sur internet contre des billets magnétiques ( on me donne directement les billets du retour, il ne faut pas que je les perde ! ) Je reprends la moto et je me dirige vers l'énorme ferry LEFKA ORI qui va me transporter dans ses entrailles pendant 24 heures. Là, je tombe sur un employé d'embarquement grec ( la plupart ne parle ni anglais ni italien, super pratique ! ) qui me fait un grand sourire en détaillant ma moto : avec son collègue légèrement plus polyglotte, je finis par comprendre que c'est la moto qu'il veut s'acheter. Combien elle coûte en France, ah, c'est une selle perso, etc... Je me dis que ça commence bien et qu'avec un peu de piston, je vais pouvoir rentrer rapidement ma moto dans le ferry sans poireauter des heures sous le soleil de plomb de Venise ( horriblement lourd, beurk ! ) Et en effet, les deux gars s'adressent à un autre dans le ventre du bateau et après une petite discussion, ils me font signe de monter :o) Merci la Diversion ;-)
Il fait une chaleur encore pire dans la soute ( ? Là où on gare les véhicules ) du bateau et c'est en dégoulinant que je fais les manœuvres imposées par un garde-chiourme hurlant « left, left, STOP, back, back, there, STOP! » « SIR, YES, SIR!» lui réponds-je finalement en hurlant moi aussi, et ça fait marrer deux motards allemands déjà embarqués, dont j'apprendrai un peu plus tard qu'ils vont en Albanie ( sur deux semaines ).
Hélas, de toute évidence, les employés qui font embarquer tous les véhicules ne vont pas s'occuper de ma moto avant d'avoir placé tout le monde, c'est donc un peu inquiète que je suis le conseil du garde-chiourne qui m'explique avec des gestes qu'il s'occupera d'elle à la fin, que je peux monter m'installer dans le ferry...
Je prends quand même le tps, à côté de ma moto, de changer mes bottes contre des tennis et mon pantacuir contre un pantalon léger ( oui, je me suis déshabillée sur place, sous le regard amusé des deux allemands en train de défaire des milliers de paquets ( a priori moins organisés que moi ;-) ), que je range dans mes valises et dans le top-case. Pour être plus tranquille ( je vais abandonner ma moto durant 24h ! ) qu'avec le petit câble à fermeture à code que j'utilise habituellement pour des petits arrêts, je choisis d'attacher mon casque à ma roue avant avec le « U ». Juste avant de partir, je me dis soudain que le garde-chiourme voudra peut-être manœuvrer un peu ma moto pour bien l'attacher, et qu'il ne pourra pas si le cadenas bloque la roue ( et mm, qu'il risque d'essayer de bouger la moto sans avoir vu le cadenas, donc danger ! ) Changement de programme, re-décadenassage du « U », tjs par 40° environ, et je l'accroche à ma poignée passager. Là, je quitte enfin ma moto non encore amarrée :-/ pour aller revivre dans la partie climatisée du bateau :o))))
Encore en sueur en arrivant à la réception, je découvre que mes nombreux manœuvres et déshabillages m'ont fait perdre du tps par rapport à des gens « normaux » ;-) dans une voiture qui la garent, prennent leur sac de voyage et partent directement s'installer : il y a une queue d'environ 40 personnes ( c'est peut-être bien un bus, en fait ! ) qui attendent toutes leurs clés de cabine ! Haïssant profondément les files d'attente, je prends la décision de ne pas faire comme tout le monde et je monte m'installer dans un fauteuil un étage plus haut, au frais, le tps de récupérer un peu de la chaleur écrasante de la soute, et de laisser la queue se déliter, quitte à risquer, dans ma cabine de 4, de retrouver les deux lits du bas déjà occupés, tant pis, je grimperai sur celle du dessus !
Je sors le P'tit Blanc pour voir si par hasard il n'y aurait pas du WiFi, et je vois deux connexions possibles. Hélas un ne donne rien et l'autre est un site de vente de tps de WiFi payant en grec :-/ Donc j'abandonne provisoirement et je rédige un MMS sur mon mobile ( sans photo ! ) à Xtian, à charge pour lui de vous le retransmettre par mail, qui résume ma galère de crevaison ( vous avouerez que le CR que j'écris là est légèrement plus détaillé ;-D )
A peine ai-je fini cela que je jette un oeil dans l'escalier qui mène à la réception : miracle, la queue à déjà disparu ( en 10-15mn, les employés sont efficaces ! ) :o))) J'ai bien fait de me poser pour attendre ! Je passe directement :-), on me donne une clé et un employé m'accompagne à ma cabine ( j'avais repéré le ballet des employés, ployant sous les bagages délirants des passagers, valises énormes ( pour quoi faire, en 24h ??? En fait, je suppose qu'ils n'ont tout simplement pas pensé à faire un bagage à part juste pour la nuit dans le ferry, tsss, quel manque d'organisation ;-) ) alors qu'avec moi, il n'a rien eu à porter, j'ai gardé mon sac au dos et mon P'tit Blanc à la main ! )
Là, excellente nouvelle, la cabine est dans la même configuration que pour aller en Espagne ce printemps : cabine normalement de 4 personnes, mais les deux lits supérieurs sont repliés ( euh, en écrivant cela, j'ai un doute : et s'ils les dépliaient au moment où arrivent la 3ème et la 4ème personne ? Non, ça m'étonnerait, si on devait être 4, elles seraient déjà dépliées, non ? Je vous dirai ça dans un autre CR, quand je serai retournée à ma cabine ! Là, je rédige depuis le bar, sans rien consommer car le bariste m'a donné l'autorisation, puisque j'ai qd mm « consommé » 3€ de connexion Wifi ;-) )
Bref, au moins sur le coup ;-D, je pense qu'on ne va donc être que deux dans la cabine, et c'est bien sûr plus agréable que d'être entassés à 4. Et en plus, tjs mm config' que pour les vacances au Portugal, il y a une cabine de douche-WC dans la cabine, genre Etap'hôtel, parfait, pas besoin de ressortir pour mes besoins naturels de la nuit ;-)
Je m'installe, prends possession du lit que je veux :o) en y mettant ma chemise de nuit et Oscar, qui a bien mérité du repos après les émotions du matin ( il était tout affolé quand je me suis jetée sur le lecteur de carte, dans lequel il est installé ( pour voir le paysage en permanence, sur la moto :o) ), pour prendre le kit anti-crevaison ! ), je pose ma trousse de toilette dans la salle de bain et je repars à la recherche du bar... non pas pour me jeter sur de l'alcool, bande de médisants, mais pour acheter un ticket de WiFi : c'est le gars qui m'a amenée à ma cabine qui m'a informée que c'était là que ça s'achetait :o)))
Premier bar, raté, on m'explique que c'est en fait au « saloon » ( ?! ), bref, l'autre bar du bateau, que ça s'achète. J'y arrive enfin, c'est désert ( de clients ), et l'employé me confirme que oui, il y a du WiFi par satellite, que c'est 3€ pour deux heures ( je venais en effet de voir les affiches dans le couloir, c'est raisonnable ), mais attention, des fois c'est un peu lent. Tant pis, c'est mieux que rien, je prends !
En me baladant sur le bateau, j'ai vu qu'il y avait ( entre autres nombreuses choses qu'on trouve sur les ferries, comme une boutique de cadeaux-cigarettes-alcools, des restaus, self-service... ) une grande terrasse extérieure avec chaises et tables, bar et...... "gyros", qui sont les kebabs des grecs, tournant ( normal, pour un gyros ;-) ) et grillant une viande super appétissante :o))) Ca sentait super bon, et je crois que qq soit la valeur sentimentale des gâteaux et des fruits de ma super gentille hôtesse de l'Agriturismo, je vais préférer faire un tour par le gyros dans la journée :o))) Les fruits serviront pour le dessert et j'offrirai les gâteaux aux motards allemands : j'ai vu qu'ils avaient installé leurs matelas pneumatiques et duvets au sol, dans une des salles communes, donc s'ils ont voulu économiser sur le prix d'une cabine, ils seront peut-être contents de grappiller des biscuits qui, si j'en juge par la qualité des charcuteries que j'ai mangées, doivent être bons ! )
Avec toutes ces émotions, j'ai tellement eu envie de me poser dans le bateau, à la fraîcheur de la climatisation, et de décompresser en vous racontant mes malheurs que j'ai complètement zappé la sortie du ferry du port de Venise ! Mais quand je m'en suis rendu compte, j'ai vu au loin le campanile de la place St Marc et je n'ai rien regretté : le tps est mauvais, il y a une nappe de brume de chaleur jaunâtre qui gâche tout ! Je serai peut-être plus sereine pour le faire au retour... à ben non, on débarque à 7h du matin, si je me souviens bien, donc ça sera peut-être un peu tôt pour la clarté ? Je verrai bien ! C'est pas grave du tout, des photos, c'est de Grèce que je vais vous en envoyer, il y a qq heures à peine, je n'étais pas du tout sûre d'atteindre ce pays donc Venise, peu importe !

Suite depuis ma cabine, deux CR en un, bande de petits veinards!

Comme je n'avais plus à m'occuper de l'endroit où j'étais dans le bateau vis-à-vis des « hot spot WiFi » ( le WiFi ne marche pas partout dans le bateau, notamment pas dans les cabines ) puisque j'avais épuisé mes deux heures, je suis redescendue à ma cabine et j'y ai découvert ma « coloc » : une dame d'environ mon âge, peut-être un peu plus, allemande, et qui a une maison de vacances en Grèce...dans le Pélion ! Nous avons pas mal discuté, elle m'a indiqué les beaux coins dans le Pélion, conseillé des routes  :o) On a aussi parlé de nos « hôtels » respectifs de la nuit dernière et elle était un peu déçue du sien ( aussi un genre d'Agritourisme, si j'ai bien compris ), d'autant plus qu'il n'y avait pas de réduction pour une personne seule ( ! les sagouins! ) et qu'elle a payé...100€ !! Pour la prochaine fois, je lui ai conseillé le mien ( bien que conduisant occasionnellement une Yamaha 125 ;-) elle n'est pas venue à moto, donc pas de problème pour la route gravillonnée ! ) et quand je l'ai citée, elle a été dégoûtée car elle l'avait vu sur internet et avait hésité à réserver là-bas ! La prochaine fois, c'est sûr, en ayant vu mes photos, et quand je lui ai expliqué comme on avait été serviables avec moi au moment de la crevaison, elle ira là :o) Chuis bien contente d'avoir déjà fait une future cliente à mon agriturismo, ils le méritent, enfin au moins l'employée à qui j'ai eu affaire, le soir de mon arrivée comme le matin ! Et aussi pour la beauté des chambres ! Quand je pense que j'avais un peu « honte » de lui dire que c'était 50€ la chambre pour une personne et 70€ pour deux, pensant que ça lui paraitrait peut-être un peu cher ( c'est une grosse somme à mon aune ! Par comparaison, je pense loger pour 35€ par nuit maximum en Grèce ! ) et elle qui m'annonce, encore plus honteusement ( de l'avoir prise à ce prix, mais elle l'a fait en dernière minute, donc n'avait plus bcp de choix ) ses 100€ !!!
Bon, comme ma coloc se repose, je vais la laisser tranquille et aller me promener dans le bateau, et soit manger un gyros, soit me reprendre pour deux heures de WiFi, gourmande que je suis de connexion avec ma tribu ;-))) Quand ça s'est coupé, j'avais encore qq mails en suspens...

Voilà! Donc pour le moment, en attendant une faim suffisante pour le gyros*, j'ai choisi l'option "2h de Wifi"! 
*Il faut dire que quand je discutais dans la cabine avec ma coloc, j'ai mangé 2 prunes et une pêche, me gardant une...pomme pour la soif ;-))
Et quand elle est partie, j'ai décidé de "jeter un œil" o:-) aux pâtisseries, et en fait, bonne surprise, une partie était des friands salés, miam, et l'autre partie des pâtisseries hyper bonnes ( vous imaginez, c'est moi qui dit ça! ), de toute évidence faites maison : feuilletés aux amandes, "quatre-quart" goûteux et autres choses divines! Euh...dommage pour les motards allemands, j'ai tout fini! Je me suis régalée! C'est pour ça que le gyros peut attendre les deux heures de ma nouvelle connexion ;-)

*******

Le webmail merdouillant, pour m'occuper, mini CR de ma soirée dans le bateau.

En revenant de ma 2ème séance de deux heures de WiFi dans ma cabine, j'y ai retrouvé ma coloc qui m'a proposé qu'on aille manger ensemble. Comme elle est de très bonne compagnie, j'ai accepté avec plaisir, et tant pis pour le gyros du bar en plein-air ;-)
On a donc été au « vrai restaurant » et non au self-service fréquenté par la plèbe-qui-couche-au-sol ;-D J'ai pris un osso bucco et elle des chicken qq chose. Mon plat ( et mon vin ;-) ) était très bon(s). Comme prévu, on a payé le pain ( 0,60€, c-à-d 0,30€ le petit pain car on en avait deux différents chacun ; j'ai bien fait d'entamer mes deux ( pour goûter les deux saveurs ), de toute façon, ils sont facturés : elle n'en a mangé qu'un et a eu la mm facture que moi. A retenir en Grèce : les emporter pour qu'ils me servent au PDJ le lendemain, les jours où je sais que je n'aurai pas le PDJ compris, ya pas de petites économies ;-D )
On a largement discuté de la Grèce et autres sujets ( essentiellement les voyages de chacune ), c'était fort sympathique ! Pourvu que j'ai une aussi sympathique coloc pour le retour ( ça va être difficile à égaler ! En plus d'être sympa, elle parle bien anglais, ce qui est bien commode. Si je suis avec une grecque ne parlant que grec, la discussion va être limitée ;-) )
En sortant de table, elle est partie s'acheter une bouteille d'eau pour la nuit, j'en ai profité pour aller me doucher à la cabine puis, mon P'tit Blanc étant enfin rechargé ( ça n'était pas fini quand je suis rentrée dans la douche, timing parfait ! ), quand elle est revenue, après m'avoir proposé de remplir ma mini-bouteille d'eau ( 25cl ! ) que j'avais vidée, car elle n'avait trouvé qu'1,5l à acheter, je suis repartie avec le mini PC sous le bras pour entamer ma 3ème séance de 2 heures de WiFi ! Dommage que le webmail déconne !










Les allemands avec tout leur chargement!

Mon bon gyros :-)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire