vendredi 16 septembre 2016

Pérou, 20 mai de Cusco à Sicuani, l'Altiplano péruvien :-)

Ce matin je suis un peu retardée dans mon départ parce que la boutique de lavage de vêtements est en retard d'une demi-heure pour livrer mes vêtements, dommage, justement pour une de mes plus grosses journées de roulage ( environ 140 km )!
Donc le temps de tout ranger dans mon gros sac étanche et de l'arrimer sur ma moto, je ne pars que vers 9h ce qui est très tard pour moi!
Je stresse encore bien dans la circulation à Cusco mais une fois que j'en suis sortie, c'est du pur bonheur de rouler avec ma brave Poderosa sur les routes péruviennes, toujours sous un beau ciel bleu :-), mais un peu trop chaud quand je m'arrête avec tout mon harnachement. 
En fait il n'y a pas énormément de circulation donc c'est très agréable.
Pour je ne sais quelle raison mon itinéraire ne fonctionne pas sur mon GPS, il ne me signale pas dans combien de km je dois tourner, j'ai juste le tracé de l'itinéraire, sans indication de direction.
Heureusement que j'avais soigneusement préparé mes points d'intérêt avant le départ ce qui fait qu'en mettant l'autre cartographie, j'ai pu progresser de point d'intérêt en point d'intérêt, moyennant quoi tout s'est très bien passé!
Après avoir mis un peu d'essence dans ma moto par pure précaution ( 2,77 gallons (!) pour 27S, pour ceux qui voudraient calculer le prix de l'essence ;-) ) et avoir fait ma énième photo de moto de police,


Le comisaria où j'ai été demander ma photo ;-)














ma première étape touristique se fait à Pikillaqta, qui ne me laissera pas un souvenir impérissable mais assez photogénique quand même, ainsi qu'un autre site sans doute lié, à un ou deux kilomètres de là.
































L'autre site :


















Je longe le joli lac Huacarpay, réputé pour l'observation des oiseaux.



















Je visite l'église d'Andahuaylillas, connue comme étant la chapelle Sixtine de l'Amérique latine, rien moins que ça!
La décoration intérieure très chargée en kitscheries dorées me fait penser à certaines églises portugaises ;-) Je suis très frustrée qu'on n'ait pas le droit de faire de photos, et le fait qu'on me donne un CD de photos avec le billet d'entrée ne me console pas.


































Affiches électorales

















Donc exceptionnellement, photos internet
Par contre ce qui est pratique c'est que j'ai déposé ma moto devant le "comisaria", sur la place principale, donc avec mon bagage en sécurité et bien sûr en plus j'ai fait une photo de moi sur une moto de police au passage :-D ( ça faisait longtemps ;-) )






Ah, ces mini-ralentisseurs, super pénibles à passer à moto :-/
J'essaie toujours de viser de manière à n'en subir qu'un au lieu de deux ;-)
















Je longe encore un beau lac.







































Je traverse quelques villages typiques


Le mégaphone pour les élections!

















et je continue à rouler dans de beaux paysages de montagnes et de rivières serpentant nonchalamment :-)
Je suis assez étonnée de voir quelques zones ( vert pâle ) plantées d'eucalyptus, je n'ai pas l'impression que ce soit une plante originaire du coin...

































Ah, une explication trouvée sur internet :

"Cet arbre, omniprésent dans la Vallée Sacrée et au-delà a été importé par les Espagnols. Rapidement les péruviens ont privilégié l'eucalyptus dont la croissance est rapide, aux essences locales. Par ailleurs, il diminue les risques d'érosion ou de glissement de terrain.
Son tronc est utilisé pour les charpentes des maisons ou comme bois de chauffage et ses feuilles dans le cadre de tisanes médicinales. ( ... )
Mais le problème avec les eucalyptus ( ... ) c'est qu'ils se reproduisent anarchiquement, qu'ils détruisent l'équilibre du sol et que les autres formes de végétation endémique deviennent difficiles à préserver.
C'est pourquoi aujourd'hui une certaine prise de conscience incite les pouvoirs péruviens à réintroduire dans différentes régions du Pérou des essences indigènes, celles-là mêmes qui servirent pour les constructions et le transport des blocs de pierre par les Incas."
 
À mon grand étonnement, soudain, je vois un panneau annonçant un péage,



heureusement le guichetier me fait comprendre que je dois passer sur le côté, au-delà de la barrière, car à moto je n'ai pas besoin de payer, impec!
Voyant que je suis en avance sur mon horaire de RB, je me dis que je peux manger dans un restaurant typique au bord de la route.
Pour choisir, astuce habituelle, je me fie au nombre de camions arrêtés devant ;-)
Madame Bonnétoile a encore bien fait les choses en me faisant m'arrêter à " La Nordenita".
















En m'installant à l'intérieur je vois par la fenêtre une Honda Falcon, le modèle que je devais louer à la base.
En la prenant en photo je m'aperçois que sur le réservoir il y a un autocollant Peru Moto Tours, le loueur que j'ai pris à Cusco!
Je ressors sur la terrasse et je comprends tout de suite qui est la propriétaire, une femme seule avec un casque posé à côté d'elle!
J'entame la conversation et je fais ainsi la connaissance de Michaela, une canadienne installée au Pérou avec son mari, et qui travaille dans un musée d'art pas très loin de là, depuis décembre et pour encore 2 ans si j'ai bien tout compris ( étant canadienne anglophone, nous parlons en anglais ).
En fait c'est une amie d'Alejandro et de sa copine, Ada ( canadienne elle aussi ) qui tiennent PMT! Il lui a vendu cette Falcon.
C'est une sacrée coïncidence qu'on se soit rencontrées là car c'est la première fois qu'elle s'arrête en cours de route pour son retour le week-end, de là où elle travaille, vers Cusco, où elle a un appartement! D'habitude, elle fait le trajet d'une traite.
On mange ensemble




et on discute bien, encore mieux à partir du moment où elle me propose de parler en français parce qu'elle le comprend et que ça lui faisait plaisir d'entendre cette langue, mais me répondant en anglais parce qu'elle estime ne pas parler assez bien français. Je ne me suis pas faite prier, ça fait du bien de parler un peu français quand on est en voyage à l'étranger :-)
On est ensuite reparties chacune de notre côté



en se promettant de se voir vendredi prochain quand je retournerai sur Cusco, pour boire un verre de vin chez elle, avec Ada, cool!
Encore de beaux paysages dans un air pur et enfin frais, veaux, vaches, cochons, couvées...et j'arrive sur le site archéologique du temple de Raqchi.





























 Après une assez longue visite à l'écart du seul groupe de touristes sur les lieux,























































je retourne voir le monsieur qui tient la billetterie pour lui demander s'il connait un certain Umberto Rodrigues car j'avais noté, je ne sais plus si c'est dans le Petit Futé ou sur Internet, que c'était en quelque sorte le chef du village et que la communauté pouvait loger des touristes chez l'habitant comme ça se fait sur le lac Titicaca. Et ça m'intéresse pour y faire étape lors mon retour vers Cusco, dans 6 jours.
Impeccable, le gars connaît, il me dit que sa femme est juste là, à vendre des souvenirs aux touristes!
Elle prend tout de suite les choses en main, appelle Esther, une de ses copines avec qui on discute de la date et du prix.
Donc c'est super j'ai mon logement d'assuré pour le 26 mai chez l'habitant à Raqchi pour 60S ( 18€ ) avec le dîner, la nuit et le petit-déjeuner :-)
Ça m'arrange bien car comme cela, au retour du lac Titicaca, je serai avancée de 20 km par rapport à Sicuani, de manière à pouvoir être bien à l'heure pour rendre ma moto à PMT vendredi prochain... et accessoirement boire un verre de vin avec Michaela ;-)
En bonne femme d'affaires voulant assurer le coup, Esther me donne son numéro de mobile pour l'appeler en cas de désistement. Pour la rassurer je lui donne le mien et elle va jusqu'à faire un test pour voir si ça fait bien sonner mon mobile! Heureusement qu'elle n'a pas essayé de me parler, puisque mon mobile a des problèmes :-D Bon, au cas où, je lui enverrai un sms!
Je suis vraiment contente d'avoir trouvé par moi-même une chambre chez l'habitant à Raqchi :-)
Encore quelques beaux paysages










puis j'arrive à Sicuani où je suis un peu désorientée en arrivant au logement que j'ai réservé, l'"Hotel de Turistas la Villa Sicuani".



C'est un mélange étrange dans un quartier pas très folichon, avec une chambre grande mais plutôt simple, avec une salle de bain toute neuve et moderne mais aux finitions complètement ratées ( vasque déjà fendue, robinet mal scellé... ). Toutes les chambres sont situées dans une cour fermée par des grilles, en fait c'est tellement bizarre que j'ai du mal à le décrire! En dehors de l'emplacement des chambres, dans un parc boisé plutôt sympa, il y a un bâtiment qui fait office de réception et de bar, qui a une décoration en bois très chargée mais qui ne me déplaît pas!
Quoiqu'il en soit, pour 30$ avec pdj, c'est d'un très bon rapport qualité/prix.







Le propriétaire et sa mère sont aux petits soins avec moi, et on se débrouille pour se comprendre même s'ils ne parlent qu'espagnol!
Le gars, à ma demande, m'appelle un moto-taxi pour me déposer à un change qu'il connait en ville, pour changer des dollars en soles, et le moto-taxi m'attendra pour me ramener à l'hôtel ensuite, parfait :-)
Record battu pour le prix de la course en moto-taxi: 1,5S par trajet (0,45€!).
J'ai eu une bonne intuition de ne pas reprendre la moto car, au centre-ville, il y a plusieurs défilés qui bloquent les rues et obligent mon chauffeur à de gros détours! En compensation c'est avec plaisir que je lui donnerai 5S (1,50€!) pour l'aller-retour, il le mérite bien, ayant pris une avenue à contre-sens pour contourner un des défilés :-D



J'ai un petit temps d'arrêt au moment où il me dépose au "change": il s'agit simplement d'une vieille dame assise dans la rue devant une épicerie!!
Il y a quand même un petit panneau à côté d'elle : "cambio dollares", mais il me faut aller puiser profond dans la confiance que j'ai dans la nature humaine pour décider que j'allais bien changer mes dollars avec elle :-D
Ça change des banques!
Je suis un tout petit peu rassurée quand elle me fait rentrer dans l'épicerie ( tenue par une autre personne ) pour la transaction ;-)
Et au final elle me donne exactement le même taux que j'avais eu dans un change nettement plus officiel à Cusco quelques jours auparavant, c'est-à-dire 3,30S pour 1 dollar!
A priori, et à moins que mes soles soient faux ;-), j'ai bien fait de faire confiance aux autochtones ;-)
Il faut dire que j'avais quand même entendu le proprio de l'hôtel discuter avec le moto-taxi, et quand celui-ci lui avait dit où il allait m'emmener pour le change, il avait approuvé...
Ayant suffisamment mangé à midi avec Michaela ( poulet frit, riz et frites, grand classique!), je ne dîne pas ce soir, ce qui ne m'empêche pas d'avoir une longue conversation sympathique en espagnol avec la mère du propriétaire, entre autres grâce à Google Traduction, devant un verre de whisky à leur bar :-)




Bref, vous l'aurez compris , encore une belle journée péruvienne!
Je me mets maintenant au lit par un froid glacial ( Sicuani est située à 3550m, la plus haute altitude depuis mon arrivée au Pérou! ), dans une chambre où il n'y a bien sûr pas de chauffage ( mais des tonnes de couvertures! ), mais où j'ai une douche chaude , c'est déjà très bien :-D



 
Ça n'est qu'un test de préparation aux îles sur le lac Titicaca où il fait, paraît-il, bien plus froid :-D

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire