mercredi 28 septembre 2016

Pérou 25 mai, de Puno à Lampa, Altiplano péruvien.



Comme je suis dans un bel hôtel et que je suis un peu fatiguée par mon insolation, ce matin, je décide de faire la grasse matinée ( c'est à dire, pour moi, un réveil naturel vers 8h20 ;-D ) et de traîner un peu à l'hôtel, d'autant plus que j'ai une petite étape aujourd'hui. ( 75 km jusqu'à Lampa )
Au réveil, même s'il y a quelques nuages, il fait quand même nettement plus beau qu'hier et je m'émerveille de la vue depuis ma chambre!






Je traîne au lit et profite du wifi pour envoyer des mails et des photos sur Facebook.
Je vais prendre mon pdj après 10h, servi à table et relativement quelconque pour un hôtel de ce prix ( œuf au plat, miteux petit pain jambon/fromage industriels et fruits ).

C'est une vraie vue, pas un poster au mur ;-)


 Heureusement qu'il y a la vue!











Je prends encore mon temps et finalement, je ne pars qu'après midi!

















Je décide de faire une petite tentative d'incursion dans Puno, mais mon GPS n'aime décidément pas les grandes villes péruviennes et a du mal avec les sens interdits! J'abandonne rapidement, d'autant plus que les guides n'en disent pas grand-chose de bien. Les rues en pente à la San Francisco, je les préfère nettement... à San Francisco !! ;-)





















Arrêt un peu à l'arrache devant la Poste de Puno

Bon, j'ai quand même réussi à trouver la poste pour - enfin! - acheter des timbres! J'ai fait surveiller ma moto par une vendeuse ambulante contre une pièce...
En reprenant la route, je domine Puno, et je confirme que cette ville ne m'attire pas vraiment.





Hotel Mirador del Titikaka


Si j'avais su, je me serais évité ce détour.
Je repasse un péage...sans payer :-)




Comme je suis condamnée à repasser par Juliaca,



























je profite d'être dans une grande ville pour trouver un lavage à haute pression où deux gars se font un plaisir de redonner fière allure à mon brave destrier.






Me voilà repartie avec Poderosa sur l'Altiplano




et j'arrive assez vite à Lampa, la "ville rose" où je compte faire étape, mais sans avoir réservé de logement. J'en ai juste noté un ( pas d'autre choix, il faut dire! ), lors de ma préparation.





















Bien que le portique à l'entrée de la ville annonce "portes ouvertes au tourisme", la rue principale en travaux n'est guère engageante, surtout à moto!




Les arènes de Lampa

Après des déviations, je finis par arriver sur la place d'Armes, où se trouvent les principales attractions de la ville, à savoir l'église Santiago Apostol du XVIIème siècle, sa crypte et son ossuaire garni de centaines de crânes et de quelques squelettes.

Église de Lampa

Mais pour l'heure, j'ai faim, je fais donc une pause dans une "chifa", petit snack typique mélangeant cuisine péruvienne et chinoise. Ça ne m'attirait pas spécialement, mais je n'ai rien trouvé d'autre ;-)
Plat pas terrible de spaghetti à la viande indéterminée avec des pommes de terre...



Je pars ensuite à l'église pour essayer de visiter la fameuse crypte, mais les horaires, non affichés, sont a priori très variables. Un couple de jeunes péruviens essaie aussi de trouver comment la voir, et à force, quelqu'un nous indique une porte au bord de la place où un gars doit avoir les clés.
Ça s'annonce mal, car les horaires affichés de cette "officine paroissiale" sont de 9h à 12h! La nana sonne quand même, et le gars en question nous dit qu'il est occupé et qu'il ne pourra pas nous faire visiter avant environ 16h45, donc on lui dit qu'on reviendra à cette heure.
Je pars pour essayer de trouver mon logement, mais à l'adresse présumée, rentrée sur mon GPS, je ne vois rien qui ressemble de près ou de loin à un logement. Je tourne dans le centre, où je ne vois qu'une seule enseigne d'hôtel mais hélas, en m'approchant, je vois sur une petite affiche qu'il est fermé :-(



Je suis un peu ennuyée parce que je voudrais visiter la crypte ( je suis venue à Lampa pour l'église et la crypte ), mais il faut attendre une heure et, si je ne trouve pas de logement ici, je vais être un peu coincée car à la fin de la visite, la nuit ne sera pas loin de tomber et je n'aime pas rouler de nuit, particulièrement quand je ne sais pas où je vais!
Par contre, si je ne visite pas la crypte, je gagne une heure de route de jour en partant maintenant, mais pour aller où? Et dommage de louper la visite, maintenant que je sais que c'est possible!
Pas question de retourner sur mes pas, à Juliaca, alors que je fais route dans l'autre sens vers Cusco. Mais dans cette direction, lors de mes recherches, je n'avais trouvé aucun logement ( il y a très peu de villages, et ils sont trop petits pour avoir des hôtels ).
Je me fie à Madame Bonnétoile et je continue de visiter Lampa, qui a quelques petites rues sympas avec des bâtiments bas ( peut-être en adobe? ). Comme le ciel s'est un peu dégagé, je retourne faire quelques photos à l'église, puis à la mairie où il y a de belles fresques.




Église de Lampa

Église de Lampa




Église de Lampa

Église de Lampa


Retour au presbytère où le couple est aussi revenu, et on peut enfin visiter l'église richement décorée et la crypte.


Église de Lampa

Église de Lampa

Église de Lampa

Église de Lampa

Église de Lampa

Église de Lampa

Original Christ assis, église de Lampa

Église de Lampa

Église de Lampa

Église de Lampa

Église de Lampa


Église de Lampa
Église de Lampa

Bien évidemment, je ne comprends quasiment rien à ce qu'il explique ( ayant des interlocuteurs du coin, il parle vite ), et je décroche rapidement pour me consacrer plutôt à mes photos ;-)
Je comprends quand même que ça n'est pas lui qui fait visiter normalement, et qu'il n'a pas donc pas l'habitude du -gros!- trousseau de clés et en effet, pour plusieurs portes, il passe un bon moment à chercher la bonne clé. A un moment, le jeune péruvien propose carrément de l'aider et se trouve être un peu plus efficace que lui ;-)
On arrive enfin à la sacro-sainte crypte un peu macabre. Elle est ronde et ses murs sont recouverts de centaines de crânes humains et de dizaines de squelettes suspendus.


Crypte de l'église de Lampa
Crypte de l'église de Lampa

Crypte de l'église de Lampa

Crypte de l'église de Lampa
Crypte de l'église de Lampa
Crypte de l'église de Lampa
Pietà de Michel Ange à Lampa
J'apprendrai plus tard sur un site internet que la statue posée sur la crypte que j'ai photographiée est importante, c'est une copie de la Pietà de Michel-Ange, en aluminium. Voici l'extrait qui en parle :

Enrique Torres Belon, homme politique et ingénieur des mines, fut responsable de la restauration de l'église et y a ajouté le mausolée. Il est situé sur ​​le côté de l'église et est entièrement décoré de marbre italien. Ce mausolée extravagant (où le corps de Torres Belon a été ajouté plus tard) est décoré avec un millier de crânes et 37 squelettes complets. En plus de cela, le mausolée comprend une copie exacte de la Pietà par Michel-Ange. C'est en fait le deuxième exemplaire de Lampa, l'autre exemplaire fait de plâtre est exposé à la mairie de Lampa. Lorsque le premier exemplaire est arrivé, il s'est avéré être trop lourd pour la construction et Torres Belon a obtenu la permission du pape de faire une autre copie, cette fois en aluminium. Torres Belon n'a pas eu le courage de détruire la copie en plâtre comme l'a ordonné le pape, et maintenant Lampa a deux copies de ce chef-d'œuvre. Lorsque la statue originale à Rome a été lourdement endommagée par un fou, les Italiens ont utilisé les copies de Lampa pour le restaurer.

En bonus, il nous fait même descendre dans des souterrains qui normalement ne sont pas ouverts au public, sympa, même s'il n'y a pas grand-chose dedans, juste deux alcôves avec des crânes.

Crypte de l'église de Lampa
Crypte de l'église de Lampa

Crypte de l'église de Lampa

Crypte de l'église de Lampa
Retour dans l'église où le gars ( dont je ne saurai jamais la fonction exacte, est-il prêtre? ) nous montre encore, entre autres, la Cène et l'apôtre Saint Jacques, le patron de Lampa si j'ai bien compris.

Église de Lampa

Église de Lampa

Église de Lampa

En sortant, après 45 mn de visite, je lui demande à tout hasard s'il connaît la pension que je cherche, la Casa Romero. Ça ne lui dit rien.




Je repars en quête de ce logement fantôme et après avoir questionné en vain pas mal d'autochtones, il y a enfin une commerçante du marché qui m'indique une maison juste à côté. Et je découvre enfin mon B&B tant recherché, OUF, je commençais à désespérer!




La dame me dit que c'est 40S ( 12€ ) la chambre avec salle de bain commune et pdj, je ne discute évidemment pas, ça m'ira très bien, trop contente d'avoir enfin trouvé!
Grande chambre avec trois lits et vue sur la cour où j'ai rentré Poderosa avec un peu de difficulté : le pas de porte côté intérieur était haut : un gars est venu me secourir en mettant une planche devant, pour que ce soit plus progressif!





Salle d'eau avec une douche qui avait deux robinets, mais où je n'ai jamais réussi à avoir d'eau chaude. Sans doute fallait-il allumer le chauffe-eau, découvert plus tard sur la terrasse? Mais je n'ai pas eu l'info!



C'est marrant car ils ont quand même des serviettes brodés à leur nom!























La salle des pdj pour demain ( sur le thème de la corrida :-/ ) :



Finalement, je ne suis pas si mal installée, même si l'accueil a été plus qu'expéditif. On monte à la chambre, encaissement des 40S, la clé, heure du pdj, et au revoir! Je me demande si ça n'est pas une voisine de la patronne qui m'a reçue...
Bon, l'essentiel est qu'il y ait une prise électrique pour que je recharge mobile, APN et autre GPS ;-)



Je descends ensuite graisser la chaîne de Poderosa, qui l'a bien mérité ( bombe fournie par PMT )




et je pars faire un tour à pied dans Lampa. J'ai bien aimé toutes ces maisons basses orange avec des tuiles "provençales", les portes aux beaux encadrements en pierre, les statues colorées dans les rues et les mosaïques au sol. Je suis retournée à la mairie, qui était en train de fermer, mais où j'ai quand même pu rentrer in extremis pour photographier quelques statues.














































































Retour vers mon logement en passant par le marché.





Ne voyant aucun restaurant en dehors de quelques boui-bouis dont mon estomac fragile me crie de me méfier, je retourne dans ma chambre où je me contente de manger une barre de pâte d'amande enrobée de chocolat que j'avais achetée il y a quelques jours en prévision d'un jour de disette ;-)



Finalement, après cette balade, je me suis dis qu'avec un peu plus de logements et de restaurants pour les touristes ( avec du wifi! Je n'en ai trouvé nulle part dans la ville! ), et les travaux de voirie étant finis, Lampa pourrait devenir une petite ville agréable à visiter. Et elle pourrait alors justifier le titre de "portes ouvertes au tourisme" qu'elle affiche, un peu prématurément à mon sens, à l'entrée ;-) Ça viendra sûrement, avec l'attrait de la belle église en pierres et de son ossuaire!  Je parie que d'ici quelques années, les touristes y seront nettement plus nombreux ( je n'en ai pas vu l'ombre d'un durant mes quelques heures sur place, à part le couple de Péruviens qui venait, je crois de Cusco )!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire