dimanche 11 septembre 2016

Pérou à moto, 17 mai, en route vers Ollantaytambo et le "train du Machu Picchu" :-)



Petit déjeuner à 6h30 avec quelques touristes français à ma chambre d'hôtes, et me voilà prête à bondir sur mon presque fougueux destrier dès 7h, je veux profiter du jour un maximum, et puis...j'ai un train à prendre ;-)
Comme je ne passe que deux nuits ailleurs ( Ollantaytambo et Aguas Calientes ) avant de refaire étape à Cusco pour continuer ensuite vers le lac Titicaca, je ne prends qu'un petit bagage avec moi, laissant le reste chez Doris. 
Aujourd'hui, je vais à Ollantaytambo pour prendre le "train du Machu Picchu" qui m'emmènera à Aguas Calientes. Je mets "train du Machu Picchu" entre guillemets car en fait, bien que ce soit son appellation, il ne monte pas vraiment jusqu'au site MP, il s'arrête à Aguas Calientes d'où part une navette de bus vers le MP.


























Je traverse une banlieue pauvre et sale de Cusco, où des bandes de chiens errants se battent pour manger dans des tas d'ordures :-(





















J'ai hâte de retrouver la campagne/montagne péruvienne!
Je passe sous des banderoles qui annoncent pour les jours suivants un festival gastronomique du "cuy" ( prononcer couille ;-) ), qui est une spécialité péruvienne que j'ai hâte de goûter ( c'était prévu hier soir mais j'ai eu la flemme de retourner en ville dans un resto qui en fait sa spécialité ): du cochon d'Inde!






















Ça y est, les paysages redeviennent majestueux, la route est à moi ( peu de circulation ), il fait frais ( merci l'altitude! ), je me régale sur ma brave Twister dont je suis tellement contente que je décide qu'elle ne mérite pas une sous-appellation, elle sera ma vraie Poderosa, désormais :-)





Des écoliers en uniforme acceptent de poser pour moi :-)















J'arrive à Chinchero, mais je sais hélas que je ne pourrai pas profiter de son principal attrait, son marché, car ça n'est pas le bon jour. Il faut faire des sacrifices, dans les road-books, on ne peut pas toujours tout combiner de manière à passer partout au bon moment...surtout lorsqu'il s'agit de marchés n'ayant lieu qu'un jour par semaine!




















Je croise dans ce village beaucoup de motos-taxis à trois roues. Le conducteur de l'une d'entre elles, fier de son engin ( à juste titre! ) accepte de me prendre en photo à bord, installée à la place conducteur :-)






























Les beaux paysages avec montagnes enneigées dans le lointain continuent à rythmer mon voyage,





























et je me félicite in petto d'avoir persévéré pour trouver à louer une moto pour visiter ce beau pays : même si j'ai bien aimé Criquet, le petit 4X4 que j'avais loué au Costa Rica, ma passion, mon "trip", incontestablement, c'est de voyager à moto!
Un peu difficile d'expliquer ce sentiment tellement différent, quand on est sur un deux-roues, ce rapport aux gens également différent, ce sentiment de liberté, de "cheveux au vent", même si on a un casque ;-)...La Route n'est pas la même quand on est dessus à moto :-)






Je suis partie tellement tôt que je me retrouve trop tôt à Urubamba ( qui est un des villages de la Vallée Sacrée des Incas )


























 où j'avais réservé dans un bon restaurant, El Huacatay. Comme mon mobile péruvien ne marche pas en version "communication téléphonique", je tente le coup d'aller voir sur place, au cas où il y aurait déjà du personnel, pour annuler ma réservation. Ouf, il y a quelqu'un, qui me remercie bien d'être passée pour annuler.





















J'espère bien pouvoir y manger lorsque je repasserai par là, dans deux jours, mais comme je ne sais pas vers quelle heure j'arriverai, je préfère ne pas réserver.
A la sortie de la ville, je vois un beau "resort" annoncé, Tambo del Inka, et je me dis que j'y prendrais bien un café, puisque je suis en avance sur mes horaires.
Hélas, après avoir pris plein de photos, un gars me dit que le bar n'ouvre qu'à 11h, pas de chance, mais je suis quand même contente d'avoir visité ce superbe lieu : tout à fait le genre d'endroit où j'aimerais loger si j'en avais les moyens ;-)
































































Je boirai mon café dans une hacienda également bien sympathique.










Quelque temps plus tard, j'arrive à Ollantaytambo.

















Outch le choc à l'entrée de la ville!! Je me plaignais des pavés inégaux de Cusco, mais c'était de la gnognotte à côté de ceux d'Ollantaytambo, plus proches de simples morceaux de cailloux!  
Ça n'a l'air de rien sur cette photo, mais je vous garantis que ça remue fort!


Ceci dit, le village en lui-même est charmant et typique, malgré les dizaines de marchands du temple de la place principale, vendeurs de babioles touristiques, restaurants, bars...


























Je profite cependant de l'un d'eux pour m'acheter un sac car outre mon petit sac à dos violet, je ne suis partie qu'avec un sac poubelle avec quelques affaires dedans, ça sera quand même un peu mieux dans un sac péruvien en laine ;-)
Heureusement que j'ai rentré tous mes logements dans mon GPS avant de partir, car celui que j'ai réservé pour demain soir est assez excentré.

Ouh la la les molosses! Vais-je oser passer? ;-)



















Je me suis arrangée avec le patron, qui accepte volontiers de garder ma moto dans l'enceinte fermée de son hôtel ( Tierra Inka Sacred Valley ) cette nuit, en attendant mon retour demain soir, après ma balade au Machu Picchu, sympa :-)
Mais il faut d'abord que j'arrive à entrer! Je vois bien un portail, mais la sonnette est placée tellement en hauteur que je n'arrive pas à l'atteindre! ( je vous interdis de vous moquer!!! ) Je hèle un gars qui passait par là, à peine plus grand que moi, qui n'y arrive pas non plus ( ah, vous voyez! ), mais est plus futé : il ramasse par terre un morceau de ferraille d'un chantier voisin et réussit à sonner ;-)

Mais pourquoi ont-ils mis la sonnette aussi haut??
Le patron arrive et me fait rentrer la moto dans le jardin largement fleuri de son superbe hôtel, tout récent ( il y a même encore des chambres en construction ), jugez vous-mêmes :





En plus, on est sous la protection des toritos de Pucara, me voilà rassurée pour Poderosa ;-)



















Je sens que je vais y être bien, demain soir :-)

L'environnement aussi est plus que sympa.

Je laisse à la réception mon casque, mes gants et mon blouson de moto, transférés dans le sac poubelle! 
Un peu fainéante ( et puis il fait chaud, on n'est plus "qu'à" 2800m ;-) ), je prends un taxi pour me ramener au centre-ville où je me balade sur la place


Vue sur les ruines d'Ollantaytambo







































 et bois une piña colada dans un café avec du wifi ( pour envoyer des news à ma tribu! ),




en admirant un défilé coloré,



avant de me diriger vers la gare, située en bas d'une longue rue.




















Le soleil cogne et je suis contente de m'être débarrassée de mes affaires de moto!
Heureusement que je suis une nana habituée à voyager léger : les bagages dans ce train pour le Machu Picchu ne peuvent pas excéder...5 kg par personne!?
Je verrai pourtant des "mochileros" ( routards à sac-à-dos! ) avec des sacs bien plus lourds : je suppose qu'ils devront payer un supplément, comme dans les avions? Mais bref, je m'en fiche, moi, je suis dans les clous!
Petite anecdote concernant ma place dans le train. Hier matin, j'ai reçu un mail de Perurail:
Good afternoon Ms Lang,
Thank you for your preference.
The reason for my email is that after reviewing your location (A-1) in the return train (15.48hrs) I see that your 2 companions: John Blevis, Michael Pannulo, are in the seats 3 and 4 separated from you.
According to this I wish to offer you a relocation to the seat No. 5, which is in front of them for your comfort.

I will be expecting your response.

Kind Regards.
Saludos cordiales
Chrystell  T.O.
Je me suis donc empressée de leur répondre qu'ils devaient confondre, car je voyageais seule et donc, que je souhaitais conserver ma place initiale ( la nana de l'agence de Cusco m'avait précisé ( à ma demande ) que c'était un siège côté fenêtre, ce qui m'importait pour mes photos! ).
Tout s'est arrangé et Chrystell m'a répondu qu'elle s'excusait de son erreur et me maintenait ma place initiale.
La suite montrera que j'ai bien fait de répondre ;-))

Comme je suis un peu en avance en arrivant à la gare, je passe au restaurant El Albergue,




repéré sur Tripadvisor lors de ma prépa, pour réserver une table pour demain en fin d'après-midi, à mon retour ( toujours en train ) d'Aguas Calientes. La patronne me confirme que la réservation est fortement recommandée, même pour 17h45 ( ! ), car une grande partie de leur clientèle est constituée des touristes qui reviennent du MP! Ouf, une bonne chose de faite, je devrais me régaler demain :-)















Les pâtes fraîches maison qui sèchent :-)


Je fais une pause dans leur café qui donne sur les voies du chemin de fer,



rêvant déjà devant la carte du resto, on ne se refait pas ;-D

Pour mon train, j'ai choisi la version "vistadome" avec des fenêtres panoramiques montant haut sur les côtés du train, pour bien voir les montagnes alentours. C'est un peu plus cher que la version normale, mais comme je suis très photos, Serge de Tout Pérou n'a pas du tout eu besoin d'insister pour me convaincre!





















Je suis heureusement surprise dès ma montée dans le train, les fauteuils ont l'air très confortables,



 les fenêtres sont en effet bien grandes et a priori, on va avoir un en-cas, les tables sont dressées :-)
Mais ça n'est là qu'une toute petite partie de ma surprise!! En regardant la place inscrite sur mon billet, je m'avance dans la rame...pour constater que je suis tout devant!
Madame Bonnétoile a frappé très très fort ( et j'ai bien fait de demander à Chrystell de Pérurail de conserver ma place! Je me demande si elle ne voulait pas la refiler à un VIP contre un petit pourboire...ou à une de ses connaissances ;-) )!
Comment vous expliquer la configuration ( tout-à-fait inhabituelle dans un train : je n'avais jamais vu ça avant! )... Je suis complètement à l'avant du train, vue directe sur les rails, avec vue hyper panoramique comme si j'étais à l'avant d'une voiture, et même avec une vitre plus grande qu'une voiture! 2/3 de l'avant du train sont consacrés à deux places et 1/3 pour le conducteur du train, situé à notre droite, séparé par une porte! Très original! Par contre, ça cogne un max, je vais avoir un beau coup de soleil, mais peu importe, je ne vais pas me plaindre d'être à la meilleure place du train ( même meilleure que la place juste à côté de moi, puisque je suis côté fenêtre et elle côté couloir! )
Bon, peut-être qu'avec les photos, vous comprendrez mieux ;-)




























Le voyage dure 1h30. Un conseil, si vous voulez profiter des paysages, ne prenez pas un train plus tard que celui-ci ( départ 15h37 ), car à cause de l'encaissement entre les montagnes, on est déjà bien à l'ombre en arrivant à Aguas Calientes à 17h.
Bon, allez, je laisse parler les photos ( bon, hélas assez souvent avec des reflets dans les vitres :-/ ) :






































































Sur l'autre quai, le train version luxe de ce trajet, le Hiram Bingham, avec un chef pour les repas... Le billet est absolument hors de prix!




















Arrivée à Aguas Calientes ( AC ), rebaptisée "Machu Picchu Pueblo" pour les touristes.
Il fait plutôt chaud, il faut dire que je suis encore bien descendue en altitude, on passe de 2800m à Ollantaytambo à 2040m ici, une misère! ;-) 
Dès la sortie de la gare, passage quasi obligé par le marché aux produits touristiques colorés,





















puis j'enjambe le rio Urubamba par un des quelques ponts du village pour me trouver du bon côté pour mon hôtel.
Caractéristique du village : il est traversé en plein milieu par la voie de chemin de fer,  donc si vous voulez être un peu au calme pour dormir, faites attention à la localisation de votre logement!











J'arrive justement à mon hôtel Panorama BB ( dans le sud du village ),




















dont ma belle chambre ( 201 ), avec petit balcon, donne sur la rivière et se trouve à l'écart du train qui traverse bruyamment la ville!





Le balcon
La vue du balcon




Ce sera la 2ème chambre la plus chère de mon séjour ( 65$ ), mais c'est normal, dans ce site hyper méga touristique et finalement, vue la qualité de la chambre en-suite et le calme de la rue en contrebas ( en travaux! ), le rapport Q/P est pas mal!



En plus, le patron qui m'accueille est français, ça fait un bien fou de parler un peu ma langue maternelle ;-)
Il me confirme que j'ai choisi, pour mon dîner, le meilleur restaurant d'AC, "El Indio Feliz"( un franco-péruvien : cuisine péruvienne avec une patte française, mélange idéal ;-)) qu'il réserve gentiment pour moi pour 19h : je veux manger tôt pour me coucher tôt car demain le réveil est réglé sur 5h du matin pour partir tôt au Machu Picchu!
La décoration du restaurant, toute en couleurs, est superbe.




Au rez-de-chaussée, les murs sont couverts de cartes de visite!













































Je suis un serveur à l'étage pour rejoindre ma table réservée.





















Je suis installée à côté d'un couple de Suisses d'environ mon âge, ou un peu plus, et même s'ils ne sont pas de Suisse romande, ils parlent assez bien la langue de Molière et nous discuterons sympathiquement pendant tout le repas :-)
Repas qui s'avérera, sans surprise, ( mais j'aime bien ce genre d'absence de surprise ;-) ) excellent!
J'ai pris le menu à 77,50S avec une salade d'avocat à la papaye, une truite saumonée meunière, sauce au citron vert et une crème caramel ( la touche française de mon choix ) :-)))




Retour à l'hôtel en me promenant un peu dans AC "by night" :























 Les dizaines de restaurants installés le long de la voie ferrée :





puis bonne nuit sans bruit dans un lit de qualité :-)







2 commentaires:

  1. J'y travaille, j'y travaille...!!! Mais avec les watt mille photos du Machu Picchu, ça met des heures à se télécharger sur le blog, c'est fastidieux :-/

    RépondreSupprimer