mardi 13 septembre 2016

Pérou à moto, 18 mai, à l'attaque du célèbre Machu Picchu!





Comme on est au "Machu Picchu Pueblo" et que beaucoup de visiteurs ayant dormi ici partent très tôt pour visiter ce site majestueux avant l'arrivée des centaines de groupes de touristes venant de Cusco, les hôtels se sont adaptés et servent les pdj dès 5h du matin, voire avant.
Premier vrai beau buffet de petit-déjeuner du séjour, ça tombe bien, je peux prendre des forces pour crapahuter sur le MP!



Il y a même des feuilles de coca, à faire infuser ou à mâcher, mais je n'en ai pas besoin, je n'ai pas eu le mal d'altitude à Cusco ( 3400m ) et ici, on est bien plus bas, et même si les navettes remontent de 400m pour atteindre le MP ( 2430m ), ça fait encore 1000 m de moins.
Autre service sympa, l'hôtel me garde mon sac pendant ma visite du MP, je pourrai le récupérer en revenant à AC.
Je pars donc vaillamment, de nuit, vers l'arrêt de bus, situé à 5 mn de l'hôtel.
Ah, j'ai oublié de vous dire qu'hier j'ai acheté les billets de bus aller-retour pour le MP ( 24$ ), pour ne pas avoir à faire la queue ce matin, encore une bonne astuce de Tout Pérou ) 
En arrivant, je distingue 3-4 bus à la queue leu leu qui embarquent des touristes, donc je me dis, ça va, il n'y a pas l'horrible queue annoncée, et je vais pour m'installer dans la file après le dernier bus, quand je vois avec horreur ( il fait nuit ) que la file continue, continue, continue!!! Je n'en vois pas la fin!
Il n'y a guère que pour le Vatican que j'ai déjà vu une file aussi énorme ( ah, et à Disneyland Paris, mais on s'en rend moins compte car c'est organisé en "serpent", pas étalé comme là )! Donc je remonte, je remonte le long de la rivière Urubamba, sur au moins 500m! Je m'installe en bout de queue à 5h50. Bien sûr, au fil de mon attente, la queue continuera à grandir derrière moi.




Au final, 50 minutes de queue pour rentrer dans le bus! La réputation de longueur de la file d'attente pour le bus du MP n'est pas usurpée, et il parait que plus tard dans la matinée, c'est bien pire!
Il n'y a pas grand-chose au monde pour lequel j'accepterais de faire une telle queue, mais le Machu Picchu, si!
Le bus grimpe le long de lacets sur une piste, et il lui faut près de 25 mn pour nous déposer au pied du site.
A mon grand soulagement ( et à celui de beaucoup de gens autour de moi ;-) ), il n'y a pas de queue pour entrer sur le site, juste quelques personnes, c'est fluide. Je passe d'abord par la case toilettes ( payantes! ), c'est très important car il n'y en a pas au-delà de l'entrée, ma pauvre petite vessie va devoir rester en "apnée" durant toute la visite, si je veux éviter de retourner sur mes pas...ou de souiller les ruines centenaires ;-D






















Commence alors une grimpette pour aller sur les différents sites du Machu Picchu.
Un autre lien internet avec les différentes façons de s'y rendre.
Bon, allez, un petit dernier ici, où on voit les différentes parties du site archéologique.
Oups, en arrivant à une vue sur la fameuse montagne Huayna Picchu photographiée des millions de fois, je m'aperçois qu'elle est dans les nuages, avec juste un bout qui dépasse! Ça fait joli sur les photos, mais j'espère quand même que ça se dégagera au fil de ma visite, quand j'arriverai à l'endroit où il y a le nuage en ce moment!


















Je ne suis pas très "selfie", mais bon, là, quand même, il s'agit d'un site touristique majeur, je me plie à la mode, et vous verrez qu'Oscar, mon fidèle compagnon de route depuis des années, se glissera lui aussi de temps en temps devant l'objectif  ;-)



Ouf, le nuage s'effiloche rapidement, pour ne laisser que quelques morceaux accrochés artistiquement aux flancs de la montagne :-)

















Bon, pour la suite, rien de plus parlant que des tas de photos, car pour les explications historiques et autres...Google est votre ami, si mes trois liens ne vous suffisent pas ;-) :





















































































Intihuatana










M'enfin!?



















La "roche sacrée", qui reprend la ligne de crête des montagnes au loin :



















Je suis franchement impressionnée par l'assemblage au millimètre de toutes ces pierres, dont certaines sont vraiment énormes!




Le site a beau devoir se visiter en n'arrêtant pas de monter et de descendre des tas d'escaliers, moi la feignasse de base ;-), je ne ressens pas la fatigue, transcendée par le lieu! Je pensais suer sang et eau ( c'est vrai qu'il fait un peu chaud, mais c'est supportable ) et je crapahute en fait pendant deux heures et demie comme une fleur, sans y penser, fascinée par ces ruines et leur superbe environnement bien verdoyant!
Je ne regretterai donc absolument pas ces 50 mn de queue pour le bus, ça valait largement le coup!























La tête sculptée du condor, avec les rochers derrière en forme d'ailes déployées ( si, si! ) :









































A la sortie, je me rappelle d'un autre tuyau de Tout Pérou : on peut faire tamponner son passeport, en souvenir :-)


Même pas 5 mn d'attente pour entrer dans le bus qui redescend ( il faut dire qu'il n'est que 9h45! Par contre, de nombreux groupes de Tamalous arrivent en masse ) et je me retrouve à 10h15 à Aguas Calientes!







Comme mon train de retour vers Ollantaytambo n'est qu'à 15h48, je décide d'aller me délasser aux thermes d'eaux chaudes ( d'où le nom du village, Aguas Calientes, que je trouve plus sympathique que Machu Picchu Pueblo! ), car j'ai lu je ne sais plus où qu'on pouvait louer des maillots de bain et des serviettes.
En chemin, je croise des chiens nus du Pérou, dont un absolument photogénique, on dirait qu'il est né pour poser pour des photographes, telle une star! Car en plus d'être original et rigolo avec sa touffe de poils sur la tête, il s'est faussement nonchalamment installé sur un superbe banc public et semble vraiment poser pour moi...à moins qu'il ne se dore juste au soleil! ;-) Attention aux coups de soleil, sans poils protecteurs! Son copain est plus remuant...






Je continue à monter dans AC et je finis par arriver à l'entrée des bains thermaux.



Juste avant, les annonçant, j'ai vu quelques boutiques de location de maillots et serviettes.
Je demande quand même d'abord à l'entrée ( 10S ) s'ils en louent sur place, mais non, le gars m'indique les boutiques que j'avais vues, donc je rebrousse chemin. J'ai des doutes sur ma capacité à rentrer dans le plus grand maillot que me propose le loueur, mais il me dit que ça va aller, c'est élastique, donc je le prends, on verra bien!















La mauvaise surprise, une fois l'entrée payée, c'est que je suis loin d'être arrivée! Il faut encore monter, dans un site verdoyant sympa longeant une rivière encaissée entre deux montagnes, mais encore plein d'escaliers et de pentes, comme si je n'avais pas eu ma dose avec le Machu Picchu ce matin!



Au bout de 10 mn, suant cette fois bien, j'arrive enfin sur le site, avec ses différentes piscines et un joli bar coloré qui les domine. Ça va, il n'y a pas foule, je devrais bien m'y prélasser :-)

























Je vais dans une cabine pour enfiler, très difficilement, mon maillot de bain clairement trop petit ;-D et j'emporte ensuite mes affaires à un gars qui se charge de les entreposer dans un casier, dont il me donne la clé. J'ai bien sûr laissé APN et smartphone, donc pas de photos de moi me prélassant aux thermes d'AC, mais je vous assure que c'était bien agréable et que ça valait et le prix et la montée :-)
Retour vers le centre ville,






via le banc au chien nu, où je vois que la famille s'est agrandie! Et c'est reparti pour une série de photos ;-)




















MDR la touffe sur la tête!

























Comme j'ai encore du temps, je me promène dans le "pueblo".
Pause coca dans un bar-restaurant, avec vue sur un groupe de musiciens.





Je revois quelques endroits vus de nuit hier soir.




Je continue à être étonnée par ces trains qui circulent en pleine ville sans aucune sécurité!





Je retourne tranquillement le long de l'Urubamba vers mon hôtel, où je récupère mon sac pour repartir ensuite vers la gare.

Hotel Panorama BB, Aguas Calientes






















J'ai vu assez souvent, surtout dans les grandes villes ( Lima, Cusco ) des chiens habillés, ça doit être la mode! Ces costumes seraient plus utiles sur les chiens nus, pour les protéger du soleil!


Encore en avance sur l'heure de mon train ( je pensais que j'aurais besoin de plus de temps que ça pour visiter le Machu Picchu! Et pourtant, je ne me suis pas pressée ), je bois un café dans un bel hôtel qui donne littéralement sur les rails. Je pense qu'il ne doit avoir comme clients que des gens qui se lèvent avant le premier train ( 5h35 ), sinon impossible de dormir!



















Vue depuis l'hôtel.

Je suis à la porte de l'hôtel!



Je me dirige enfin vers la gare toute proche pour prendre mon train,



















et ça n'est qu'en faisant la queue pour rentrer dedans que mes yeux effarés aperçoivent sur mon billet le numéro de siège magique : c'est pas vrai, j'hallucine : j'ai encore la place A1!!


Bon, comme je connais déjà le trajet et que je suis fatiguée par ma demi-journée de marche, je fais forcément moins de photos.
Mais quand même ;-)

Le gars à côté de moi, un randonneur, sort de son sac de quoi nourrir une équipe de rugbymen...qu'il engloutit durant le voyage! 































Ah ! Ca y est, je croise enfin un train Vistadome, pour pouvoir le prendre de face ! Je n’avais pas eu l’opportunité de prendre l’avant de ceux que j’ai empruntés !


Vous avouerez que cette configuration, avec deux passagers complètement à l’avant, est particulière !
Il y a une petite animation dans le train, avec un gars déguisé et un peu de musique, mais bon, ça ne dure pas longtemps, ça n’est pas le spectacle du siècle ;-)
























Quelques beaux sommets enneigés plus tard,
















nous arrivons à la gare d’Ollantaytambo.



N’ayant rien mangé depuis mon petit-déjeuner à 5h du matin, c’est avec un bel appétit que j’entre à El Albergue, accueillie par un harpiste :-)





J’ai bien fait de réserver : bien qu’il soit tôt, à la fin de mon repas il n’y aura plus une table de libre !
Je mange un « antipasto platter » ( jambon, salami, fromages, légumes grillés… ) et un filet d’alpaga servi avec une très bonne sauce au sureau et une purée de pommes de terre à la sauce huacatay, qui est une plante du coin ( tagète des décombres ! )




En sortant de la gare, je hèle un moto-taxi qui me ramène à mon hôtel Tierra Inka où m’attend patiemment Poderosa :-)



















Je découvre ma chambre avec ravissement : très colorée ( violette :-) ), en-suite, je l’adore !
Et le prix est correct : 45,60$ avec le pdj. 









J’y passerai une bonne nuit, mais attention, petit bémol : c’est très mal insonorisé, j’entends parler assez distinctement un couple d’allemands dans la chambre à côté, heureusement qu’ils se coucheront tôt !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire