samedi 10 septembre 2016

Pérou à moto, 15 mai, Lima à Cusco, prise en main de la moto, visite de la ville :-)


Sur une moto de police sur la Place d'Armes de Cusco :-)

Comme je me réveille avant l'heure du pdj ( sans doute le décalage horaire! ), je pars faire un petit tour dans le quartier et je bois une bonne noisette à l'hôtel Hilton.

























Pdj modeste à l'hôtel à 7h30



et, à 8h15, un autre taxi commandé par tout Pérou ( toujours 20$ ) vient me chercher pour être à 9h à l'aéroport pour un vol décollant à 10h30 et arrivant à Cusco 1h10 plus tard.
Je vais donc passer, en 1h10, du niveau de la mer à 3400 m d'altitude, espérons que ça se passera bien et que je n'aurai pas le mal d'altitude.
Pour l'instant, à Lima, je suis dans un brouillard chaud désagréable




apparemment très fréquent ici à certaines périodes de l'année ( la garua ), je ne suis donc pas mécontente de partir!




Durant le vol, avec l'en-cas, je demande de l'Inca Kola, le Coca national ( jaune limite fluo! ), pour savoir si j'aime : euh, non, c'est hyper sucré, beurk, je n'en ferai pas la boisson favorite de mes vacances!



























Arrivée à Cusco, ouf, il fait nettement moins chaud qu'à Lima, je respire! Même si, au bout de quelques pas, je me sens un peu essoufflée par l'altitude, je me sens bien mieux ici :-)
Cette fois j'ai plus de mal à trouver mon chauffeur de taxi qui est assez à l'écart des gens qui attendent les voyageurs, et sa petite feuille avec mon nom écrit au stylo à bille n'est guère visible, ça change de celui de Lima!
A peine installée dans le taxi, je commence à mitrailler tout ce que je vois ;-)








Il me dépose devant mon loueur Peru Moto Tours ( que j'abrégerai désormais en PMT! ) et là, je commence à déchanter : ils n'ont pas, comme ils me l'avaient promis, baissé les suspensions au maximum et la Falcon 400 est bien trop haute pour moi :,-(




Ils me disent qu'ils m'attendaient pour bien vérifier que ça ne serait pas OK comme ça, pfff, je le savais bien que ça n'irait pas, je les avais prévenus en long et en large depuis des semaines! Et en plus, comme on est dimanche, les mécanos ne sont pas là pour s'occuper de la modif des suspensions, donc ils me proposent de prendre pour l'instant une Honda 250 Twister, et de repasser demain matin à l'ouverture pour voir ce qu'ils peuvent faire avec la Falcon :-( Je suis bien déçue mais je n'ai guère le choix et heureusement qu'ils ont cette petite moto pour me dépanner, c'est déjà ça! Heureusement aussi que j'avais prévu de loger à Cusco, et non de commencer dès aujourd'hui mon périple itinérant, sinon j'aurais dû revenir! Donc finalement, il faut positiver, ça n'est pas si catastrophique!
Alejandro, pour ne pas s'embêter à faire le transfert de mon support GPS ( que j'ai apporté ) d'une moto sur l'autre, me suggère que je n'en ai pas besoin juste pour l'après-midi et le soir! Il rigole ou quoi? Je suis dans une ville étrangère inconnue de 350.000 habitants, je ne parle pas espagnol, et mon logement est à 4 km du centre-ville,dans un quartier résidentiel pas du tout évident à trouver ( c'est un logement chez l'habitant, pas un hôtel ), et en plus il y a plein de sens uniques partout, c'est clair que je ne peux pas me débrouiller sans mon GPS!
Certains pourraient m'objecter : "mais comment faisais-tu avant?" Ben avant, j'aurais choisi un hôtel au centre-ville, facile à trouver! Je n'ai plus la même approche, pour préparer mes voyages, maintenant que je sais que je peux me faire aider d'un GPS! J'ai beaucoup plus de liberté pour aller dans des endroits peu touristiques, voire reculés, et aussi le confort de savoir que si je décide de me "perdre" en prenant volontairement un chemin de traverse, le GPS me ramènera sur le droit chemin quand j'en aurai envie ;-)
Alejandro transfère donc le support GPS d'une moto à l'autre ( il l'avait déjà installé sur la Falcon avant qu'on s'aperçoive que je ne pouvais pas grimper dessus! ), avec mon aide.



J'avais décidé d'appeler la Falcon 400 ma "Poderosa" ( en hommage au voyage du Che ;-) ), je baptise donc celle-ci ma Semi-Poderosa ;-)
Comme j'avais repéré sur Tripadvisor un bon resto dans le coin, mais ayant vu en arrivant qu'il y avait très peu de possibilités de se garer, et même aucune dans la rue du resto, j'ai demandé conseil à Alejandro ( je ne peux pas la laisser chez eux, car ils ferment ) qui m'a indiqué un parking privé tout près de leur boutique. Impec'! Pour une misère, un monsieur surveillera ma moto :-)



Je remonte la rue de PMT ( calle Saphi )



























qui devient la calle Plateros et au 348, je rentre à la Morena Peruvian Kitchen pour me remettre de mes émotions de cette location de moto qui commence moyennement!



Super bon choix, merci Tripadvisor qui ne me déçoit jamais! Mais c'est normal : quand une grande majorité de clients ( mais il faut que ce soit au moins sur une centaine d'avis pour que ce soit représentatif ) plébiscite un restaurant, on peut y aller quasiment les yeux fermés.
Je commande un jus de fruits frais ananas/mangue/noix de coco ( 13S ) et un "lomo saltado" ( 40S ), spécialité péruvienne de bœuf sauté ( avec oignons, ail, pommes de terre, quinoa... ), dont je devine, tellement c'est fin et délicieux, qu'il est largement revisité à la sauce gastronomique. Je me régale et commence à rentrer dans mon voyage ;-)




Je profite que ma moto est garée en sécurité pour aller visiter le centre-ville de Cusco, notamment la toute proche Plaza de Armas ( nom très souvent donné aux places principales, dans les villes et villages péruviens ), magnifiquement entourée de beaux bâtiments, dont la cathédrale et l'église de la Compagnie de Jésus, avec en toile de fond des montagnes tout autour :-)
Vous imaginez bien que je mitraille un maximum, et, cerise sur le gâteau, je vois en plus plein de motard(e)s de la Police, venu(e)s en force pour encadrer une manifestation politique ( on n'est pas loin du second tour des élections présidentielles! ), et dès mon premier vrai jour au Pérou, j'arrive à augmenter de quatre ma collection de photos de moi sur des motos de Police, un record sur une seule journée :-))











Je passe aussi chez Perurail ( toujours sur cette même place ) pour retirer mes billets de train pour le Machu Picchu ( au départ d'Ollantaytambo ) : si on peut les réserver par internet, il faut cependant passer dans une agence Perurail au Pérou pour récupérer les "vrais" billets de train.





































La vue depuis les arcades, en sortant de la boutique, est juste magique, et je réalise la chance que j'ai de me trouver dans cet endroit splendide :-)



Je continue mon tour de la place








 et décide d'aller boire un coup au Norton Pub ( ou Norton Rat's Tavern ).





Cette motarde-là sera intraitable : pas question que je monte sur sa moto!





Je me suis étonnée de la quantité de femmes motardes dans la police ( de ce que j'ai vu aujourd'hui à Cusco, au moins la moitié de l'effectif! ), mais William, un voyageur "Tout Pérou" que je rencontrerai ce soir, m'expliquera que c'est parce qu'elles sont réputées incorruptibles, contrairement aux hommes, et donc intraitables concernant la circulation : a priori, les conducteurs, quand ils les voient, filent droit ;-)
Je monte au Norton Pub et après avoir apprécié la déco à l'intérieur,



























je m'installe à la terrasse étroite donnant sur la place, devant un maté de coca, une autre boisson incontournable au Pérou, une infusion de feuilles de coca ( inoffensive et, au contraire, aux vertus curatives contre le soroche ).
Oui, bôf, je trouve que ça a le goût d'une tisane largement infusée au goût un peu amer.
Là encore, que dire de la vue qui s'offre à moi?! Rien, juste contempler, profiter du moment présent, CARPE DIEM :-)






Je termine le tour de la place,















allez, Zouzoute, il faut que tu décroches de là, il faut aller t'installer dans ton logement chez l'habitant au diable Vauvert ;-)
Je retourne au parking et me voilà partie sur ma brave 250 en plein centre-ville de Cusco, autant vous dire que j'y vais doucement, avec les pavés, les rues en pente, les bouchons et la circulation assez anarchique!
Mais bon, si je m'arrête à chaque fois que je vois une moto de police pour me faire photographier, je ne vais jamais y arriver ;-)






Je fais aussi un petit détour par le monument à Pachacutec, et ça tombe bien : encore une motarde de la Police :-)




















Petite parenthèse concernant les fliquettes à moto :
J'ai vraiment trouvé que toutes les motardes de police que j'ai vues hier étaient des clones (petites, minces et typées sud-américaines), au point qu'à chaque fois que je m'arrêtais pour réclamer ma photo souvenir, je me demandais si ça n'était pas la même qui s'était déplacée dans la ville, et j'avais peur qu'elle m'en veuille de ne pas la reconnaître et de lui redemander la même chose :-D
A priori c'était bien trois fliquettes différentes :-D
Une des quatre photos, c'est un flic hilare avec son collègue qui l'a prise.
Ils ont tous bien aimé ma collection de photos de moto de police du monde entier ( merci Xtian de les avoir toutes rassemblées dans un dossier spécifique sur mon smartphone! ), et ça a même fini de convaincre une fliquette ( celle devant Pachacutec ) de me laisser monter sur sa moto: elle acceptait juste me prendre en photo devant sa moto, mais je lui ai remontré de plus près une dizaine de photos en lui montrant bien qu'à chaque fois ses collègues du monde entier m'avaient laissé faire, donc pourquoi pas elle, et ça a marché ;-)
Bien utile, cette collection à montrer, pour pouvoir l'agrandir!
Et souvent ils apprécient bien de voir ce que leurs collègues ont comme modèles de moto.
 Je passe acheter le "boleto turistico" ( 130S, valable 10 jours )



















indispensable pour visiter les principaux sites touristiques à Cusco et dans la vallée sacrée : il y a plusieurs formules, j'ai pris celui donnant accès à une quinzaine de sites, même si je sais que je ne les visiterai pas tous : pas le choix, on ne peut pas les visiter individuellement, en ne payant que ceux qu'on visite, c'est un pack.
Bon, je le "rentabiliserai" quand même en visitant : Puca Pucara, Pikillacta, Ollantaytambo et Moray. 
Finalement, après quelques demi-tours imposés par des sens interdits que le GPS ne connaît pas, et même une fois par un escalier qu'il comptait me faire prendre ( il me connait mal, je suis nulle en trial ;-D ), je finis par arriver devant chez Doris, une dame qui loge des gens chez elle, et dont j'ai eu les coordonnées par une personne sur le forum de Tout Pérou, un bon plan pas cher et une famille bien sympathique :-)
J'avais bien sûr demandé  avant tout autre chose s'il y avait un endroit sécurisé pour ma moto, donc en arrivant, Doris me fait garer ma moto dans une courette étroite mais sécurisée par une solide porte.



Ma chambre est grande ( un lit double et un lit simple ) et en-suite, et une des fenêtres donne sur ma moto, royal, on ne peut pas mieux faire!

























60S ( environ 18€) la chambre, avec douche à pommeau électrique me rappelant le Costa Rica ;-)


et avec le pdj, prix très raisonnable :-)
J'y suis encore la nuit prochaine, puis une nuit trois nuits plus tard et mon avant-dernière nuit du séjour avant de retourner à Lima ( soit 4 nuits à Cusco au total! )
Il est temps que je reparte, mais en taxi pour cause de nuit ( je préfère éviter de rouler de nuit, surtout pour le premier jour, et dans une grande ville! Et puis les taxis ne coûtent pas cher, de mémoire, 6S pour ce trajet, 1,80€ ) pour aller à un RV arrangé bien avant le départ avec William et sa femme, des voyageurs "Tout Pérou", car on s'est aperçus qu'on serait à Cusco à cette date commune.
Hélas, je découvre à cette occasion que j'ai un problème avec le mobile péruvien de TP : quand quelqu'un m'appelle ( en l'occurrence William ), ou que j'appelle quelqu'un, je l'entends mais lui ne m'entend pas :-(
Heureusement que ça s'est arrangé par sms qui, eux, fonctionnent bien.
Je ne m'en suis rendu compte que là parce qu'avec TP, je n'avais échangé que par sms.
Et je ne trouverai pas de solution de tout mon séjour :-(
Nous arrivons donc quand même à convenir d'un RV par sms dans un autre resto que j'avais repéré ( oui, bon, je sais, je fais beaucoup de repérages de restos, et alors? ;-) Ça me permet de manger des spécialités du pays bien cuisinées! ), l'Uchu Peruvian Steakhouse, situé dans un beau bâtiment.





















Ah, pour la petite anecdote : j'ai emporté mon GPS au cas où le taxi pour le retour ne saurait pas bien où se trouve l'adresse de Doris, mais dès l'aller, comme le taxi n'avait pas l'air de trop savoir où se trouvait le resto, je lui ai posé le GPS dans son vide-poche pour l'aider ;-D



Je décide de commander mon premier Pisco sour mais comme je le soupçonnais au vu d'un des ingrédients ( citron ), je ne suis pas fan, ce sera donc mon dernier ;-)


















La cuisine est bien bonne


















 et nous discutons à bâtons rompus,



une belle soirée au cours de laquelle William me raconte qu'il a pas mal souffert du mal d'altitude ( sa femme moins ) pendant au moins 4 ou 5 jours.
J'ai donc de la chance de ne pas en souffrir du tout ( je suis juste essoufflée quand je marche, mais ça, c'est presque normal pour moi et mon embonpoint notoire ;-) ), Madame Bonnétoile est toujours là, aux petits soins avec moi!

Retour a mi casa, je branche tous mes appareils de geek ;-) et je m'endors comme une souche!




2 commentaires: